Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Liga : Le Barça ejecté de la course au titre    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Arsenal : Vers le come-back de Ramsey    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Allez Chabab zoudj !    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Nouvelle opération de déstockage    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Eternels atermoiements    Les Kabyles en conquérants    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Beyrouth, la perle qui dépérit
Nids-de-poule et quartiers plongés dans le noir faute d'incapacité d'entretien
Publié dans Liberté le 19 - 04 - 2021

La situation a empiré à partir de fin 2019, avec un effondrement économique dont les stigmates sont de plus en plus visibles.
Jusqu'à nouvel ordre, les lampadaires de Beyrouth ne s'allumeront plus à la tombée de la nuit et les nids-de-poule ne seront pas rebouchés. Avec l'effondrement de la monnaie nationale, le budget de la capitale libanaise ne vaut plus rien et les entreprises la boudent. La municipalité a récemment lancé un appel d'offres pour l'entretien de l'éclairage public. Mais personne ne s'est présenté aux réunions organisées en mars pour réceptionner les dossiers. "Aucun entrepreneur ne veut travailler avec nous", se désole un responsable municipal sous le couvert de l'anonymat. Depuis des décennies, le pays souffre d'infrastructures en déliquescence. Mais la situation a empiré à partir de fin 2019, avec un effondrement économique dont les stigmates sont de plus en plus visibles. La nuit, quasiment toutes les rues sont désormais dans le noir, en raison du manque d'entretien des lampadaires mais aussi des délestages d'Electricité du Liban (EDL), fournisseur public, qui empirent. Sur les routes, les voitures slaloment entre les nids-de-poule. Aux carrefours, les conducteurs redoublent de vigilance : les feux en panne provoquent des accrochages quasi quotidiens.
Depuis près d'un an et demi, les contrats passés avec des entreprises privées pour l'entretien des chaussées ou des feux n'ont pas été renouvelés. La municipalité a dénoncé des vols de plaques d'égout, subtilisées pour en revendre la fonte. Même phénomène pour le cuivre des câbles électriques.
Si Beyrouth peut se targuer d'avoir le plus gros budget municipal du pays, sa valeur a plongé avec la livre libanaise : le taux de change officiel reste à 1 507 livres pour un dollar, mais au marché noir il dépasse les 12 000.
Prestataires en fuite
Les contrats de la municipalité, obligatoirement établis en monnaie locale, ne sont plus jugés rentables, les entrepreneurs ayant vu leurs coûts exploser du fait des importations en dollars.
"Si nous devions signer des projets" au taux réclamé par les prestataires, "il n'y aurait plus d'argent dans les caisses", rétorque le responsable municipal. La compagnie Ramco, déjà chargée de la collecte des déchets, réclame comme d'autres un taux plus avantageux. "Le contrat est toujours en vigueur, mais ponctuellement l'entreprise menace de cesser son travail", admet le responsable. Avant la crise, son contrat valait environ 14 millions de dollars annuellement, contre deux millions aujourd'hui avec la dépréciation, reconnaît le président de la municipalité, Jamal Itani. Après l'explosion du 4 août au port de Beyrouth, qui a fait plus de 200 morts et ravagé des quartiers entiers, ce sont principalement les particuliers et des ONG qui ont pris en charge les reconstructions, même si les autorités ont versé des indemnisations.
La municipalité a été chargée de restaurer certains bâtiments répartis en 15 groupes, selon le niveau des dommages. Mais "nous n'avons réussi à signer des contrats que pour quatre", reconnaît M. Itani. Et les sociétés engagées se plaignent : à la signature, le taux était plus avantageux.

"Beyrouth est triste"
"Les entreprises privées ne veulent pas travailler avec des institutions publiques (...) Personne ne veut de projets qui font perdre de l'argent", résume Jad Tabet, président de l'Ordre des ingénieurs. Et cela, sans parler de l'incurie légendaire des hauts fonctionnaires, du copinage et des attributions douteuses de marchés publics.
Une source au fait du fonctionnement de la municipalité évoque des "cahiers des charges rédigés pour correspondre à un prestataire" préalablement sélectionné.
Des soupçons de corruption avaient été évoqués en 2019, lorsque le grand public avait appris que la municipalité ne percevait aucun revenu des parcmètres. Une procédure judiciaire a été ouverte, mais le dossier piétine. En principe, les dépenses fixes de la municipalité sont de 300 milliards de livres par an (charges salariales et services notamment). Mais ses revenus ont chuté, assure le responsable. La municipalité a notamment perdu une ressource essentielle avec l'effondrement des demandes de permis de construire : en 2020, quatre seulement ont été délivrés, contre plusieurs dizaines les années précédentes, d'après la même source. "Si la situation persiste, la municipalité va faire faillite, comme le pays", ajoute le responsable. Un après-midi dans le quartier animé de Hamra résume le délabrement de la ville. Depuis le mouvement de contestation antipouvoir d'octobre 2019, les manifestants y brûlent sporadiquement des pneus et des bennes à ordures. Nombre de ces bennes restent sur place, calcinées, débordantes de déchets. À certains endroits le goudron a fondu sous les pneus incendiés.
Dans sa boutique de sacs à main, Alissar attend des clients qui ne viennent plus. "Beyrouth est triste", déplore cette commerçante de 49 ans, qui "maudit les responsables" : "De la municipalité aux ministres, aux députés, tous ont manqué à leurs devoirs."
Rouba EL-HUSSEINI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.