Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les actes de propriété tardent à venir
Pôle urbain d'Oued Tlélat
Publié dans Liberté le 17 - 06 - 2021

Des dizaines d'hectares de terres agricoles ont été urbanisés à Oued Tlélat (wilaya d'Oran), mais la procédure de changement de vocation n'a apparemment pas encore abouti.
Du coup, le pôle urbain, future nouvelle ville de plus de 20 000 unités et lots à bâtir tous types confondus, pour une moyenne de 100 000 habitants, fait face à une tracasserie administrative qui pénalise les propriétaires de fonds de commerce qui ne peuvent obtenir le registre sans l'acte de propriété.
"J'ai payé mon local jusqu'au dernier centime depuis trois ans, mais j'ai subi une fermeture faute de registre du commerce que je ne peux obtenir sans acte de propriété", déplore un jeune commerçant.
Ce blocage administratif qui touche plusieurs locaux commerciaux pousse les riverains à se réfugier dans l'informel : vente d'eau douce, de fruits et légumes, ouverture de magasins en tous genres... La cité se transforme, petit à petit, en grand bidonville.
D'où la question de la responsabilité concernant la protection du cadre de vie et de l'hygiène, notamment en période de pandémie. Il faut rappeler que les meilleures terres agricoles ont été sacrifiées pour reloger les familles des bidonvilles qui ceinturaient la ville d'Oran dans des logements sociaux éparpillés à travers la wilaya.
Cependant, le changement de vocation de ces terres qui doit passer par l'approbation de la commission interministériel présidée par le chef de l'Etat a retardé la procédure et même bloqué les indemnités qui reviennent de droit aux fellahs des EAC et EAI depuis une dizaine d'années.
"J'ai perdu 169 ha et je n'ai reçu aucun sou jusqu'à présent", affirme un membre d'une EAC du pôle urbain d'Oued Tlélat. Quant aux assiettes à haute valeur foncière, elles ont été réservées aux logements de haut standing destinés à un pouvoir d'achat élevé. Le reste du social a été orienté vers la périphérie avec toutes les conséquences qui en découlent, notamment à cause du chômage.
Le dossier du foncier constitue un véritable casse-tête : des terres agricoles ont été massacrées, laissant les fellahs complètement désemparés. À Mahdia, l'APC a tracé une cinquantaine de lots de terrain d'une EAC mais les actes de propriété tardent à venir, ce qui pousse les citoyens à construire sans permis...

NOUREDDINE BENABBOU


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.