Coupe arabe de la Fifa-2021 Liban - Algérie : "On s'attend à un match difficile"    OMS : Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Aouchem, acte 2    Lamamra : L'alliance maroco-israélienne, une jonction entre deux expansionnismes territoriaux    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Poursuite des travaux du séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    Le PT fustige le gouvernement    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Derouaz : "Nous avons apporté les éclaircissements    "Le Hirak continue à faire son effet sur la conscience collective"    Libye : la présidentielle en équation    La stabilité des prix du pétrole en jeu    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Déclin du RND et recul du MSP    Le lourd défi des nouveaux élus    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    «Contre les inégalités et la discrimination»    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    5 décès et 192 nouveaux cas en 24 heures    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les nouvelles routes de la "harga" vers l'Espagne
ILS SONT DE PLUS EN PLUS NOMBREUX À EMBARQUER DES CÔTES DU CENTRE DU PAYS
Publié dans Liberté le 25 - 09 - 2021

Malgré le mauvais temps annoncé en Espagne, les embarcations des harraga continuent de prendre le large en direction des côtes d'Almeria, de Murcie, d'Alicante et des îles Baléares.
Ce jeudi, trois pateras, transportant une quarantaine de personnes, sont sorties d'Oran vers la fin de matinée, alors que d'autres départs sont signalés un peu partout des plages et des criques algériennes.
Ce mois est particulièrement favorable aux traversées clandestines puisqu'on enregistre du 1er au 23 septembre plus de 2 200 Algériens qui ont débarqué sur les côtes espagnoles à bord de 150 embarcations ou plus.
Des chiffres qui nous ont été communiqués par Francisco José Clemente Martin, membre du Centre international pour l'identification de migrants disparus (CIPIMD), qui ne concernent que les harraga secourus ou interceptés par le service maritime de la Garde civile, les gardes-côtes espagnols.
Parmi les arrivants, une quarantaine de femmes, dont certaines enceintes, et une trentaine de mineurs, dont des enfants en bas âge. On apprendra, de la même source, que 13 corps ont été retrouvés dont 3 ont été identifiés par les autorités espagnoles, alors qu'on déplore environ 50 disparitions de migrants clandestins à bord de différentes embarcations.
Ces dernières sont généralement des bateaux en fibre équipés d'un moteur de plus de 60 CV ou des semi-rigides avec un moteur de moins de 60 CV. Le marché des bateaux et des moteurs est devenu un secteur lucratif, placé sous haute surveillance sécuritaire, depuis le retour en force de la "harga".
Les différents démantèlements de réseaux de passeurs s'accompagnent souvent de saisie de barques et de moteurs. En septembre, deux embarcations de 4,5 m et trois moteurs de hors-bord de 15,90 et 100 CV ont été saisis par la police à Oran.
Un mois plus tôt, et toujours à Oran, les services de lutte contre l'émigration clandestine avaient annoncé le démantèlement d'une bande criminelle présumée spécialisée dans la fabrication d'embarcations et l'organisation de traversées clandestines.
Parallèlement à l'interpellation des suspects, la perquisition d'un atelier, situé dans une exploitation à l'est de la ville, a conduit à la saisie d'un important équipement de navigation, dont 15 embarcations et 16 moteurs de 85 et 150 CV.
Une fois interceptées par les gardes-côtes espagnols au large et les harraga ramenés à terre, ces embarcations sont détruites, explique Francisco José Clemente Martin. Si traditionnellement, les côtes ouest du pays servent de base de lancement de centaines de bateaux de clandestins en direction de l'Espagne, de plus en plus de harraga embarquent des wilayas du Centre, particulièrement d'Alger et de Boumerdès.
Pour notre interlocuteur, "il y a de plus en plus de sorties à partir de tout le pays", et derrière ces nouvelles routes de la migration, il décèle la main des réseaux de passeurs. "Les mafias veulent gagner plus d'argent en ouvrant de nouvelles routes. Elles ne se soucient pas des vies des autres", précise-t-il, tenant, toutefois, à sermonner ces harraga.
"Je dis aussi que personne n'oblige ces jeunes à sortir et ces harraga paient de très grosses sommes d'argent. Je remarque que beaucoup d'entre eux viennent en Espagne juste pour s'amuser sans se soucier des circonstances. Beaucoup de jeunes n'ont pas besoin d'embarquer", résume-t-il sa pensée.

SAïD OUSSAD


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.