153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ennahdha appelle le président Saïed à revenir sur ses décisions
crise politique en tunisie
Publié dans Liberté le 29 - 07 - 2021

Le parti islamiste a demandé au président Kais Saïed de revenir sur ses décsions relatives au gel des activités parlementaires et à "la monopolisation de tous les pouvoirs sans contrôle constitutionnel".
La principale formation politique du Parlement tunisien , le parti Ennahdha, a appelé le président Kais Saïed a revenir sur ses décisions du 25 juillet au dialogue mardi, indiquant être prête à des élections anticipées après le coup de force du président Kais Saïed, qui a notamment suspendu l'activité du parlement pour 30 jours et limogé le Premier ministre.
Le parti d'obédience islamiste a visiblement opté pour la prudence et a décidé de militer pacifiquement contre ce qu'il considère pourtant comme des mesures "anticonstitutionnelles et représentent un coup d'Etat contre la Constitution et les institutions". Au lendemain des heurts entre partisans du président et opposants, le parti de Rached Ghannouchi a rendu hommage à ses militants et sympathisants qui ont exprimé leurs positions "de manière civilisée et pacifique". Ennahdha a mis en garde contre le danger "des discours de violence, d'incitation et d'exclusion, en appelant tous les Tunisiens à renforcer la solidarité, la coopération et l'unité et à affronter tous les appels à la division et aux conflits civils".
À l'issue d'une réunion d'urgence tenue lundi soir, et présidée par le président du Parti, Rached Ghannouchi, Ennahdha a demandé au président Kais Saïed de revenir sur "les mesures exceptionnelles" qu'il avait prises dimanche savoir, et particulièrement celles relatives au gel des activités parlementaires et à "la monopolisation de tous les pouvoirs sans contrôle constitutionnel" Le parti a souligné , dans ce sillage, la nécessité de reprendre les travaux de l'ARP (Parlement) en tant qu'"autorité fondamentale démocratiquement élue", et d'engager un dialogue national pour sortir le pays de ses crises : politique, sociale, économique et sanitaire. Aux formations politiques et organisations civiles , Ennahdha a, en effet, demandé d' intensifier leurs "consultations (...) afin de préserver les acquis démocratiques et de revenir le plus rapidement possible aux conditions constitutionnelles et au fonctionnement normal et juridique des institutions et de l'administration de l'Etat." Dans son communiqué, Ennahdha s'est dit «prêt à la tenue d'élections législatives et présidentielle anticipées simultanées afin de garantir la protection du processus démocratique et d'éviter que tout retard ne serve de prétexte au maintien d'un régime autocratique».
Mais les observateurs s'interrogent si cette attitude pacifiste du parti islamiste était-t-elle synonyme de son isolement populaire et politique, à considérer le faible écho qu'a reçu par l'appel lancé par son leader historique, ou alors d'appels à la raison ? Ils évoquent, à ce titre, que l'Algérie a pressé à la fois le président et ses opposants d'"apaiser les confrontations afin d'éviter une déstabilisation supplémentaire ou l'éventuelle intervention de forces extérieures". De son coté, Kais Saïed, dont les décisions suscitent l'inquiétude au sein de la communauté internationale, et alors qu'aucune information n'a filtré sur les démarches pour la désignation du futur chef du gouvernement, passe à la prochaine étape de mise en œuvre de sa feuille de route. À savoir, l'ouverture des dossiers de la corruption.
Dans ce cadre, le Pôle judiciaire économique et financier a décidé de diligenter une enquête sur des financements étrangers et non identifiés d'Ennahdha, de Qalb Tounès et de Ich Tounsi, lors des campagnes électorales de ces partis. Une enquête relative au dossier de l'Instance vérité et dignité et de la Banque franco-tunisienne a été également ouverte. Et, enfin, le dossier d'un marché d'achat de moteur, effectué par Tunisair technique avec un certain nombre de fournisseurs a été soumis au parquet du pôle judiciaire après son examen par le juge d'instruction de première instance.
Amar R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.