La résolution du Parlement européen, une ingérence flagrante dans les affaires de l'Algérie    Energies renouvelables: M. Chitour et l'ambassadeur de Chine examinent les perspectives de coopération bilatérale    Disparition : Henri Teissier est décédé    Le président Tebboune de retour au pays prochainement    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    Madjer revient sur son limogeage de l'EN    VIH Sida: plus de 2000 nouvelles infections dont 150 décès en Algérie depuis 2019    Deux terroristes abattus mardi à Jijel    HACIANE (MOSTAGANEM) : Le wali inspecte la zone industrielle de Bordjia    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    PROGRAMME ‘'LPA'' 2018-2019 A MOSTAGANEM : Le wali préside une réunion de coordination    28 INTERVENTIONS ENREGISTREES : Alerte à l'asphyxie au gaz à Mostaganem    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : "L'Algérie fait l'objet d'un flot d'agressions verbales''    Covid-19 : une prime pour indemniser le personnel du secteur de l'éducation touché    LDC : Le programme de ce mardi    L'Université Oran 2 au temps de la Covid-19 : cap sur le mode d'enseignement à distance    La FAF et Belmadi réagissent avec fermeté aux propos racistes contre Bentaleb    L'hommage du procureur à... Abassi Madani    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Le procès en appel de "Mme Maya" reporté au 7 décembre    Karouf repart !    L'Algérie débutera face à la Tunisie le 15 décembre    Le CRB assure l'essentiel    Le casse-tête de l'association des supporters    Mahdi Khelfouni n'est plus    L'UGTA s'oppose à l'arrêt technique décidé par la direction    Pas de reprise du trafic le 15 décembre    La vente des billets à partir de demain    Flambée des prix de l'aliment de bétail    Le fisc peine à taxer les fortunes    «Les premières opérations de vaccination pourraient débuter en janvier»    21 décès et 978 nouveaux cas    Le procès de 14 hirakistes ajourné au 21 décembre    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    À Kinshasa, le combat des amoureux du livre et de la lecture    Le positivisme, le négativisme, et mille et une choses encore    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Une écriture antillaise    Fermé pendant 15 jours : Le marché d'El Hamiz à nouveau ouvert    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au nord-est du Nigéria    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Insuffisance de moyens dans les établissements scolaires
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Publié dans Liberté le 26 - 10 - 2020

Plusieurs véhicules sont garés devant l'entrée principale de l'école Kacimi-Ramdane, en plein centre-ville de Bordj Bou-Arréridj, dans la matinée de mercredi 21 octobre, premier de jour de rentrée des classes.
Un petit nombre d'élèves de cet établissement scolaire et leurs parents arrivent en vitesse pour entrer dans l'enceinte de l'école. Avant d'y pénétrer, le service de sécurité de l'école impose un contrôle Covid-19 (prise de température, port obligatoire des masques pour tout le monde et gel hydroalcoolique).
À l'intérieur, des dispositifs de lave-mains ont été placés presque dans chaque coin stratégique de l'école et à l'intérieur des classes. "Ce sont les enseignants et quelques parents d'élèves qui ont équipé l'école de ces moyens qui restent insuffisants", a expliqué le directeur de l'école, Abderrahim Aïdel. "Pour cette rentrée, l'APC est totalement absente.
Elle n'a rien envoyé, même pas de l'eau de javel ou des équipes pour désinfecter les classes", a-t-il ajouté amèrement. Les enfants en petit nombre courent à travers la cour de l'école. La plupart n'avaient pas porté de masques de protection contre la Covid-19. Les enseignants n'enseignent pas et apprennent aux élèves les gestes barrières.
"Ce n'est pas facile d'apprendre aux enfants ces gestes barrières, surtout avec ce manque de moyens", a lâché Lakhdar, un enseignant des élèves de 5e. "On nous a jetés dans l'arène sans aide. Avec nos propres moyens, nous allons tenir deux journées, pas plus. Il faut une bonne et réelle prise en charge et non pas des déclarations politiques et un maquillage de la vérité", a-t-il tonné.
Pour une enseignante, cette rentrée n'a pas été bien préparée par les autorités locales. "Cette rentrée a eu lieu seulement pour sauver les apparences, mais en réalité rien n'a été préparé pour démarrer une nouvelle année.
C'est pour la première fois que je vois une aussi mauvaise organisation dans nos écoles, surtout sur le plan de lutte et de protection contre le coronavirus", a-t-elle dénoncé. Les élèves, eux, timides et inconscients, n'arrivent pas à trouver leurs repères en ce premier jour de rentrée scolaire.
"Je suis contente de reprendre les cours mais je ne retrouve plus l'ambiance de l'année passée", a affirmé une élève de 3e année primaire. "Ma classe est divisée en deux, les horaires ne sont plus les mêmes et chacun a peur de l'autre", a-t-elle ajouté, en regrettant de ne pas embrasser sa maîtresse.
Les parents d'élèves appellent les autorités locales à prendre au sérieux la santé de leurs enfants et une bonne prise en charge des besoins des écoles primaires en moyens de désinfection. "Nous sommes le premier jour de la rentrée, notre école n'est pas encore dotée de moyens de prévention, surtout de désinfection.
Que faisaient l'APC et les responsables depuis 8 mois ? Pourquoi débloquer des milliards pour l'équipe de football et oublier ces établissements scolaires ?!", a dénoncé un parent d'élève. "L'Algérie de demain vaut de ce que nous faisons de cette jeunesse aujourd'hui, une jeunesse bien formée, bien éduquée, une élite responsable qui prendra la destinée de ce grand et beau pays", a soutenu une grand-mère qui accompagnait son petit-fils.

Chabane BOUARISSA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.