Ecole nationale supérieure d'Agronomie: sortie de la 57e promotion d'étudiants    Migrants tués par la police marocaine: "le Maroc essaie d'effacer les preuves de la tragédie"    JM / haltérophilie : l'Algérien Fardjalla au pied du podium à l'épaulé-jeté    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    JM /Handball dames/ Gr.A : le point après la 3e et dernière journée    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Feuille de route admissible ?    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Le sens et les messages d'un défilé    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    Makri avance sa proposition    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    La plaidoirie de Lamamra    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    L'Algérie se dote d'une unité d'insuline    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    Lancement de la distribution de 160.000 logements à l'échelle nationale    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Trois manifestants tués
L'armée française a fait usage de la force au Niger
Publié dans Liberté le 29 - 11 - 2021

Après le Mali dont le divorce est consommé avec la présence militaire française, désormais, le sentiment antifrançais grandit au Burkina Faso et au Niger, où l'usage de la force par les militaires français risque de faire monter la fièvre et de transformer ce sentiment d'hostilité en demande de départ de la force Barkhane.
Les forces françaises du convoi bloqué dans la ville de Téra par les manifestants ont usé de leurs armes et causé 3 morts et 18 blessés, samedi. Ces victimes ont été enregistrées lors des heurts entre un convoi militaire français de passage vers la ville de Gao au Mali et des manifestants dans la ville de Téra au Niger, indique le maire de la ville, cité par des médias locaux. "Les heurts avaient fait 3 morts et 18 blessés parmi les manifestants", a indiqué le maire de Téra, Hama Mamoudou. Selon un communiqué du ministère nigérien de l'Intérieur, "le convoi de la force française Barkhane, composé de près de 100 véhicules, en route pour le Mali a été bloqué samedi matin par des manifestants à Téra, région de Tillabéri, où il a passé la nuit". Il ajoute que la force française a fait usage de la force. Cette situation risque de provoquer une plus grande colère contre la présence militaire française dans la région. Présence que des manifestants au Burkina Faso ont critiquée et dénoncée, dans le sillage du blocage du même convoi lorsqu'il traversait le pays en provenance de Côte d'Ivoire.
À son entrée en territoire burkinabè, il y a plus d'une semaine, le convoi français a d'abord été ralenti dans sa progression par des manifestants à Bobo Dioulasso (sud-ouest), puis dans la capitale, Ouagadougou. Mais c'est vendredi 19 novembre, à Kaya, à une centaine de kilomètres au nord-est de Ouagadougou, que les manifestants se sont le plus mobilisés contre son passage. Ces manifestations dans les villes de passage du convoi au Burkina Faso, ont été organisées par la Coalition des patriotes africains du Burkina Faso (Copa BF). "Nous avons décidé de faire barrage, parce que malgré les accords signés avec la France, nous continuons à enregistrer des morts et nos pays demeurent sous-armés", a déclaré le porte-parole de Copa BF, Roland Bayala. Il a affirmé avoir "appelé les populations qui se trouvent sur l'itinéraire de ce convoi à se mobiliser". Des négociations entre le gouvernement burkinabè et les organisateurs des manifestations ont permis au convoi de reprendre sa route, jeudi 25 novembre, vers la frontière avec le Niger.
Le blocage à Téra, dans l'ouest du Niger, d'un convoi militaire français se rendant à Gao, au Mali, déjà bloqué plusieurs jours par des manifestations au Burkina Faso, atteste de la contestation qu'engendre désormais la présence militaire française au Sahel. Déployée dans le cadre de l'opération Barkhane de lutte contre les groupes terroristes, cette présence française est de plus en plus critiquée au Niger, au Burkina Faso et dans d'autres pays d'Afrique de l'Ouest.

R. I./APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.