Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"
Miliana, cité patrimoniale millénaire
Publié dans Liberté le 25 - 02 - 2021

Ville historique du Xe siècle, Miliana accueille ses visiteurs à bras ouverts pour leur donner à voir ses sept merveilles, dont la mythique place de L'horloge, le palais de l'Emir Abdelkader ou encore le mausolée de Sidi Ahmed Benyoucef.
Nos villes d'Algérie sont chargées d'Histoire et nos villages regorgent d'une mémoire qui ne demande qu'à être titillée pour resurgir et raconter des noms, des traditions et un passé à revisiter. Une mission de transmission dont se chargerait tout citoyen soucieux de voir ses enfants perpétuer cette mémoire pour contrer un oubli qui tend à effacer l'Histoire, sinon la falsifier au gré des humeurs et des "raconteurs".
Ainsi en est-il de la ville de Miliana, dont quelques habitants, engagés dans cette mission de sauvegarde, se sont constitués en "Association des amis de Miliana", "Association de randonneurs de Miliana" ou autres groupes pour faire connaître la féerie de leur ville, et ressusciter de glorieux noms injustement oubliés. Miliana, cette vieille ville historique du Xe siècle (Zucchabar à l'époque romaine), située à un peu plus de 100 km au sud-ouest d'Alger, sur la vallée du Cheliff, accueille ses visiteurs à bras ouverts pour leur donner à voir ses sept merveilles.
Et bien plus encore. Alphonse Daudet n'en a-t-il pas chanté les louanges dans les Lettres de mon moulin (1869) où il consacrera toute une nouvelle intitulée "À Milianah" ? Ainsi commencera un petit cours de littérature, histoire de (re)penser à la lecture ; cette belle activité ludique, ce loisir nécessaire auquel sont revenus les enfants de la région à travers des séances hebdomadaires en plein air organisées par ces mêmes férus d'histoire. Mais retour sur cette balade culturelle qui aura comme point de départ, la mythique place de L'horloge que surplombe un joli minaret qui rappelle cette ancienne mosquée (EL Batha) détruite en 1865.
Et de là, commencera un cours passionnant et passionné qui nous guidera dans les dédales du passé. Première escale, la visite du palais de l'Emir Abdelkader, une somptueuse bâtisse au style mauresque, restaurée pour devenir, aujourd'hui, un musée renfermant plusieurs salles d'exposition rappelant l'antiquité romaine, les ethnies successives, les mines du Zaccar, la résistance populaire et les martyrs de la révolution nationale.
Avant d'arriver à cette autre place non moins mythique, dédiée à la mémoire du martyr Ammar Ali, alias Ali la Pointe, originaire de cette région où une stèle a été érigée, un passage par l'ex-Hôtel du commerce, actuellement abandonné et fermé, fait dire à nos hôtes milianais leur frustration de voir de si beaux héritages tombés en ruine dans l'indifférence générale. Et bien d'autres bâtiments encore laissés en ruine, ou détournés de leur vocation première.
Un tour du côté de l'hôpital donne à voir un magnifique jardin qui fait remonter de bien beaux et parfois tristes souvenirs à nos guides qui se rappellent leur jeunesse en nous confiant quelques anecdotes. Une visite à la mosquée et au mausolée de Sidi Ahmed Benyoucef est incontournable. Un lieu mystique et rassembleur qui raconte, à lui seul, un pan important de cette histoire millénaire que beaucoup ignorent.
De cette ignorance qui fait naître parfois une sorte de rivalité, dualité, spiritualité controversée entre partisans des mosquée, mausolée, zaouia, tajmaât et autres lieux... "saints" dirions-nous. D'autres visites s'imposent : le jardin public du 24-Février, la manufacture de l'Emir, les établissements scolaires, le mont Zaccar et bien d'autres lieux.
Mais encore, et pour revenir à la lecture, (re)lire le roman Zohra, la femme du mineur, de Hadj Hamou Abdelkader, nous conseillera notre guide du jour à la fin du voyage, non sans nous inviter à une autre balade, gustative celle-là, qui aura lieu les 19 et 20 mars, à l'occasion du premier Salon de la confiture artisanale.

Samira Bendris-Oulebsir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.