Application des nouveaux tarifs    La revalorisation officialisée    Ce qu'il faut faire pour éviter l'échec    Que sait-on de l'hydroxychloroquine ?    8 décès déplorés, 115 nouveaux cas    Déconfinement progressif: "la FNTT appelle à des mesures strictes à l'égard des transporteurs privés"    Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réunion ministérielle à Tunis sur le conflit libyen
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 02 - 2017

La réunion ministérielle de concertation entre l'Algérie, la Tunisie et l'Egypte, sur la situation en Libye, s'est poursuivie hier à Tunis sur fond de mobilisation des pays voisins, et ce pour «surmonter les obstacles» entravant le dialogue interlibyen en vue d'un règlement politique et global de la crise libyenne.
L'Algérie a longtemps réitéré sa position pour un dialogue politique dans le règlement du conflit libyen. Une résolution qui a été soutenue lors de la réunion ministérielle de concertation sur la situation tenue dimanche jusqu'à hier à Tunis. Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine (UA) et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, s'est entretenu la veille avec les ministres tunisien et égyptien des Affaires étrangères, respectivement Khemaies Jihnaoui et Samah Choukri. Les trois parties sont appelées à définir le rôle de chaque pays dans le rapprochement de points de vues entre les parties libyennes, de converger leurs approches respectives, afin de faire avancer le processus actuel devant conduire à la consolidation de l'accord politique et garantissant, par la même, le succès du sommet sur la Libye prévu à Alger. C'est dans ce cadre que le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, s'est dit disposé à recevoir les différents antagonistes libyens, n'écartant pas la possibilité d'une éventuelle visite du maréchal Hafter en Tunisie pour tenter de débloquer la situation en Libye. « La Tunisie reste sur sa position rejetant toute intervention militaire en Libye», a affirmé Essebssi, assurant que «la solution politique demeure le meilleur moyen de prévenir d'éventuelles complications, voire une longue guerre civile libyenne». La réunion ministérielle de concertation, Algérie-Tunisie-Egypte, s'est articulée, selon la partie tunisienne, autour de quatre principaux axes : «Amener les Libyens, toutes sensibilités politiques confondues, au dialogue, rejeter toute solution militaire (...), et inviter les protagonistes libyens à aplanir les litiges». Longtemps décidée sur la résolution politique, l'Algérie a consentis, à la demande des parties libyennes, des efforts intenses pour aider à ce rapprochement, et à trouver des solutions aux différends qui les opposent. «L'Algérie reste déterminée à œuvrer dans ce sens pour qu'une solution définitive soit trouvée et permettre le rétablissement de la sécurité et de la stabilité dans ce pays», avait affirmé samedi le ministère des Affaires étrangères. «C'est dans ce sens et à la demande des parties libyennes qui se sont rendues en Algérie ces dernières semaines, qu'une tournée dans plusieurs régions libyennes de M. Messahel est programmée dans les prochains jours», selon la même source. Le ministre avait récemment mis en exergue l'importante contribution de l'Algérie visant au rapprochement entre les parties libyennes, ainsi que son action constante en faveur de la solution politique durable, à travers le dialogue inclusif, la réconciliation nationale, loin de toute ingérence extérieure et l'impératif de mutualiser les efforts des libyens pour bâtir des institutions fortes et légitimes, notammentune armée nationale unifiée. Les dirigeants libyens sont parvenus, à l'issue d'une série de rencontres tenues dans plusieurs pays voisins dont l'Algérie, l'Egypte et la Tunisie, à un accord consacrant plusieurs constantes nationales «indéniables et immuables dont la préservation de l'unité de la Libye et de son intégrité territoriale», ainsi que les exigences actuelles impliquant l'établissement d'un Etat fort qui jouit d'institutions solides, d'un peuple uni et d'une armée opérationnelle. «Bannir toute forme d'ingérence étrangère dans les affaires internes libyennes, cesser l'effusion du sang libyen, s'engager à instaurer un Etat civil, démocratique et moderne, outre le rejet de toute forme de marginalisation et d'exclusion, la consolidation de la réconciliation nationale et la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme». Telle était la vision partagée des participants à ces différentes rencontres.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.