Législatives du 12 juin: 35 personnes sous mandat de dépôt et 10 autres sous contrôle judiciaire    L'ACTE POLITIQUE, LA FORME ET LE FOND    Le FFS dénonce: Une «offensive abjecte» contre des symboles de l'unité nationale    Energie: Sonelgaz veut conquérir les marchés africain et arabe    Alimentation en eau potable: Deux nouvelles stations de pompage à Oued Tlelat et Gdyel    Ecole nationale polytechnique d'Oran «Maurice Audin»: Signature d'une convention-cadre avec Sonatrach    Coupe de la CAF: La JS Kabylie met un pied en finale    CR Belouizdad: Il faudra aussi convaincre    Accident mortel à Aïn Naadja: L'auteur condamné à 3 ans de prison    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    Tébessa: Il était une fois, la place de la Révolution    Réponse à M. Nouredine Boukrouh    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    Selma Bédri, sur du velours    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    Il se donne un coup de lame    Djerad: la répudiation    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    Suppression officielle début juillet    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qui succédera à Chenine ?    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    Le Soudan qualifié    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    Actuculte    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les artistes rendent hommage à Sid Ahmed Agoumi
Iftar avec l'équipe du feuilleton "Yemma"
Publié dans Liberté le 06 - 05 - 2021

Après plusieurs semaines de tournage, l'équipe du feuilleton Yemma peut enfin respirer ! Pour célébrer la "réussite" de cette deuxième saison, un iftar a été organisé mardi à l'hôtel Holliday Inn (Alger). Sid Ahmed Agoumi, Samir El- Hakim, Mohamed Frimehdi, Mohamed Reghis, Mounia Benfeghoul, Khaled Benaïssa, Lamri Kaouane ou encore Idir Benaïbouche...ont répondu tous présent à l'invitation. Produite par Gosto Prod et réalisée par le Tunisien Madih Belaïd, Yemma suit les péripéties de Khaled (Mohamed Reghis), jeune milliardaire, fils de Omar (campé par Agoumi), un homme d'affaires aux méthodes peu orthodoxes. Khaled finit par apprendre qu'il a été adopté et décide ainsi de rechercher sa mère biologique, Nabila Sahraoui (jouée par Malika Belbey). Si pour la première saison, la série a essuyé des critiques des téléspectateurs pour l'inconsistance du scénario, cette année les producteurs ont misé fort en apportant divers changements où se mêlent des histoires de corruption, de trafic, conflit d'intérêt, de trahison et d'amour... Sans oublier de nouvelles têtes d'affiche ! Des ingrédients piquants qui font la particularité des drama proposés annuellement pour le mois sacré. Pour revenir à cette soirée bon enfant où régnait la bonne humeur, le producteur Amer Bahloul a tenu à rendre hommage au comédien Blaha Benziane, décédé dimanche dernier, "un grand comédien avec lequel j'ai eu l'honneur de travailler.
Une bougie de notre culture vient de s'éteindre", a-t-il regretté. Suite à cette minute de silence, un autre hommage a été rendu, mais cette fois-ci au doyen de la série et l'un des comédiens les plus admirés de sa génération, il s'agit de l'incontournable Sid Ahmed Agoumi. Un "grand artiste qui a défié sa famille, la société pour exercer son métier de comédien, à une période où il était difficile d'embrasser une carrière d'artiste, mais sa passion était plus forte que tout", a souligné Bahloul.
Et de renchérir : "Il a joué les pièces de nombreux auteurs, il a joué au cinéma, et du haut de ses 81 ans, il crée encore de belles choses". À cette occasion, Agoumi a rétorqué avec le sourire : "Je tiens à remercier le public algérien qui m'a toujours soutenu depuis mon jeune âge jusqu'à aujourd'hui. J'espère ne jamais le décevoir, car c'est grâce à lui que j'existe". Concernant la série, Amer Bahloul a informé que cette expérience est la somme de plusieurs éléments et "il faut faire confiance aux artistes, car toutes ces personnes sont talentueuses et n'attendent qu'à exploser". Touchés par les petits mots de leur producteur, les comédiens tour à tour ont tenu à remercier tout le staff artistique et technique, avant de finir la soirée en beauté avec Baâziz et ses musiciens.
H. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.