Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LA LADDH POINTE "UNE EVOLUTION GRAVISSIME"
droits de l'Homme
Publié dans Liberté le 12 - 05 - 2021

Le président de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (Laddh), Noureddine Benissad, a réagi, hier, au dernier communiqué du ministère de l'Intérieur et a fustigé le gouvernement en brossant un tableau peu reluisant de la situation des droits de l'Homme en Algérie.
Dans un communiqué rendu public, le chef de file de cette organisation non gouvernementale a dénoncé "les atteintes ostentatoires aux libertés et les arrestations musclées des citoyens engagés dans le Hirak populaire, des étudiants, des journalistes et autres activistes politiques sous prétexte, précise-t-il, qu'ils constituaient une 'menace' pour 'la sécurité publique' et pour 'la sécurité nationale'". "Ces dernières semaines ont été marquées par une aggravation sans précédent de la répression contre des citoyens engagés dans le Hirak : journalistes, étudiants et défenseurs des droits de l'Homme en sont les principales cibles.
Les tribunaux et les prisons deviennent des instruments contre l'action citoyenne et contre toute pensée critique", a indiqué la Laddh, déplorant que des militants des droits humains, "au parcours connu et respecté", soient arrêtés et poursuivis "pour des accusations criminelles".
Pour M. Benissad, la sortie du ministère de l'Intérieur constitue une sérieuse menace pour les libertés fondamentales. "Par cette sommation, le pouvoir veut remettre en cause les acquis du 22 février 2019 et empêcher l'expression pacifique dans l'espace public", dénonce encore la Laddh qui juge, par ailleurs, ledit communiqué comme "une évolution gravissime".
Partant de ce constat, la Laddh estime qu'"il est de notre devoir moral et politique de mettre en garde contre la gravité de l'instrumentalisation de la justice et des dérives en cours (...) Il est de notre devoir de dire avec la plus grande force : Non ! Kaddour Chouicha, Djamila Loukil, Saïd Boudour, Kirra Mustapha et tant d'autres ne sont pas des terroristes !".
Tout en rappelant que les manifestations étaient interdites à Alger depuis juin 2001 "sans aucun fondement juridique et au mépris de la Constitution et du Pacte international des droits civils et politiques ratifié par l'Algérie", M. Benissad souligne que " le régime veut maintenir par la force un état d'exception attentatoire aux droits humains".
Face à cette situation, pour le moins inquiétante, la Laddh a alerté l'opinion publique nationale et internationale sur la "grave détérioration" de la situation des droits de l'Homme et des libertés "à la veille de la tenue d'un scrutin électoral contesté" et affirme que "rien, absolument rien, ne peut justifier ces attaques frontales caractérisées contre les principes des droits de l'Homme et la confiscation des libertés".
En ce sens, la Laddh rappelle que les aspirations du Hirak sont légitimes. "Ces aspirations, portées historiquement par le mouvement de libération nationale, sont conformes aux principes et aux normes qui fondent les nations libres", ajoute encore cette organisation qui a exprimé sa "vive inquiétude" à l'égard de la réponse par la répression généralisée aux exigences formulées par le Hirak dans un pacifisme exemplaire.
Tout en exigeant "la libération inconditionnelle" et "la réhabilitation totale des détenus", ainsi que "l'arrêt immédiat des poursuites judiciaires contre les citoyens", la Laddh rappelle, encore une fois, que "les tenants du pouvoir ont décidé d'aller vers une exacerbation de la gestion autoritaire de la société" et que cette démarche "foule aux pieds les engagements de l'Etat algérien en matière de respect des droits et des libertés".

FARID BELGACEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.