Le président Tebboune et son homologue turc coprésident les travaux de la première session du Conseil de coopération conjoint de haut niveau    Gestion budgétaire: Le système intégré permettra de gérer efficacement les deniers publics    Coopération parlementaire algéro-russe: Viktor Bondarev en visite, mardi, en Algérie    Le Président Tebboune s'entretient en tête-à-tête avec le Président Erdogan    JM-Oran 2022 : "Merci à l'Algérie de nous donner l'opportunité de se retrouver"    Chanegriha préside l'ouverture d'un colloque national sur "l'eau au cœur des conflits internationaux"    Position de l'UE sur le Sahara occidental: vaine tentative de Rabat de contourner la légalité internationale    Dimajazz de Constantine: la troupe ONB et Samira Brahmia en clôture    Man City : Grealish prend la défense de Mahrez    Campagne de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Ligue 1 (30e j): l'USMA s'offre le derby face au MCA (1-0)    Covid-19: une bonne hygiène de vie recommandée    PSG : Mbappé a fait son choix    HCLA : la fierté linguistique n'est pas synonyme de renfermement    Fluctuations des données    Ligue 1: Un championnat professionnel dites-vous ?    Poutine et la victoire de l'Ukraine à l'Eurovision    Partenariat: Les raisons de l'abandon du projet « Desertec »    Centre d'enfouissement de Hassi Bounif: Une autonomie financière grâce à la valorisation des déchets    Khenchela: 5 morts et 2 blessés dans une collision    Les plages de la corniche passées au peigne fin: Les constructions illicites, les espaces verts et l'éclairage en ligne de mire    Cour d'appel du Tribunal militaire: Peines confirmées pour Bounouira, Belekcir et Zitout    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    L'école et l'arche sociale mouvante    La culture du vivre-ensemble commence à l'école    Tlemcen: Un «Souk Okadh» avec une touche locale    Brèves Omnisports    La Turquie prête à discuter    Affrontements entre groupes armés à l'ouest de la capitale    Entre l'Eurovision et Marioupol    Le produit national à l'honneur    Coups de théâtre à la cour d'Alger    Un réseau de trafic de psychotropes démantelé    Un test de taille pour l'Exécutif    Le nouveau plan de circulation    «Nous amorçons une nouvelle étape»    L'Algérie assure ses arrières    6 ans de prison pour deux douanières    De nouvelles lignes de transport    Salah rassurant avant la finale    Chams Eddine Djebassi en concert    Sortie à Alger    Comment valoriser le legs ancestral    Ouargla/Tamanrasset: large affluence du public aux portes ouvertes sur la santé militaire    Chanegriha installe le nouveau DGDSE    A quels scénarios s'attendre ?    Biatour annonce sa candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"L'art est une lumière, c'est ma source de vie et ma thérapie"
Malik Kazeoui, chanteur
Publié dans Liberté le 17 - 07 - 2021

Être artiste, c'est créer des œuvres en s'inspirant de ses émotions, de son environnement et de son expérience de vie. L'artiste non voyant compense l'absence d'un sens par une grande capacité à voir et à ressentir le monde à travers les yeux de l'âme. C'est le cas du chanteur Malik Kazeoui. Vivant en région parisienne, celui qui énonce philosophiquement "Je chante, donc je vis" a bien voulu accorder un entretien à "Liberté".
Liberté : Vous avez enregistré un bon nombre d'albums. Pouvez-vous revenir sur votre carrière dans la chanson ?
Malik Kazeoui : J'ai suivi mes premières études à l'Ecole des non-voyants de Tizi Ouzou. J'ai commencé à chanter devant les étudiants de cette ville, puis j'ai enchaîné par des galas avec Hacène Ahrès qui m'a aidé, ainsi que Si Mouh. En 2010, j'enregistre mon premier CD intitulé Tiktabine (romans) où j'évoque le pays, la femme, l'amour. En 2012 paraît Africa où j'ai chanté la jeunesse et l'appartenance à l'Afrique dans l'esprit de "l'Afrique aux Africains". L'album suivant, Tamurt iw (mon pays), parle du pays et de ses enfants qui se cherchent. En 2016 est sorti l'album Tujmiwine (nostalgies) qui est un hommage au grand Taleb Rabah que j'ai bien connu. J'ai chanté avec plusieurs artistes comme Djaffar Aït Menguellat, Karim Abranis, Rabah Ouferhat, Kenza, Noria et d'autres, comme j'ai participé à plusieurs festivals culturels en Algérie, à Annaba, à Béjaïa, à Constantine, à Oran et d'autres villes. Je participe chaque année au festival Raconte-Arts qui se tient dans les villages de Kabylie et qui me tient à cœur car les artistes improvisent et s'expriment librement.
Dès votre premier CD, avec la chanson Azref iw (mon droit), vous abordez la complexité de la vie pour un non-voyant...
Un non-voyant aspire à vivre normalement dans la société, même si parfois cela est très difficile. Pour moi, l'art est une lumière, c'est ma source de vie et ma thérapie. "Je chante, donc je vis", voilà ma philosophie de tous les jours. Beaucoup de travail reste à faire en Algérie pour aider les non-voyants. En France, la vie est plus facile pour eux avec toutes les accessibilités. Ils sont plus indépendants parce qu'ils ont beaucoup de moyens, et la technologie les aide davantage à être autonomes, à étudier et à travailler. D'ailleurs, parallèlement à mon parcours d'artiste, j'ai poursuivi des études et je prépare actuellement un diplôme de philosophie à l'université Paris VIII. J'ai également travaillé comme correcteur du livre en braille en langue française et en langue berbère. Ce dernier est un travail qui a été élaboré par moi-même et un groupe d'amis ; j'ai établi un code d'écriture en braille pour l'écriture amazighe. Je travaillais chez les éditions La Moulaty, une édition de braille initiée par Sadek el-Kébir, metteur en scène et immense conteur.
Comment êtes-vous arrivé en France ?
C'était en 2016, dans le cadre d'un festival dédié au cinéma algérien. C'était un hommage à Cheikh El Hasnaoui et à Mahmoud Zemouri où j'avais chanté avec Kamel Si Ammour et d'autres artistes. Le festival était organisé par Sud Nord Evolution, une association établie à Lille, qui m'invitait souvent à venir en France pour animer des concerts, y compris dans des salles à Paris, avec l'aide de Belaïd Branis et d'autres artistes à qui je rends hommage. Puis je me suis inscrit à l'université Paris VIII et me suis installé en France.
Après cette expérience dans la traduction, pensez-vous à l'écriture ?
Je pense écrire un récit autobiographique où je vais essayer d'illustrer le parcours et le rôle d'un non-voyant dans la société. Quant à la musique, le nouvel album de onze titres qui sortira bientôt, intitulé Tagrawla (révolution), abordera l'enfance pendant les guerres qui les empêchent d'évoluer. Victimes innocentes, ces enfants transcendent la violence pour exprimer l'amour et aspirer à la révolution du renouveau. Je prévois enfin des concerts en France qui seront également visibles sur ma page Facebook et sur ma chaîne YouTube.


Entretien réalisé à Paris par : ALI BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.