Ali Ghediri : «où est l'atteinte au moral de l'armée ?»    Abdelkader Bensalah n'est plus    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Avis contrastés sur le déroulement de la rentrée scolaire    Sauce aux fines herbes    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Le baril s'envole    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Lumière sur les zones d'ombre    Les préoccupations locales dominent    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Démarrage des soldes    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Abdelkader Bensalah n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"L'art est une lumière, c'est ma source de vie et ma thérapie"
Malik Kazeoui, chanteur
Publié dans Liberté le 17 - 07 - 2021

Être artiste, c'est créer des œuvres en s'inspirant de ses émotions, de son environnement et de son expérience de vie. L'artiste non voyant compense l'absence d'un sens par une grande capacité à voir et à ressentir le monde à travers les yeux de l'âme. C'est le cas du chanteur Malik Kazeoui. Vivant en région parisienne, celui qui énonce philosophiquement "Je chante, donc je vis" a bien voulu accorder un entretien à "Liberté".
Liberté : Vous avez enregistré un bon nombre d'albums. Pouvez-vous revenir sur votre carrière dans la chanson ?
Malik Kazeoui : J'ai suivi mes premières études à l'Ecole des non-voyants de Tizi Ouzou. J'ai commencé à chanter devant les étudiants de cette ville, puis j'ai enchaîné par des galas avec Hacène Ahrès qui m'a aidé, ainsi que Si Mouh. En 2010, j'enregistre mon premier CD intitulé Tiktabine (romans) où j'évoque le pays, la femme, l'amour. En 2012 paraît Africa où j'ai chanté la jeunesse et l'appartenance à l'Afrique dans l'esprit de "l'Afrique aux Africains". L'album suivant, Tamurt iw (mon pays), parle du pays et de ses enfants qui se cherchent. En 2016 est sorti l'album Tujmiwine (nostalgies) qui est un hommage au grand Taleb Rabah que j'ai bien connu. J'ai chanté avec plusieurs artistes comme Djaffar Aït Menguellat, Karim Abranis, Rabah Ouferhat, Kenza, Noria et d'autres, comme j'ai participé à plusieurs festivals culturels en Algérie, à Annaba, à Béjaïa, à Constantine, à Oran et d'autres villes. Je participe chaque année au festival Raconte-Arts qui se tient dans les villages de Kabylie et qui me tient à cœur car les artistes improvisent et s'expriment librement.
Dès votre premier CD, avec la chanson Azref iw (mon droit), vous abordez la complexité de la vie pour un non-voyant...
Un non-voyant aspire à vivre normalement dans la société, même si parfois cela est très difficile. Pour moi, l'art est une lumière, c'est ma source de vie et ma thérapie. "Je chante, donc je vis", voilà ma philosophie de tous les jours. Beaucoup de travail reste à faire en Algérie pour aider les non-voyants. En France, la vie est plus facile pour eux avec toutes les accessibilités. Ils sont plus indépendants parce qu'ils ont beaucoup de moyens, et la technologie les aide davantage à être autonomes, à étudier et à travailler. D'ailleurs, parallèlement à mon parcours d'artiste, j'ai poursuivi des études et je prépare actuellement un diplôme de philosophie à l'université Paris VIII. J'ai également travaillé comme correcteur du livre en braille en langue française et en langue berbère. Ce dernier est un travail qui a été élaboré par moi-même et un groupe d'amis ; j'ai établi un code d'écriture en braille pour l'écriture amazighe. Je travaillais chez les éditions La Moulaty, une édition de braille initiée par Sadek el-Kébir, metteur en scène et immense conteur.
Comment êtes-vous arrivé en France ?
C'était en 2016, dans le cadre d'un festival dédié au cinéma algérien. C'était un hommage à Cheikh El Hasnaoui et à Mahmoud Zemouri où j'avais chanté avec Kamel Si Ammour et d'autres artistes. Le festival était organisé par Sud Nord Evolution, une association établie à Lille, qui m'invitait souvent à venir en France pour animer des concerts, y compris dans des salles à Paris, avec l'aide de Belaïd Branis et d'autres artistes à qui je rends hommage. Puis je me suis inscrit à l'université Paris VIII et me suis installé en France.
Après cette expérience dans la traduction, pensez-vous à l'écriture ?
Je pense écrire un récit autobiographique où je vais essayer d'illustrer le parcours et le rôle d'un non-voyant dans la société. Quant à la musique, le nouvel album de onze titres qui sortira bientôt, intitulé Tagrawla (révolution), abordera l'enfance pendant les guerres qui les empêchent d'évoluer. Victimes innocentes, ces enfants transcendent la violence pour exprimer l'amour et aspirer à la révolution du renouveau. Je prévois enfin des concerts en France qui seront également visibles sur ma page Facebook et sur ma chaîne YouTube.


Entretien réalisé à Paris par : ALI BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.