Un jeudi apocalyptique à M'sila    Real Madrid: Zidane vers la sortie ?    Ligue des champions: Mahrez dans l'équipe type de la semaine    Congé de maternité: Une campagne d'information sur les demandes en ligne    EN: deux à trois matchs amicaux au menu des Verts en juin    AADL2 : Près de 4.600 souscripteurs ont retiré les ordres de versement de la 1ère tranche    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    Ligue des champions (1/4 de finale - aller) : CRB-EST décalé au samedi 15 mai    La position française par rapport à ce qui se passe au Tchad est anti-démocratique    Coronavirus: 201 nouveaux cas, 138 guérisons et 8 décès    Espagne: la justice dément avoir convoqué le président sahraoui Brahim Ghali    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Le général Medjahed débat avec Anouar Haddam    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Nous sommes fiers de l'acquis démocratique polonais    Six mois de prison avec sursis pour Bendiar Maamar    «Le FLN est en décadence»    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    Messaoudi (JSS) maintient le cap    Les finances et la fin de saison au menu    «Ce n'est pas évident de mettre toujours un onze compétitif»    Renflouage du barrage de Taksebt depuis l'oued Sebaou    Cap sur le 6e congrès    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Algérie-France : la question de la mémoire doit être traitée dans le cadre d'un dialogue d'Etat à Etat    Bac artistique : la musique et la danse seront-elles enfin licites ?    Les artistes rendent hommage à Sid Ahmed Agoumi    "Certains de nos comédiens ont du mal à incarner leur personnage"    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    Le parcours du combattant    La néo-théorie du «bon cercle» !    Eric Zemmour, visé par des accusations d'agressions sexuelles    L'armée hausse le ton    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les mises en garde de l'Armée    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    Huit auteurs du meurtre des trois expatriés ont été abattus    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous devons entretenir notre mémoire"
Des acteurs du MCB parlent d'avril 80
Publié dans Liberté le 22 - 04 - 2021

Le mouvement populaire d'aujourd'hui s'inscrit dans le prolongement des événements qui l'ont précédé, particulièrement le Printemps berbère d'Avril 1980.
Les activités de célébration du Printemps amazigh d'Avril 80 se sont poursuivies encore hier à Tizi Ouzou où d'anciens animateurs du MCB se sont retrouvés à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou où ils sont, au cours d'une table ronde, longuement revenus sur la portée de cette date qui fut un socle pour les autres mouvements qui ont suivi ce soulèvement en Kabylie.
Intervenant dans ce sillage, Arab Aknine a notamment évoqué l'intérêt de l'entretien de la mémoire pour pouvoir aller de l'avant. "Nous devons entretenir notre mémoire pour que la nouvelle génération perpétue le combat", a affirmé Arab Aknine pour qui les sociétés qui ont des capacités à entretenir leurs mémoires arrivent aussi à conserver leur histoire. Revenant au Printemps berbère, l'orateur a estimé que ce mouvement était aussi basé sur la revendication des libertés démocratiques et que tous les mouvements venus après se sont sourcés de lui.
"Le mouvement populaire du 22 Février 2019 évoque aussi une Algérie libre et démocratique. On voit bien qu'il y a une continuité dans le combat", a évalué Arab Aknine, tout en considérant que chacun de nous doit contribuer à cette dynamique du combat qui vise à rétablir notre pays et notre société dans son évolution naturelle.
"La société algérienne est une société qui n'abdique pas, elle lutte. Seulement, le mouvement du 22 Février n'est pas organisé. On a pas réussi à donner un contenu et une alternative qui puissent faire aboutir nos revendications", a développé Arab Aknine. "Je suis heureux de voir que cette nouvelle génération qui n'a pas connu 80 s'est réapproprié cette date. Cette flamme ne doit pas s'éteindre. Il faut continuer à faire vivre l'espoir du Printemps berbère", a déclaré, de son côté, Amarouche M'hand, l'un des acteurs d'Avril 80 à l'Université d'Alger, invité afin d'apporter son témoignage sur cette date repère. "Le mouvement de Février 2019 porte en lui des graines semées du mouvement 80", a-t-il poursuivi.
Intervenant également à cette table ronde, Saïd Doumane a estimé qu'à ce jour, aucun officiel algérien n'a fait son mea-culpa sur les événements d'Avril 80. "S'il est facile de faire le deuil des martyrs de la guerre de Libération provoquée par les services de répression d'une armée étrangère, il est par contre impossible de faire le deuil de ceux qui sont tués par les matraques, la torture et les balles de notre propre Etat. Une répression qui continue de sévir", a-t-il déploré. Hend Sadi, qui est aussi intervenu lors de cette rencontre, a parlé de légitimité politique et histoire.
"Au lieu de demander la repentance à la France, l'Etat algérien doit demander pardon à son peuple car, jusqu'à aujourd'hui, dans les coulisses, il y a des viols et il y a de la torture", a-t-il dénoncé avant que Mouloud Lounaouci ne lui succède. "Notre histoire a été totalement formatée et si l'on devait refonder cet Etat, il faudrait commencer par revisiter l'histoire", a estimé Lounaouci pour qui, Avril 80 avait remis en question cette politique étatique de l'époque, qui était sectariste et refusait le droit citoyen.
K. Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.