Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    La BEA en mode «accélération»    Un gisement de richesses négligé    La carte gagnante    La FIFA rétablit une vérité historique    Des documents top secret saisis    Reprise, demain, des rotations de la Minusma    Avec Mahrez sans Messi    Guerre à la parisienne!    Boulahbib de retour aux affaires    Etat d'alerte maximale    L'école privée cherche sa voie    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Ancelotti dira stop après le Real Madrid    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Un policier assassiné    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    Fondateur du roman algérien moderne    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Assad accuse le Premier ministre turc de ne pas dire la vérité
Publié dans La Nouvelle République le 03 - 04 - 2013

Le président syrien a accusé le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan de ne pas avoir dit la vérité sur le conflit en Syrie, selon des extraits d'une interview à des médias turcs publiés hier sur le site de Bachar al-Assad.
«Depuis le début de la crise en Syrie, Erdogan n'a pas dit un seul mot de vrai», a dit M. Assad aux journalistes de la chaîne turque Ulusal et du journal Aydinlik. L'interview avec M. Assad a été menée mardi et sera intégralement diffusée vendredi, selon le site du président. Le gouvernement de M. Erdogan réclame le départ de Bachar al-Assad et soutient les rebelles dans le conflit qui a fait, selon l'ONU, plus de 70 000 morts depuis mars 2011. La Turquie accueille en outre sur son sol 200 000 réfugiés syriens. Dans un autre extrait, le président syrien a qualifié un récent attentat ayant tué un célèbre dignitaire religieux sunnite pro-régime d'acte visant à provoquer un «conflit interconfessionnel». Cet attentat suicide perpétré le 21 mars à Damas avait tué cheikh Mohammad Saïd al-Bouti et 48 autres personnes. Le régime en avait alors accusé les «terroristes», terme qui désigne les rebelles selon la terminologie officielle. «Des dignitaires religieux, dont cheikh Bouti, ont eu un rôle clé pour mettre en échec un plan de guerre confessionnelle. C'est pourquoi ils (les rebelles, ndlr) ont assassiné Bouti et deux jours plus tard un autre dignitaire religieux à Alep. Auparavant, ils avaient tué d'autres religieux», a dit le président syrien. Echange de tirs israélo-syriens sur les hauteurs du Golan Un char israélien a ouvert le feu mardi soir en direction du territoire syrien après qu'un obus de mortier syrien, accompagné de tirs d'armes légères, fut tombé dans la partie du plateau du Golan occupée par Israël, a indiqué l'armée israélienne. «Lors d'un deuxième incident ce soir dans le plateau du Golan, une patrouille de Tsahal (l'armée israélienne, ndlr) a été la cible de tirs à l'arme légère à la frontière israélo-syrienne. Il n'y a eu ni blessé ni dégât», a indiqué un communiqué militaire. «En réponse, l'armée a ouvert le feu sur la source des tirs et l'a touchée avec précision», a précisé le communiqué. Un obus de mortier venant de Syrie était auparavant tombé dans le sud du plateau du Golan, un secteur occupé par Israël, sans faire de victime ni de dégât, selon une porte-parole militaire. L'armée israélienne, qui a qualifié ces incidents de «graves», a transmis une plainte officielle à la FNUOD (Force de l'observation du désengagement sur le Golan), chargée de faire respecter le cessez-le-feu entre les deux voisins. Depuis le début du conflit en Syrie il y a deux ans, la situation s'est tendue sur le Golan, dans le sud syrien, mais les incidents -- obus syriens tombant côté israélien et tirs de semonce israéliens – sont restés jusqu'à présent relativement limités. Les responsables israéliens attribuent jusqu'à présent la chute récurrente d'obus syriens en territoire sous contrôle israélien à des «erreurs de tirs», en raison de la proximité des combats entre les forces du régime et les rebelles. «Que ce soit notre territoire qui soit visé ou non, nous allons riposter pour faire taire la source des tirs, comme nous l'avons déjà fait la semaine dernière», a réaffirmé mardi à des journalistes le ministre israélien de la Défense, Moshé Yaalon, lors d'une visite sur le Golan. Le 24 mars, M. Yaalon avait déjà promis de répondre «immédiatement» à tout tir syrien, ajoutant dans un communiqué qu'il tenait le régime de Damas responsable de toute «violation de la souveraineté» israélienne. Le jour même, des soldats israéliens postés dans la partie du Golan occupée par Israël avaient ouvert le feu sur une position militaire syrienne après avoir essuyé des tirs du territoire syrien pour la deuxième fois en 24 heures, selon une porte-parole militaire israélienne. Israël est officiellement en état de guerre avec la Syrie. Il occupe depuis 1967 quelque 1 200 km2 du plateau du Golan, qu'il a annexés, une décision que n'a jamais reconnue la communauté internationale, environ 510 km2 restant sous contrôle syrien.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.