Souk Ahras : Grogne chez les salariés    Pénétrante autoroutière de Béjaïa : Un chantier de confortement ouvert    APC d'Oran : Des logements vides mais difficiles à distribuer    Activités des femmes rurales à Biskra : Des actions pour une autonomisation économique    Ath Mansour (Bouira) : A quand la livraison du stade communal ?    Liga : Le Real se ressaisit face à Alavés avec un doublé de Benzema    La pâleur d'une façade    Football - Ligue 1: Un état des lieux préoccupant    Football - Changements d'entraîneurs: Un mouvement perpétuel    CS Constantine: Des défaillances criantes    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    Des écarts de 500 dinars entre les villes du Nord et du Sud: Appel à réguler les prix des viandes rouges    Hassi Ameur et Bethioua: Plus de 120 milliards pour la mise à niveau des zones industrielles    Covid-19: «Le prix n'a jamais été un critère dans le choix du vaccin»    Nouvelles règles pour les auto-écoles    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Selon des historiens: Le rapport Stora doit interpeller la classe politique française    Les petites bourses à rude épreuve    Les syndicats de la santé interpellent Benbouzid    Le lait en sachet sera mieux distribué    Le rapport Stora doit "interpeller la classe politique française    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Le procès de nouveau reporté    Le Hirak réinvestit la rue    Le boy-scout révolté    L'ESS se reprend, le MCA se relâche, les visiteurs se lâchent !    Décès de l'ex-joueur Mohamed Zaoui    La Tunisie s'impose sur le fil et s'offre une finale contre l'Algérie    Farès retrouve la compétition    Loi électorale : un autre recadrage pour brider les votes ?    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    Importation de véhicules : Tirs groupés contre Ferhat Aït Ali    Début de la période des candidatures pour l'autorité exécutive unifiée    La Centrafrique proclame l'état d'urgence    HRW demande une enquête "rapide et impartiale"    Calme relatif en Tunisie    Le processus s'accélère    Un prêtre enlevé mardi retrouvé mort    Nairobi annonce la mise sous contrôle de la deuxième vague d'invasion de criquets pèlerins    Il a tancé plusieurs de ses ministres : Abdelaziz Djerad insatisfait du staff gouvernemental    Le lycée Kerouani de Sétif retrouve son éclat    ...CULTURE EN BREF...    Béjaïa "La perle de la Méditerranée"    Un Salvator Mundi de l'école de Léonard de Vinci retrouvé chez un Napolitain    Le Liban restitue deux icônes religieuses du XVIIIe siècle à la Grèce    Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Flambée des prix de l'aliment de bétail
Les éleveurs tirent la sonnette d'alarme
Publié dans Liberté le 01 - 12 - 2020

Le déficit pluviométrique dont souffrent depuis plusieurs mois toutes les régions du pays a mis les agriculteurs et les éleveurs dans une situation des plus difficiles. Le stress hydrique a freiné leur activité leur causant des pertes considérables. Cette sécheresse a réduit sensiblement la production fourragère exploitée par les éleveurs pour alimenter leur bétail. Même les quantités d'orge reçues par les éleveurs, d'organismes publics, se sont avérées insuffisantes.
Cette période de vaches maigres a même favorisé l'apparition du phénomène de la spéculation sur le marché marquée par une flambée des prix des produits indispensables à l'alimentation du bétail. Les éleveurs tirent la sonnette d'alarme car les tarifs pratiqués restent inaccessibles : un quintal d'orge a atteint 3 500 DA contre 2 500 DA auparavant alors que le maïs est vendu à 3 100 DA le quintal.
Inadmissible pour de nombreux éleveurs qui cèdent, à leur corps défendant, une partie de leur cheptel à des prix dérisoires.
Les éleveurs étaient habitués à une légère hausse des prix sur ces aliments, mais, présentement, le marché s'est envolé au point qu'ils ne peuvent plus amortir ces dépenses supplémentaires rendant impossible la rentabilité de leur l'activité. Leur seule solution pour pouvoir baisser leurs besoins en aliments est de "dégraisser" leur cheptel en le bradant. Et la fermeture des marchés pour cause de pandémie de Covid-19 complique davantage leur situation. La Fédération nationale des éleveurs réclame ainsi la révision à la hausse des quotas d'orge distribués aux éleveurs par les offices de céréales, qui ne dépassent pas 300 grammes par jour et par tête.
Or, un mouton par exemple a besoin de 500 g d'orge par jour pour l'alimentation. L'appel qu'ils ont lancé à l'adresse du ministre de l'Agriculture a reçu un premier écho favorable de la part de ce dernier qui les a réunis dimanche dernier pour leur présenter un nouveau dispositif d'aide à la filière. Concernant la distribution du son issu de la trituration du blé subventionné, le ministre a envoyé une note aux walis et les a instruits de veiller au respect des dispositions prévues dans les dispositifs de soutien à l'orge et au son.
Outre l'envoi d'inspecteurs pour enquêtes et contrôle dans 4 wilayas où sont observés des phénomènes de spéculation qui hypothèquent les efforts des éleveurs, le ministre a également chargé l'Office national d'aliments de bétail (Onab) afin qu'il fabrique un aliment alternatif à base de maïs, d'orge et de son qui sera commercialisé aux éleveurs à des prix étudiés. Ce dispositif prendra également en charge toute cette problématique du point de vue de la régulation, de la disponibilité et des prix.
B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.