Libye: réunion du Forum de dialogue politique le 28 juin en Suisse    La SEAAL annonce une suspension dans plusieurs communes d'Alger    Coupe de la CAF: la JSK s'impose en déplacement face à Coton Sport    Euro 2020 : Le Pays de Galles rejoint l'Italie dans le groupe A    Le rôle de l'Algérie dans le soutien aux réfugiés sahraouis mis en avant    Baccalauréat: les candidats libres à Blida, une volonté à toutes épreuves pour réussir    Coronavirus: 342 nouveaux cas, 235 guérisons et 7 décès ces dernières 24 heures en Algérie    Covid-19 : Reconduction des mesures de confinement dans 14 wilayas pour 21 jours à partir de lundi    Angleterre - Kane : "Deux matchs difficiles pour moi"    «Le boycott a bénéficié aux anciens appareils»    Qui succédera à Djerad ?    Ligue 1 algérienne : La JSS redevient dauphin, et met la pression sur l'ESS    APLS: Nouvelles attaques contre les retranchements des soldats de l'occupation marocaine    Cap sur le sixième congrès    Boumerdes: instructions pour livrer prochainement 25 puits    Remèdes à base de gingembre pour prendre soin de sa santé cutanée    Les Pasdaran du net !    Mohammed Khadda toujours à l'affiche    Ligue 2 (21e journée): le HBCL au tournoi des play-offs, le RCA s'en approche    Le Rassemblement "El-Hisn El-Matine" lance une initiative de soutien au président de la République dans le prochain parlement    L'ultraconservateur Raïssi, nouveau maître de Téhéran    Le mirage de la paix    Six individus placés sous contrôle judiciaire à Biskra    Trompeuse stabilité !    Un match qui intéresse Belmadi et Bougherra    OUNAS INTERESSE BESIKTAS    Le public renoue avec les spectacles de musique    ...SORTIR ...    Décès de Mohamed Benkhedda : Blida perd son notable    Mascara: De nouveaux projets réceptionnés    Etudiants et personnes âgées: La dispense des frais de confinement toujours en vigueur    Cap Blanc: Un terrain de 10 hectares pour une station de dessalement    L'ancien ministre Tahar Khaoua placé en détention    Le ministère de l'Intérieur fixe les conditions de restitution: Du nouveau pour les véhicules saisis    Béthioua et Sidi Benyebka: Réception de 1.500 logements avant la fin du mois    Le MSP avance masqué    Nouvelle dynamique commerciale    «Notre force est dans notre diversité»    L'université proche du monde économique    Du nouveau pour les propriétaires    Un accord «urgent» avec le FMI nécessaire, selon Josep Borrell    Les Etats-Unis réduisent leur présence militaire au Moyen-Orient    Les Français appelés aux urnes, aujourd'hui    Exploitation artisanale des mines d'amessmessa    Le mouvement El-Islah maintient le cap    L'Arav convoque le directeur de la chaîne «El-Hayat TV»    Doria Tillier maîtresse de cérémonie de la 74e édition    «Archéologie du corps colonisé»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Frimehdi. Acteur et metteur en scène : «Dans le feuilleton Yemma, j'incarne un commissaire de police, intègre et humain...»
Publié dans El Watan le 24 - 04 - 2021

-Vous étiez en tournage, ici à Alger, pour la suite du feuilleton Yemma (II)...
Oui, nous y étions en tournage pour la série Yemma II, une production de Ameur Bahloul (Gosto Events and Production) passant sur Djazaïria One. Cela dépend des décors. Par rapport à mon rôle, mon personnage, je tourne, sous la direction du réalisateur Madih Belaid (Khawa I et II, Yemma I et II), dans deux décors importants. Les locaux du commissariat où j'exerce et l'appartement où je réside et vis.
-Pour cette saison II de Yemma – réalisée par Madih Belaid -, votre rôle de «flic», de commissaire de police diffère-t-il de Yemma I ?
Dans Yemma II, le rôle, le personnage que j'incarne a évolué depuis. On voit ce commissaire de police chez lui, parmi sa famille, sa fille... Par contre, dans la saison I de Yemma, il était cantonné uniquement dans son bureau, dans sa mission officielle.
-Votre rôle est toujours celui de flic pas du tout pourri mais juste...
Dans Yemma II, on a voulu sortir des clichés à propos de la profession de commissaire de police. Un regard humain porté sur le commissaire Hamza que je campe. Par opposition à celui autoritaire. Mais il est animé d'une rigueur. Il très compétent, ingénieux et en même temps, il est humain. On constate que ce commissaire, lors de ses enquêtes et investigations, n'utilise pas cette rectitude, cette force, mais il fait beaucoup plus usage de sa perspicacité. Son flair, son instinct de limier. Et il est là, présent. Il gère mais toujours avec cette sensibilité d'un être humain.
-Vous figurez parmi un beau casting croisant anciens et jeunes comédiens...
Oui, cette année, dans Yemma II, parmi les premiers rôles, il y a nos amis Samir El Hakim, Mohamed Reghis, Marwa Bouchoucha, Malika Belbey, Sid Ahmed Agoumi, Laâmri Kaouane, Mounia Befeghoul, Amine Mimouni, Mabrouk Ferroudji... De nombreux acteurs de cinéma ont rejoint l'équipe de Yemma II.
-Pourquoi...
Parce que le scénario de Yemma II est plus élaboré par rapport au premier feuilleton. Où figurent plusieurs intrigues allant en parallèle. Ce qui va produire que du plaisir chez le téléspectateur.
-Les thèmes traités sont récurrents, argent sale, corruption, trafic, milieu carcéral...
Bien sûr, les thèmes portant sur le milieu carcéral, le trafic de drogue...Et surtout le conflit opposant les membres de la famille autour de l'héritage.
-Avez-vous été sollicité pour d'autres séries télévisées...
Oui, j'ai été approché pour des projets de feuilleton. Mais comme j'ai un rôle très important, je ne voulais pas me disperser sur deux productions. Où je pouvais les perdre toutes les deux. Donc, j'ai préféré focaliser sur Yemma II avec force. Rester sur un seul personnage et mieux le «travailler» convenablement.
-Frimehdi, vous êtes aussi metteur en scène, un projet en gestation...
Oui, j'ai un projet de pièce théâtrale. Je l'ai déposé récemment au niveau du Théâtre régional de Mascara. Le nouveau directeur du théâtre est «emballé», et il m'a appelé à cet effet. Je lui ai proposé un texte de Mohamed Bourahla, un auteur très connu ayant beaucoup travaillé avec les théâtres régionaux, comme ceux de Batna, Annaba, Mascara... C'est un joli texte que j'ai beaucoup aimé. Il possède deux lectures. L'histoire tourne autour d'un théâtre. Un conflit opposant deux comédiennes.
L'une est chevronnée ayant une grande expertise et l'autre est jeune, voulant tenter de nouvelles expériences et opérer des changements. Donc, c'est un conflit de générations. Ce texte, en fait, parle du changement, un nouveau souffle, un coup de jeune... Et puis la résistance au changement... Dans notre société prévaut une certaine mentalité privilégiant «l'immobilisme». Et cela est un problème. Il faut bien opérer une mue, une mutation, aller de l'avant, quoi. Dès la fin du tournage de Yemma II, nous allons nous atteler à monter la pièce sur les planches de la ville de Mascara.
-Entre deux séquences de tournage de Yemma II, vous avez trouvé le temps pour venir assister à la réouverture du Théâtre national algérien, après une année d'absence forcée par la crise sanitaire et le confinement de la Covid-19, et le retour du Festival national du théâtre professionnel, après une trêve de deux ans d'absence...
Rouvrir le théâtre est absolument une bonne nouvelle et le retour du FNTP aussi. A travers le Festival national du théâtre professionnel, on sent et constate que les gens commencent à respirer. Les spectacles proposés, ce sont d'anciennes pièces théâtrales montées, datant de deux ans. Il y a même des représentations dont la thématique est dépassée et obsolète. C'est-à-dire, on travaillait dans des circonstances politiques données, et maintenant, vous sentez qu'il y a un décalage, c'est révolu.
Dépassé par les événements. Sinon, le fait de renouer avec les spectacles sur scène et voir le retour du public enthousiaste dans les théâtres, après cette longue absence, c'est réconfortant et encourageant. Les comédiens respirent mieux aussi bien que leur public. J'espère que cela va continuer, en ouvrant les théâtres régionaux à l'échelle nationale. Et que les productions théâtrales reprendront. Parce que les comédiens, les techniciens, les metteurs en scène ne peuvent pas vivre sans le théâtre, leur planche de salut.

Entretien réalisé par K. Smaïl
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.