Beldjoud préside l'installation du wali de Bordj Badji Mokhtar    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Tribunal de Sidi M'hamed: le procès de l'ancien wali de Blida Mustapha Layadhi reporté au 15 mars    Création d'un groupe d'amitié parlementaire entre l'Ouganda et la RASD    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Un espace d'accompagnement pour les jeunes    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    En raison d'une faible pluviométrie, les appréhensions des agriculteurs    Plus d'un kilo de kif saisi à Terga    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Les principales décisions    Athlétisme-LAA : Reprise de la compétition…    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Retour sur les transferts de fonds à destination de l'étranger    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    La démonstration de force d'Ennahdha    Le décret publié au "Journal officiel"    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Dar Abdellatif (AARC) : célébration de la journée de la femme    Accès à Internet à Tizi Ouzou : Raccordement de 38 nouvelles localités en fibre optique    L'impératif de former un front interne solide pour protéger le pays contre les ennemies    Grâce à l'augmentation programmée de la production de la station d'El Mactaâ: La SEOR revient à une alimentation en H/24    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Mise en oeuvre des décisions du gouvernement: Tebboune ordonne la création d'un outil de contrôle    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Prise en charge des maladies rares: Un «véritable parcours du combattant» pour les patients    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le juge menace de "quitter son corps"
Saâdeddine Merzoug écope de six mois de suspension administrative
Publié dans Liberté le 27 - 01 - 2021

Poursuivi dans plusieurs affaires, le juge est appelé à comparaître de nouveau devant le CSM.
Présenté lundi dernier devant la commission de discipline du Conseil supérieur de la magistrature, le porte-parole du Club des magistrats, Saâdeddine Merzoug, a écopé d'une suspension administrative de six mois. Mais il va devoir comparaître, une nouvelle fois, pour une affaire jugée "plus grave". D'ici à là, le magistrat n'exclut pas une éventuelle démission.
Après des heures d'échanges, "parfois tendus", selon nos sources, le Conseil supérieur de la magistrature a décidé de "punir" le jeune magistrat par une sanction de six mois de suspension, avec versement de la moitié seulement de ses salaires. Le juge rebelle estime que l'affaire dont il est poursuivi entachée prétendument d'un "vice de forme".
"Le ministère de la Justice a tenté de monter un dossier en évoquant notamment une soi-disant histoire de vice de forme dans un dossier que j'ai traité", nous a-t-il confié. La commission de discipline a donc estimé qu'il s'agissait d'une "faute" du juge et l'a sanctionné. Mais pour le concerné, cette sentence est "injuste". "Je n'ai commis aucune faute.
Je persiste à considérer que ce dossier est monté juste pour me punir pour mes prises de positions politiques", a-t-il clamé. Fidèle à ses positions, il a répété au premier président de la Cour suprême qui préside le CSM : "Je n'accepte pas de demi-mesures : ou vous me radiez ou vous m'acquittez totalement."
Dans une deuxième affaire, la chancellerie a accusé le juge d'avoir pris un congé de maladie de complaisance. Une affaire dont on n'a pas tenu compte finalement. Saâdeddine Merzoug ne pouvait s'attendre à mieux. "D'abord, je n'ai pas falsifié de certificat de maladie.
Puis, même s'il s'agissait d'un congé de complaisance, ce n'est pas à l'employeur de se plaindre, mais c'est à la Cnas d'enquêter", s'est-il défendu. Là encore, le magistrat estime qu'il fait les frais de son bras de fer avec le ministre de la Justice. Ce dernier est allé plus loin. Outre la procédure disciplinaire, il a engagé une procédure pénale qui "n'a pas abouti".
Mécontent, il a même fait état de son intention de quitter le rang des magistrats. Cependant, ces deux décisions ne signifient pas pour autant que le jeune magistrat est tiré d'affaire. Un autre dossier, plus lourd, l'attend pour la prochaine session du Conseil supérieur de la magistrature. Il s'agit d'accusations politiques.
Pour ses publications sur facebook, Saâdeddine Merzoug est poursuivi pour "atteinte à personnes disposant de l'autorité publique", "obstruction contre les efforts des hautes autorités du pays, incitation à la rébellion et à la grève, atteinte à l'honneur des personnes...", des accusations que d'aucuns jugent "graves".
Il est reproché au magistrat des écrits où il mettait en cause le cinquième mandat du président déchu, tout comme il lui est reproché ses positions quant à l'élection présidentielle avortée du 4 juillet 2019 ou encore le texte portant révision de la Constitution.
De quoi alourdir les charges visant ce magistrat. Faute de temps, l'affaire sera examinée lors de la prochaine session du CSM. D'ores et déjà, l'homme affiche sa détermination à ne pas se laisser décourager, ni à renoncer à son combat. "Je suis combatif et je le resterai.
Ce combat ne date pas d'aujourd'hui", a-t-il indiqué tout en rappelant son engagement pour "une indépendance des juges". C'est pour cela qu'il a fondé, en 2013, le Club des magistrats qui n'a pas encore reçu d'agrément des autorités. D'ailleurs, les membres de ce groupe étaient venus, lundi, en masse pour soutenir leur porte-parole.
Contrairement à ses avocats, Saâdeddine Merzoug n'est pas satisfait par la décision du Conseil supérieur de la magistrature. "Je suis déçu parce que j'estime que je n'ai rien fait", a-t-il martelé. Il persiste à rappeler que même les six mois de suspension ne sont pas justifiés. Il a annoncé verbalement sa démission de ses fonctions. Il pourra matérialiser cela dès sa reprise du travail. "Une démission se fait par écrit", nous a-t-il indiqué hier.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.