Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fin des procès par visioconférence à Oran
Justice
Publié dans Liberté le 18 - 10 - 2021

À compter de cette semaine, les détenus seront jugés en présentiel dans les tribunaux d'Oran et non plus par visioconférence tel que cela avait été décidé au printemps 2020 comme mesure de lutte contre la propagation du coronavirus. Ayant constaté un net recul de la crise sanitaire, les autorités judiciaires viennent ainsi d'autoriser le retour des jugements en présentiel au grand soulagement des avocats de la défense qui avaient maintes fois dénoncé une atteinte au droit des détenus à un procès équitable : impossibilité d'interagir avec le juge, mauvaise qualité de liaison, perturbation et coupures de la connexion, reports des procès..., tous ces aléas ne permettant pas de réunir les conditions pour un procès juste et équitable.
C'est en tout cas ce que les avocats de la défense ont dénoncé à plusieurs reprises, certains étant même allés jusqu'à quitter la salle d'audience en signe de protestation. Cela s'est produit en juillet 2020, déjà, au tribunal de Felaoucène, à Oran, lorsque le procès d'un promoteur immobilier avait été "une nouvelle fois" décalé en raison de l'indisponibilité de l'équipement de visioconférence. Les tribunaux d'Oran étaient, en effet, dépendants d'un seul matériel pour visioconférence qui faisait le tour des salles d'audience pendant toute la semaine. En colère, une quarantaine d'avocats avaient investi la salle des pas perdus pour dénoncer des "conditions de travail indignes (...) et une organisation des activités judiciaires au détriment des justiciables".
Les avocats qui s'interrogeaient sur l'entêtement des autorités judiciaires à ne pas se procurer d'autres appareillages pour alléger la pression sur les tribunaux estimaient que le retour à des procès normaux était primordial pour le bien de la justice. La semaine dernière encore, l'Union nationale des ordres des avocats (Unoa) était montée au créneau pour demander l'arrêt des jugements à distance qui, avait-elle alerté, "portent atteinte aux droits des détenus et aux droits de l'Homme" et "constituent une grande injustice à l'égard des personnes arrêtées".

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.