Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Insuffisance de moyens dans les établissements scolaires
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Publié dans Liberté le 26 - 10 - 2020

Plusieurs véhicules sont garés devant l'entrée principale de l'école Kacimi-Ramdane, en plein centre-ville de Bordj Bou-Arréridj, dans la matinée de mercredi 21 octobre, premier de jour de rentrée des classes.
Un petit nombre d'élèves de cet établissement scolaire et leurs parents arrivent en vitesse pour entrer dans l'enceinte de l'école. Avant d'y pénétrer, le service de sécurité de l'école impose un contrôle Covid-19 (prise de température, port obligatoire des masques pour tout le monde et gel hydroalcoolique).
À l'intérieur, des dispositifs de lave-mains ont été placés presque dans chaque coin stratégique de l'école et à l'intérieur des classes. "Ce sont les enseignants et quelques parents d'élèves qui ont équipé l'école de ces moyens qui restent insuffisants", a expliqué le directeur de l'école, Abderrahim Aïdel. "Pour cette rentrée, l'APC est totalement absente.
Elle n'a rien envoyé, même pas de l'eau de javel ou des équipes pour désinfecter les classes", a-t-il ajouté amèrement. Les enfants en petit nombre courent à travers la cour de l'école. La plupart n'avaient pas porté de masques de protection contre la Covid-19. Les enseignants n'enseignent pas et apprennent aux élèves les gestes barrières.
"Ce n'est pas facile d'apprendre aux enfants ces gestes barrières, surtout avec ce manque de moyens", a lâché Lakhdar, un enseignant des élèves de 5e. "On nous a jetés dans l'arène sans aide. Avec nos propres moyens, nous allons tenir deux journées, pas plus. Il faut une bonne et réelle prise en charge et non pas des déclarations politiques et un maquillage de la vérité", a-t-il tonné.
Pour une enseignante, cette rentrée n'a pas été bien préparée par les autorités locales. "Cette rentrée a eu lieu seulement pour sauver les apparences, mais en réalité rien n'a été préparé pour démarrer une nouvelle année.
C'est pour la première fois que je vois une aussi mauvaise organisation dans nos écoles, surtout sur le plan de lutte et de protection contre le coronavirus", a-t-elle dénoncé. Les élèves, eux, timides et inconscients, n'arrivent pas à trouver leurs repères en ce premier jour de rentrée scolaire.
"Je suis contente de reprendre les cours mais je ne retrouve plus l'ambiance de l'année passée", a affirmé une élève de 3e année primaire. "Ma classe est divisée en deux, les horaires ne sont plus les mêmes et chacun a peur de l'autre", a-t-elle ajouté, en regrettant de ne pas embrasser sa maîtresse.
Les parents d'élèves appellent les autorités locales à prendre au sérieux la santé de leurs enfants et une bonne prise en charge des besoins des écoles primaires en moyens de désinfection. "Nous sommes le premier jour de la rentrée, notre école n'est pas encore dotée de moyens de prévention, surtout de désinfection.
Que faisaient l'APC et les responsables depuis 8 mois ? Pourquoi débloquer des milliards pour l'équipe de football et oublier ces établissements scolaires ?!", a dénoncé un parent d'élève. "L'Algérie de demain vaut de ce que nous faisons de cette jeunesse aujourd'hui, une jeunesse bien formée, bien éduquée, une élite responsable qui prendra la destinée de ce grand et beau pays", a soutenu une grand-mère qui accompagnait son petit-fils.

Chabane BOUARISSA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.