Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



SmaIl Yefsah L'inoubliable voix
28e anniversaire après son assassinat
Publié dans Liberté le 20 - 10 - 2021

Vingt-huit longues années plus tard, il y avait encore foule, hier, à Tala Amara. Comme chaque année, en cette même journée d'octobre, des centaines de personnes, y compris la famille de Djamel Bensmaïl, ont convergé vers le cimetière de ce village de Tizi Rached pour rendre hommage à Smaïl Yefsah, ce journaliste, qui a visiblement marqué à jamais les esprits par son professionnalisme, ses qualités humaines et par la manière abjecte avec laquelle il a été exécuté à l'arme blanche par une horde sauvage une certaine matinée du 18 octobre 1993, alors qu'il quittait son domicile pour se rendre au travail. Hier encore, le cimetière de Tala Amara, qui a rassemblé des hommes et des organisations de différents horizons, n'était pas sans évoquer la dure loi de l'Histoire qui consiste à rappeler aux vivants les victimes, mais jamais leurs bourreaux ou leurs assassins.
Bien qu'ils soient peut-être encore vivants, tapis dans l'ombre, ses assassins, sans nom et sans visage, n'étaient plus que d'anonymes morts de l'Histoire, mais l'enfant de Tala Amara, lui, s'est révélé plus que jamais vivant. Au musée portant son nom comme à l'école du village qui a abrité l'essentiel des activités de cette commémoration baptisée "Smaïl et Bensmaïl : deux faces d'une même pièce", et encore davantage autour de sa tombe, l'émotion et les discussions et surtout les témoignages laissaient clairement révéler que l'assassinat de Smaïl Yefsah est une plaie encore ouverte. "Votre présence massive ici est une preuve que Smaïl n'est pas mort", a, d'emblée, lancé Kamel Kermas, le président du Comité de village de Tala Amara. Lui succédant, Mehdi Yefsah, le frère du défunt, a tenu à souligner que Smaïl n'est pas l'enfant de sa seule famille biologique, mais celui de toute l'Algérie.
"Il est mort pour la démocratie, la liberté de la presse et l'honnêteté. Cette commémoration vise à faire échec à la culture de l'oubli. C'est aussi un message d'espoir et de fraternité. Aujourd'hui, nous sommes honorés de recevoir la famille Bensmaïl, car ceux qui ont tué Smaïl Yefsah sont ceux qui ont tué Djamel Bensmaïl, à savoir l'ignorance et la haine", a-t-il déclaré. Le député Ouahab Aït Menguellet, qui a eu à apporter son témoignage sur ce talentueux journaliste, a rappelé avec fierté le rôle joué par Smaïl Yefsah lors du gala "Pas comme les autres" de 1991 à la salle Atlas, à Alger. "Le gala de l'Atlas en 91, où les forces qui ont tué Smaïl voulaient empêcher Lounis Aït Menguellet de se produire, était un gala de combat où Smaïl s'était grandement impliqué durant une semaine", a-t-il témoigné. "Le souci de Smaïl et le nôtre aujourd'hui sont les mêmes : quelle Algérie laisserons-nous à nos enfants ? C'est pour cela qu'il demeure toujours un symbole pour nos luttes", dira Hacène Helouane, alors que Nouredine Bensmaïl a souligné que "Smaïl et Bensmaïl ont au moins en commun l'amour et le rêve d'une Algérie de liberté et de prospérité".

Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.