Du nouveau dans la brouille entre Icardi et sa femme Wanda Nara    les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    relâchement au match retour    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La renaissance    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les prix poursuivent leur hausse
MARCHE DU GAZ
Publié dans Liberté le 22 - 09 - 2021

■ Les prix du gaz continuent de progresser fortement en Europe ; Gazprom refusant de pomper davantage de gaz via l'Ukraine et semblant faire de la surenchère pour faire valoir sa position de fournisseur incontournable, et contraindre ainsi ses clients européens à adhérer au gazoduc controversé Nord Stream 2.
Lundi, la référence européenne des prix du gaz naturel, le hub néerlandais TTF, a vu ses prix grimper de plus de 10%. Les contrats à terme d'octobre ont augmenté de plus de 11%, alors que les contrats à terme de novembre et de décembre ont progressé respectivement de plus de 14% et de près de 15%, atteignant un pic historique.
Les prix ont gagné plus de 30% en variation hebdomadaire. Les cours ont grimpé de 105,82% par rapport aux niveaux de janvier dernier et de 82,27% en variation annuelle. Et ce n'est peut-être pas encore fini dans un contexte de demande plus élevée et de stocks plus faibles. "Les prix en Europe ont déjà battu tous les records possibles. Et peut-être même que dans un futur proche, ces records seront battus à leur tour", a estimé, vendredi dernier, Alexeï Miller, patron de Gazprom.
La Russie, principal fournisseur du Vieux Continent en gaz, se gardait, jusqu'ici, d'augmenter ses livraisons via l'Ukraine. Gazprom, qui vient de terminer le gazoduc Nord Stream 2 qui servira à doubler sa capacité d'exportation via la mer Baltique, dit, en revanche, attendre l'autorisation d'exploitation des autorités allemandes.
Le torchon brûle à nouveau entre Européens et Russes en raison de la baisse de l'offre. La semaine dernière, un groupe de législateurs du Parlement européen a demandé à la Commission européenne d'enquêter sur le rôle de Gazprom, contrôlé par l'Etat russe, dans la flambée des prix du gaz, affirmant que le comportement de la compagnie suscite de la suspicion sur une possible manipulation du marché.
La Russie semble vouloir forcer la main aux Européens, afin de lever les écueils se dressant sur le chemin de la mise en service du Nord Steam 2. Cette mise en service du gazoduc ne devrait pas intervenir avant début 2022 et le chemin n'est pas sans embûches.
En effet, le régulateur allemand doit demander son opinion à la Commission européenne et en tenir compte, sauf que la procédure peut durer plusieurs mois. Il se trouve que la baisse de l'offre sur le marché n'est pas le seul facteur favorisant la hausse des cours du gaz.
La reprise de l'économie mondiale, la hausse de la demande, le sous-investissement et les niveaux bas des stockages européens ont contribué à ce mouvement haussier et la situation ne devrait pas évoluer dans le sens d'une baisse des cours avant le printemps de 2022.
La situation n'est pas meilleure sur le marché asiatique où les prix ont atteint des niveaux jamais égalés. La demande post-Covid carbure à plein régime et les prix montent en flèche de semaine en semaine. Le marché connaît ainsi une envolée des cours comme on n'en avait jamais vu jusqu'ici. Et ce n'est probablement que le début.

Ali TITOUCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.