L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



In Aménas, Arzew et Skikda, zones à risques majeurs
Le conseil du gouvernement a examiné hier le dossier
Publié dans Liberté le 06 - 04 - 2006

Après Hassi-Messaoud, Hassi-R'mel et Hassi-Berkine, le gouvernement a déclaré, hier, le pôle d'In Aménas ainsi que les zones industrielles d'hydrocarbures d'Arzew et de Skikda “zones à risques majeurs”.
Cette décision a été entérinée par le Conseil de gouvernement qui a adopté les trois décrets exécutifs suite à une présentation de Chakib Khelil, ministre de l'Energie et des Mines. Elle s'appuie sur la politique nationale de prévention et de gestion des risques majeurs liés aux industries énergétiques. “Ces mesures sont destinées à mettre fin à une situation d'anarchie et, essentiellement, à assurer la sécurité des citoyens, de leurs biens et de l'économie nationale ainsi qu'à imposer le respect des règles d'urbanisme, d'occupation des sols et d'environnement”, précise le communiqué du Conseil de gouvernement.
Suite aux incidents tragiques qui se sont produits dans la zone industrielle de Skikda ainsi qu'aux risques importants à Hassi-Messaoud, et dans les autres sites stratégiques, le gouvernement avait décidé en novembre 2004, à travers 21 mesures d'urgence, que les zones industrielles relevant du secteur des hydrocarbures, en particulier, fassent l'objet d'une régulation et de dispositions particulières. Et ce, dans le cadre des dispositions de la loi relative à la prévention des risques majeurs et à la gestion des catastrophes.
Il s'agissait, dans un premier temps, de la localisation des zones à risques, puis de leur classification en tant que telles. Cette mesure est suivie par le contrôle intensif des mesures de prévention et des capacités de gestion des catastrophes.
Cette politique s'accompagne par une délocalisation des habitations se trouvant à l'intérieur de ces zones. Le ministre de l'Energie avait entamé, il y a de cela près d'une année, l'évacuation des indus occupants de la plate-forme pétrochimique de Skikda.
Hassi-Messaoud avait été la première à être déclarée zone à risques majeurs en novembre 2004. Elle est redevenue dans ce cadre une “zone d'exploitation”. Parmi les arguments avancés par l'Exécutif, l'urbanisation incontrôlée qui s'est étendue sur le champ pétrolier. Celle-ci mettait en danger la sécurité des habitants ainsi que des installations.
La “délocalisation de la ville et la sécurisation du champ pétrolifère” de Hassi-Messaoud sont devenus une “priorité nationale” et dont le suivi est assuré par un conseil interministériel. Au-delà de la situation même de Hassi-Messaoud, c'est toute la problématique de gestion des risques majeurs dans les sites stratégiques qui a été posée à ce moment-là.
Ahmed Ouyahia avait donné instruction à Chakib Khelil, en vue de prendre en charge l'ensemble de la sécurité des zones d'activité pétrolière, de préparer un dossier lié aux autres zones pétrolières existantes. Ce qui a entraîné, quelques semaines plus tard, la classification de Hassi-Berkine et Hassi-R'mel en zones à risques. C'est dans ce registre qu'interviennent aujourd'hui les trois décrets exécutifs adoptés par le gouvernement concernant Arzew, Skikda et In Aménas. Les sites stratégiques majeurs pouvant entraîner des risques importants devraient être à l'avenir contrôlés administrativement.
Le Chef du gouvernement avait instruit le ministre de l'Energie et des Mines pour élaborer, en collaboration avec les ministres de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire, “un avant-projet de loi destiné à placer la gestion des assiettes territoriales des zones pétrolières dans le cadre d'une gestion administrative ad hoc”.
Cette mesure est destinée, avait précisé à l'époque Ahmed Ouyahia, “à éloigner les dérèglements et les risques graves qui existent actuellement”. Le texte est toujours en préparation au niveau du ministère de l'Energie.
Samar Smati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.