Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    Exception d'inconstitutionnalité: Le plaidoyer de Louh    Tébessa: Un programme d'urgence pour l'eau potable    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Un pacte self-service    FAF - Coupe d'Algérie (1/32e et 1/16e de finale): Place aux émotions et gare aux surprises !    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Axe Gdyel - Hassi Ben-Okba: Un octogénaire meurt dans une collision entre un camion et une voiture    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Affaire du magistrat tué à Sidi Bel-Abbès: L'épouse de la victime, sa fille et un complice écroués    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    Des milliers de manifestants marchent pour les libertés    Le FLN pour une nouvelle sérénité    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Copa Libertadores : River Plate s'adjuge le titre face à Boca Juniors    Le poids de la crise    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    Ouyahia contrarié ?    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    La vie perturbée de la CAN-2019    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Le communiqué déroutant de la coalition    «C'est un jour important pour moi»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Générale de «Ali Bitchin, pour l'amour d'une princesse»
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 11 - 2018

«Ali Bitchin. Pour l'amour d'une princesse», une pièce de théâtre sur le parcours singulier de Aldo Piccinin, un jeune esclave italien devenu gouverneur sous la Régence d'Alger au XVIe siècle, a été présentée mercredi à Alger, devant un public nombreux.
Accueilli au Théâtre municipal d'Alger Centre, le spectacle, mis en scène par l'Italien, Alberto Nicolaï, sur un texte de Riccardo Nicolaï (son frère), a été monté par l'Institut culturel italien d'Alger, dans le cadre du programme culturel «Italia Culture Mediterraneo», destiné à «renforcer les échanges et l'amitié algéro-italiens». Pendant près d'une heure de temps, le spectacle raconte l'histoire réelle d'un jeune esclave italien, Aldo Piccinin, capturé au XVIe siècle à Massa (Toscane- centre ouest de l'Italie), par les Barbaresques, puis adopté par son maître, avant de se convertir à l'Islam sous le nom d'Ali Bitchin.
Plusieurs tableaux d'échanges intenses ou de danses chorégraphiques, ont montré l'ascension fulgurante du jeune Ali qui va grimper très vite dans la hiérarchie des Janissaires, et devenir le «Lion des mers» régnant sur la Méditerranée.
Follement amoureux de Lalla Lallahoum, la Princesse de Koukou qui dédaigne ses cadeaux somptuaires, Ali Bitchin construit une luxueuse mosquée dans la basse Casbah d'Alger pour gagner le cœur de la jeune fille au caractère trempé.
Durant son parcours, Ali Bitchin, rendu par Tarik Bouarrara, verra son destin se croiser successivement avec, la mère naturelle, la mère adoptive, la princesse, l'épouse et la servante qui tentera de l'empoisonner, toutes, campées avec brio, par Meryem Medjkane, qui, dans différents accoutrements, a su varier son jeu et le ton de son propos en fonction des registres de personnages qu'elle a rendu. Le duo de comédiens s'est livré à un rythme soutenu, dans une succession de situations, comiques ou burlesques pour certaines, indépendantes les unes des autres, mais constituant les moments pertinents de la vie atypique de l'esclave, Aldo Piccinin, devenu Ali Bitchin, Gouverneur sous la Régence d'Alger.
Sur un espace nu, le metteur en scène a préféré miser sur un éclairage minimaliste et la capacité des comédiens à porter un texte aussi exigent, à travers une occupation optimale de l'espace scénique et un jeu juste dans lequel Meryem Medjekane et Tarik Bouarrara ont brillé, faisant montre de toute l'étendue de leurs talents respectifs. En présence de représentants des missions diplomatiques italienne et britannique accréditées à Alger, le public, prenant part à une belle immersion dans l'histoire, a savouré tous les moments du spectacle dans la délectation.
"Ravis de présenter notre travail à Alger devant ce public magnifique", a déclaré Alberto Nicolaï, avant que son frère Riccardo n'ajoute : «Nous avons monté ce spectacle en 2017 avec une quarantaine de personnages, pour l'adapter en 2018 à six seulement». La pièce de théâtre, «Ali Bitchin. Pour l'amour d'une princesse» a été montée en collaboration avec le Théâtre municipal d'Alger-Centre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.