L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Un projet politique se construit de façon graduelle"
Soufiane Djilali, président de Jil Jadid
Publié dans Liberté le 12 - 04 - 2021

Jil Jadid prendra officiellement part aux élections législatives prévues le 12 juin prochain. C'est ce qu'a annoncé, hier, son président, Soufiane Djilali, lors d'une rencontre avec la presse.
"Le conseil national réuni en session ordinaire a décidé à l'unanimité de prendre part aux prochaines législatives", a dit Soufiane Djilali, considérant que le choix du parti "répond à l'impératif de défendre le caractère démocratique et républicain de l'Etat". "Nous avons finalisé 50 listes et nous avons recueilli plus de 25 000 parrainages dans plus de 30 wilayas", a-t-il indiqué.
Dans son plaidoyer pour la participation, Soufiane Djilali n'a pas hésité à "égratigner" les partis du camp démocratique, auxquels il reproche "une certaine passivité" dans la prise de décision. Tout en avançant qu'il "respecte le choix des uns et des autres", Soufiane Djilali a regretté "l'hésitation" des partis de la mouvance démocratique à entrer en lice.
Pour lui, "le changement" reste l'objectif de tous, toutefois, appuie-t-il, "il est préférable de construire un projet politique de façon graduelle", au lieu "de s'en tenir à des slogans". "La situation exige des prises de position franches et assumées", a-t-il encore dit, estimant, au passage, que sur ce point, "Jil Jadid n'a pas de leçon à recevoir".
Toujours dans la même optique, Soufiane Djilali a rappelé que son parti, malgré la répression et l'exclusion, "s'était distingué par ses positions honorables" contre "le système Bouteflika". "Nous avions décidé de ne pas prendre part aux législatives de 2017 alors que les autres y ont participé", a-t-il rappelé, considérant que les conditions ont changé depuis.
"Le rôle d'un parti politique est de façonner l'opinion publique en fonction de ses orientations et convictions, et non pas la subir", a-t-il encore dit, concernant "ceux qui justifient le refus de toute solution par la position du Hirak". "La construction démocratique progressive est à notre portée", a-t-il justifié, avant de rejeter "ces clans au sein du Hirak qui poussent au pourrissement". "Nous sommes conscients que le changement nécessite et exige beaucoup de sacrifices", mais "il est anormal qu'on diabolise toute voix discordante".
Dans une allusion aux attaques qui le ciblent depuis un moment, Soufiane Djilali regrette que parmi les auteurs, "certains ont refusé de manifester en février et mars 2019, alors qu'aujourd'hui, ils se réclament du Hirak". "Le mouvement populaire a ouvert la voie au changement.
Ce dernier ne peut intervenir sans un débat franc et un dialogue sérieux, toutefois, certains ont fait capoter les initiatives à des fins que l'on ne connaît pas", a-t-il accusé. Interrogé sur "les garanties d'un scrutin propre", le chef de Jil Jadid estime que la situation "exige" que l'on soit à "la hauteur des enjeux". Cela dit, a-t-il considéré, "nul n'a intérêt à traficoter", car "il y va de la survie de l'Etat".
Conscient que le taux de participation sera des plus faibles compte tenu, notamment, du front de rejet qui prend de l'ampleur, Soufiane Djilali a indiqué qu'il sera difficile "de convaincre les citoyens à se rendre aux urnes". Toutefois, a-t-il ajouté, "l'amorce d'un réel changement trouvera un appui dans le prochain scrutin qui ouvrira la voie à une nouvelle classe politique".

Mohamed MOULOUDJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.