Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



VERS UN BARIL À 80 DOLLARS
LES COURS RETROUVENT LEURS NIVEAUX D'AVANT LA PANDEMIE
Publié dans Liberté le 26 - 05 - 2021

Dopés par les campagnes de vaccination et les espoirs de reprise de l'économie mondiale, les cours du pétrole continuent de grimper suscitant de l'optimisme sur les marchés et auprès des banques d'investissement.
Ces dernières, ainsi que l'Opep et l'Agence internationale de l'énergie (AIE), sont optimistes sur le fait que la demande mondiale de pétrole devrait connaître une forte hausse au second semestre de cette année.
De nombreux analystes estiment que le prix du pétrole devrait enregistrer un nouveau mois de hausse, son quatrième, car les perspectives de la demande de carburant dans des pays comme les Etats-Unis, la Chine ou en Europe s'améliorent.
Ces régions ont vu leur nombre de cas et de décès liés à la Covid-19 continuer à baisser et ont donc pu assouplir les restrictions. Selon ces analystes, la croissance de la demande mondiale de pétrole continue de maintenir les prix à un niveau plancher aux alentours de 65 dollars le baril.
Certes, la progression des prix a été contrariée, cette semaine par les négociations sur le nucléaire iranien susceptible d'augmenter l'offre mondiale de brut à terme, mais la dynamique du marché est restée haussière.
Les investisseurs "ne s'attendent plus à ce que l'accord sur le nucléaire entre les Etats-Unis et l'Iran soit rétabli dans un avenir proche, ni donc à ce que les exportations de pétrole iranien reprennent rapidement", a expliqué Eugen Weinberg, de Commerzbank. Et même si l'Iran revient sur le marché mondial du brut, la banque américaine Goldman Sachs a indiqué que le marché sera probablement capable d'absorber les barils supplémentaires, car le déploiement mondial des vaccins contre la Covid-19 continue de stimuler la demande de carburant.
Dans une note datée de dimanche, Goldman Sachs a indiqué que "les arguments en faveur de la hausse des prix du pétrole restent intacts compte tenu de la forte augmentation de la demande due aux vaccins face à une offre inélastique". Selon la note, "la mobilité augmente rapidement aux Etats-Unis et en Europe, à mesure que les vaccinations s'accélèrent et que les verrouillages sont levés, le fret et l'activité industrielle augmentant également".
Goldman Sachs a estimé qu'une reprise de la demande sur les marchés développés compenserait le récent impact sur la consommation causé par le coronavirus et la reprise probablement plus lente en Asie du Sud et en Amérique latine. Pour la banque, le marché a sous-estimé un rebond de la demande même avec une possible reprise de l'offre iranienne.
D'ailleurs, Goldman Sachs voit le baril dépasser les 80 dollars cet été. Même "en supposant agressivement" un redémarrage des exportations iraniennes en juillet, les prix du Brent atteindraient la barre des 80 dollars au quatrième trimestre, a précisé la banque américaine qui s'attend également à ce que l'Opep et ses alliés dont la Russie, compensent toute montée en puissance de la production iranienne.

Saïd SMATI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.