ENCORE UN PAS À FRANCHIR...    La Ligue arabe, l'ONU et l'UE réclament leur retrait    Une période d'incertitude s'ouvre au Tchad    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    "L'EN doit continuer à apporter de la joie aux Algériens"    C'EST DEJÀ LA FIN !    ECUEILS REGLEMENTAIRES ET COLÈRE DES SUPPORTERS    Six personnes arrêtées lors des manifestations    De fausses licences de moudjahidine pour importer des voitures    Lancement de "Lawhati" pour la vente d'œuvres d'art en ligne    CONSTANTINEREND HOMMAGE AU SOUVERAIN DU MALOUF    Le salon du livre amazigh est né    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    La sanglante guerre d'usure des Houthis    Une enquête choquante    Les inconnues d'un scrutin    346 Containers abandonnés    768 Logements sociaux électrifiés    Victoire du CRB devant le CABBA    Brèves    Les Africains connaissent leurs adversaires    182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès en 24h    Des milliers de travailleurs investissent la rue    Les raisons de la 2e vague de la hausse des prix    15 quintaux de kif marocain saisis    Le ministère du Commerce sensibilise    Déprime ramadhanesque    Les islamistes rêvent de victoire    L'Algérie ne tombera pas    Dernière ligne droite avant la campagne    «Les centres d'archives sont une vitrine»    Projection de Hassan Terro    Expo «Quelques choses d'Alger»    Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Grandiose marche nocturne à Akbou    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    «Le sondage doit devenir un réflexe»    la liste des membres sélectionnés approuvée    Hausse au premier trimestre 2021    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    La fièvre des stèles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"22" ou l'onction des chouhada au Hirak
L'œuvre revient sur le sort réservé aux détenus d'opinion
Publié dans Liberté le 15 - 02 - 2021

"Je ne vais pas me taire, jusqu'à ce que «yetnehaw gaâ !»." Cette profession de foi du journaliste activiste Omar, incarné par l'acteur Errachid Tahmi, prononcée au moment où il est jeté en prison par deux agents encagoulés, résume l'épopée du Hirak, reprise dans du court-métrage 22, projeté samedi dernier à Montréal. Parce que "je ne suis pas un traitre (et) vous avez trahi les chouhada", réplique avec conviction le journaliste aux coups de rangers reçus au visage.
Dans son univers carcéral, le détenu d'opinion interagit avec trois voix de chouhada qui lui apparaissent dans son état comateux. Un dialogue s'enclenche. Ramdane Abane, Larbi Ben M'hidi et Hassiba Ben Bouali viennent rappeler à la victime leur sacrifice consenti lors du combat libérateur, conscients qu'ils semblaient être, du détournement de la Révolution, la leur.
Lors de cet échange, le sort subi par Boudiaf est évoqué. "Il l'ont ramené de l'exil", raconte le journaliste à qui Ben M'hidi témoigne : "Il s'appelait Si Tayeb et il était «tayeb» (bien)." "Quand nous étions sur le champ de bataille, eux se préparaient au pouvoir", se désole la voix de Ben M'hidi. "Oui, ils nous ont trahis", dénonce Omar.
"Ton combat est le nôtre", renchérit Hassiba Ben Bouali, encourageant le journaliste à écrire les vérités que l'histoire se chargera d'enregistrer. Dans ce huis clos dans une cellule glaciale, le fantôme de Abane proclame : "Nous avons dit que l'Algérie n'est ni orientale ni occidentale !" "Nous avons confiance en le peuple du 22 Février", assure la voix de Abane, empruntée par l'acteur Amine Aïbout.
"Pourquoi et comment sommes-nous arrivés à cette situation", éructe Omar, interrogeant le plafond de sa cellule carcérale, symbole de la liberté réprimée. Cet aller-retour entre le passé et le présent, avec une projection sur les perspectives d'avenir, met l'emphase sur la cause du Hirak, en jetant des passerelles avec le combat héroïque du peuple algérien pour l'indépendance.
Pour rappel, le projet a été conçu par le producteur Nasser Bensafia et le réalisateur Seïf Elhamoud. Il met en scène des acteurs hirakistes qui ont incarné des figures historiques : Lynda Bennabi dans le rôle de Hassiba Ben Bouali, Jamel Témiscamingue (Larbi Ben M'hidi) et Amine Aïbout (Ramdane Abane).
Les décors du film ont été conçus par l'artiste plasticien Ali Kichou. Il est à noter que la projection a été suivie d'un débat sur la chaîne communautaire Ksari WebTV auquel ont participé nombre de hirakistes et des influenceurs. Le court métrage sera projeté au grand public les 18, 19 et 20 février, avant son retrait du web.


Yahia Arkat


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.