Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    L'investissement agricole et agroalimentaire, levier de la croissance économique nationale    Ramadhan: Echange de vœux entre le Président Tebboune et son homologue égyptien    Bayern Munich: Müller annonce de la prudence    Borussia Dortmund: Raiola n'est pas forcément d'accord avec le BVB dans le dossier Håland    Sétif: saisie de plus de 10 millions d'euros en faux billets    Education : La grève des enseignants largement suivie, selon le CNAPESTE    Coronavirus: 129 nouveaux cas, 104 guérisons et 4 décès    Lutte contre les répercussions de la Covid-19: les agriculteurs algériens ont été à la hauteur du défi    Baouche reste    Crise à la laiterie de Tizi    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Benzema et Zidane domptent le Barça et propulsent le Real Madrid vers le sommet    Processus de réconciliation nationale    Les filiales de Sonelgaz en première ligne    Réunion de travail en présence des imams    La Coquette se prépare pour la saison estivale    Saisie de 200 comprimés psychotropes et arrestation d'un dangereux malfaiteur    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    4 morts et 7 blessés dénombrés    Arezki Hadj Saïd, nouvel inspecteur général des services de police    Et si c'était du schiste ?    Fractures et manœuvres répugnantes    Ibn Sina et Haï El Badr: Relogement de 102 familles à Belgaïd    Appel des étudiants algériens en Russie    Tlemcen: Le mouvement associatif encensé    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Voici venir le Ramadhan...    Elle élira domicile à l'espace «Evasion» de l'hôtel Liberté: Une Académie internationale de musique bientôt à Oran    Aboul-Gheit en visite pour discuter des développements régionaux    Une tactique droit dans le mur    L'état doit frapper fort    Le Cnese réactive la Cellule d'équité    Hamdi menace de jeter l'éponge    Deux ministres sur le gril    Le piège de la mémoire    «Personne ne peut porter atteinte à l'unité nationale»    Un roman sur la réalité fabriquée    Abdelaziz Belaid: "nécéssaire cohésion de toutes les franges de la société    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Confier le pays à un comité de sages"
Abderrahmane HADJ-NACER, ANCIEN GOUVERNEUR DE LA BANQUE D'ALGERIE
Publié dans Liberté le 05 - 12 - 2020

Face à l'impasse politique dans laquelle se trouve le pays, l'ancien gouverneur de la Banque d'Algérie préconise "la mise en place d'un comité de sages représentatif" qui formulera une nouvelle organisation politique.
De plus en plus de partis politiques et de personnalités nationales évoquent la nécessité pour le pays d'aller vers une période de transition afin de sortir de la crise politique. Outre certaines formations politiques, des personnalités, à l'image d'Abderrahmane Hadj-Nacer, ancien gouverneur de la Banque d'Algérie, proposent une période de transition qui sera managée par un groupe de personnalités.
Dans une intervention sur Radio M, l'ancien gouverneur de la Banque d'Algérie Abderrahmane Hadj-Nacer propose de "confier le pays à thajmaât", un "comité de gestion" dans lequel "nous trouvons suffisamment de représentativité de courants et d'âges". Il a précisé qu'il ne parle pas d'un "Conseil national de transition".
Plus précis, l'ancien gouverneur de la Banque d'Algérie indiquera qu'il s'agit d'un groupe restreint de quatre à cinq personnes à leur tête une personnalité reconnue pour sa sagesse, car "nous avons besoin de sagesse", a-t-il insisté. "Nous avons besoin de quelqu'un qui puisse parler à la population".
Cette dernière "a perdu confiance, elle en a marre des promesses", a-t-il dit. Abderrahmane Hadj-Nacer ajoutera que la mission de ce groupe sera de faire des propositions pour une "nouvelle organisation politique", des projets économiques et des projets d'institutionnalisation qui "représentent la population aujourd'hui".
Mais cela doit être proposé directement au peuple, préconise l'orateur. "La population a évolué. Nous avons une classe moyenne intelligente. C'est un peuple conscient et cela a été prouvé au Hirak, il faut avoir confiance en lui", a-t-il dit.
L'ancien gouverneur de la Banque centrale n'est pas le seul homme politique à formuler une proposition de sortie de crise pendant que le pouvoir nie l'existence de tout problème de gouvernance.
Deux jours auparavant, le leader du parti islamiste, MSP, Mouvement de la société pour la paix, a proposé, mercredi dernier, d'aller vers une "période de transition" pour sortir le pays de la crise.
Cela passe par "une conférence nationale inclusive qui va conduire à la constitution d'un gouvernement d'union nationale" et la "révision de s lois importantes, comme celles des partis et des élections, pour parvenir à des élections transparentes".
La proposition rejoint également celle du Pacte pour une alternative démocratique (PAD) qui milite depuis des mois en faveur de l'instauration d'une période de transition qui conduira le pays vers un changement radical de l'Etat. Mais contrairement aux autres groupes politiques, les partis du PAD préconisent un processus constituant.
Dans ce groupe, des partis à l'image du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) et l'Union pour le changement et le progrès (UCP), ont déroulé, depuis le début du Hirak, une feuille de route précise pour une sortie de la crise.
Chez d'autres partis politiques, on préfère aller vers un dialogue national. C'est ce que propose le Front des forces socialistes qui, tout en quittant le PAD, a lancé l'idée d'une conférence nationale souveraine qui aura lieu en ce mois de décembre. Mais le parti politique n'a précisé ni la date ni l'identité de ceux qui participeront à cette rencontre qui se veut "inclusive".
Interrogé récemment sur les parties qui seront conviées, le premier secrétaire national du FFS, Youcef Aouchiche, avait répondu que "naturellement, on ne peut pas évoquer un dialogue national en excluant le pouvoir". Mais les contours de cette rencontre ne sont toujours pas connus. Tout comme la réponse des autorités.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.