14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    Après la destruction par la douane libyenne de sa cargaison de jus pour «non-conformité».. L'entreprise NCA Rouiba réagit    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Tournoi International de la LAT.. 25 nations au rendez-vous    INVESTISSEMENT : 4 000 émigrés algériens veulent investir en Algérie    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    LOGEMENTS SOCIAUX A ORAN : Des brigades pour lutter contre la sous-location    La guerre des amulettes ?    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les chiffres de la Cacobatph    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Le meeting national des retraités de l'armée annulé    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Jijel : Le corps d'un jeune disparu en mer repêché à la plage Aftis    Nouvelles d'Oran    A la recherche du temps perdu    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Volley-ball - Super Division: Bonne opération pour le RC Msila    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Venezuela : Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre l'or "volé"    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Générale de «Ali Bitchin, pour l'amour d'une princesse»
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 11 - 2018

«Ali Bitchin. Pour l'amour d'une princesse», une pièce de théâtre sur le parcours singulier de Aldo Piccinin, un jeune esclave italien devenu gouverneur sous la Régence d'Alger au XVIe siècle, a été présentée mercredi à Alger, devant un public nombreux.
Accueilli au Théâtre municipal d'Alger Centre, le spectacle, mis en scène par l'Italien, Alberto Nicolaï, sur un texte de Riccardo Nicolaï (son frère), a été monté par l'Institut culturel italien d'Alger, dans le cadre du programme culturel «Italia Culture Mediterraneo», destiné à «renforcer les échanges et l'amitié algéro-italiens». Pendant près d'une heure de temps, le spectacle raconte l'histoire réelle d'un jeune esclave italien, Aldo Piccinin, capturé au XVIe siècle à Massa (Toscane- centre ouest de l'Italie), par les Barbaresques, puis adopté par son maître, avant de se convertir à l'Islam sous le nom d'Ali Bitchin.
Plusieurs tableaux d'échanges intenses ou de danses chorégraphiques, ont montré l'ascension fulgurante du jeune Ali qui va grimper très vite dans la hiérarchie des Janissaires, et devenir le «Lion des mers» régnant sur la Méditerranée.
Follement amoureux de Lalla Lallahoum, la Princesse de Koukou qui dédaigne ses cadeaux somptuaires, Ali Bitchin construit une luxueuse mosquée dans la basse Casbah d'Alger pour gagner le cœur de la jeune fille au caractère trempé.
Durant son parcours, Ali Bitchin, rendu par Tarik Bouarrara, verra son destin se croiser successivement avec, la mère naturelle, la mère adoptive, la princesse, l'épouse et la servante qui tentera de l'empoisonner, toutes, campées avec brio, par Meryem Medjkane, qui, dans différents accoutrements, a su varier son jeu et le ton de son propos en fonction des registres de personnages qu'elle a rendu. Le duo de comédiens s'est livré à un rythme soutenu, dans une succession de situations, comiques ou burlesques pour certaines, indépendantes les unes des autres, mais constituant les moments pertinents de la vie atypique de l'esclave, Aldo Piccinin, devenu Ali Bitchin, Gouverneur sous la Régence d'Alger.
Sur un espace nu, le metteur en scène a préféré miser sur un éclairage minimaliste et la capacité des comédiens à porter un texte aussi exigent, à travers une occupation optimale de l'espace scénique et un jeu juste dans lequel Meryem Medjekane et Tarik Bouarrara ont brillé, faisant montre de toute l'étendue de leurs talents respectifs. En présence de représentants des missions diplomatiques italienne et britannique accréditées à Alger, le public, prenant part à une belle immersion dans l'histoire, a savouré tous les moments du spectacle dans la délectation.
"Ravis de présenter notre travail à Alger devant ce public magnifique", a déclaré Alberto Nicolaï, avant que son frère Riccardo n'ajoute : «Nous avons monté ce spectacle en 2017 avec une quarantaine de personnages, pour l'adapter en 2018 à six seulement». La pièce de théâtre, «Ali Bitchin. Pour l'amour d'une princesse» a été montée en collaboration avec le Théâtre municipal d'Alger-Centre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.