Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ultime SOS de l'auteur Aïssa Nekkaf
Il fait face à une situation sociale déplorable À Taougrit (Chlef)
Publié dans Liberté le 12 - 07 - 2021

La situation sociale et sanitaire que traverse Aïssa Nekkaf avec l'ensemble de sa famille depuis des mois est délicate et difficile. Titulaire d'une carte d'artiste, il demande ainsi à l'Onda d'étudier son dossier pour une prise en charge médicale.
Auteur de plusieurs ouvrages (romans, recueils de poésie, d'histoire et de nouvelles, entre autres), Aïssa Nekkat de Taougrit, au nord-ouest du chef-lieu la wilaya de Chlef, se trouve, aujourd'hui, dans une situation sociale plus que déplorable. Père de famille dont un enfant souffrant d'un handicap à 100%, ses revenus dérisoires ne lui permettent en aucun cas de subvenir aux coûteux et nombreux besoins familiaux qu'il doit impérativement assumer. Diabétique et atteint d'une arthrose, il souffre le martyre pour se faire traiter et se procurer médicaments et remèdes.
À ce propos, il comptait sur l'aide et l'assistance de l'Office national des droits d'auteurs et des droits voisins (Onda). "Je suis titulaire officiellement d'une carte d'artiste et d'une autre d'auteur et de droits voisins en bonne et due forme, ce qui m'ouvre droit, à chaque fois que possible, à une aide financière de la part de l'Onda, tout comme les autres confrères se trouvant dans la même situation que moi ayant déjà bénéficié des avantages qui me sont toujours refusés, du moins pour le moment, je ne sais pourquoi", s'interroge Aïssa Nekkaf, qui ne sait plus à quel saint se vouer, ni à qui s'adresser pour lui porter secours.
Car la situation sociale et surtout sanitaire qu'il traverse avec l'ensemble de sa famille depuis des mois est, d'après ses indications à Liberté et des témoignages de plusieurs personnes qui le connaissent à Taougrit, délicate, difficile et vulnérable à tous les niveaux. Cette situation exige l'intervention immédiate des responsables en charge du secteur de la culture, non seulement au niveau local, mais également national, à l'exemple du ministère de la Culture. "Cela fait des mois que je souhaite me faire entendre et faire connaître la pénible douleur dans laquelle je me trouve. Malheureusement, l'occasion ne m'a jamais été donnée ! En plus des dizaines de requêtes, j'ai également déposé tout un dossier médical conformément à la règle au niveau du service compétent de l'Onda afin que mon cas soit étudié et pris en charge.
Et contre toute attente, la réponse est à chaque fois négative sans me fournir la moindre explication. Même les demandes d'audience que je ne cesse d'envoyer auprès de cette institution ne sont jamais prises en considération", indique l'auteur. Et de marteler : "Dans le cas où mes appels continueraient de faire l'objet d'ignorance et d'indifférence, j'observerais prochainement, chaque jeudi, un sit-in illimité devant le ministère de la Culture."

AHMED CHENAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.