La réunion de concertation s'est tenue dans une salle quasi vide au Palais des nations.. Un fiasco qui signe la fin de Bensalah ?    Kouninef, Rebrab, Ouyahia et Loukal ont été entendus.. La justice accélère la cadence    Grâce à l'augmentation de la valeur des importations.. Les recettes douanières en hausse de 2%    Barça : Arthur et Lenglet encensent Messi    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    La Ligue arabe soutient la Palestine    Juventus - Tardelli : "Certains joueurs souffrent avec Cristiano Ronaldo"    Attaque lancée par Haftar.. Le chef du gouvernement déçu par Paris    Affaire de faux billets à Oran.. Deux étrangers arrêtés    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS ET DES TRANSPORTS A MOSTAGANEM : Inauguration de la trémie et du 1er tronçon de l'autoroute Est-Ouest    TROIS CHEFS D'ACCUSATION PESENT CONTRE LUI : Rebrab embarqué par la gendarmerie    Plusieurs hauts responsables à la barre des accusés    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    SIDI BEL ABBES : La Sonelgaz organise une campagne de collecte de sang    ANSEJ ET CNAC : Haddam décide de lever le gel sur certains projets    Pour garantir la sécurité nationale, dépasser rapidement l'entropie actuelle    Le bilan de l'agression sur Tripoli s'élève à 254 morts    6e édition de la Fête du fromage traditionnel de Bouhezza    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Saisie de près de 11 kg de kif traité à khemis Miliana    Le retour au système «HLM » redevient inévitable !    L'Algérie domine l'Islande et décroche la 7e place    «Irfane» ou l'histoire d'une reconnaissance    Sri Lanka: explosion durant une opération de déminage d'une bombe    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    FABB-présidents des clubs    Le Soudan vire en tête    Un comédien favori face à l'impopulaire Porochenko    Les robes noires boycottent les audiences    Le congrès aura lieu les 21 et 22 juin    Saïd Barkat : «Il faut que justice se fasse»    Changement à la tête de la Direction de la sécurité intérieure    La Confédération des syndicats autonomes prévoit une marche à Alger    Une policière tuée par son ex-époux    Belahcel convoque une session extraordinaire du conseil national    Des citoyens ont fait le guet devant le tribunal de Sidi-M'hamed    JSE Skikda-GS Pétroliers en finale    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    La meurtre d'une journaliste enflamme l'Irlande du Nord    "Attention aux règlements de comptes!"    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    Deux livres pour revisiter le printemps berbère    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Retrait américain» et repositionnement des autres acteurs
Publié dans La Nouvelle République le 15 - 01 - 2019

Depuis que le Président américain Donald Trump a annoncé «le retrait des troupes américaines» présentes dans le nord-est de la Syrie avançant que le groupe terroriste Daech est en grande partie «vaincu», les différents acteurs du conflit syrien tentent de se repositionner sur l'échiquier géostratégique relatif à la crise qui frappe le pays.
Considérant cette décision comme une véritable aubaine, Ankara menace depuis plusieurs semaines de lancer une nouvelle offensive contre les Unités de protection du peuple (YPG), un groupe armé kurde considéré comme «terroriste» par Ankara mais appuyé par Washington dans la lutte contre l'organisation autoproclamée «Etat islamique (Daech/EI)». Ankara entend empêcher, ce qu'elle appelle la création à ses portes d' «un embryon d'Etat kurde susceptible de raviver les velléités séparatistes kurdes en Turquie». Le président turc Recep Tayyip Erdogan menace, en effet, de lancer une offensive militaire dans le nord de la Syrie pour chasser «ces miliciens des Unités de protection du peuple (YPG)» que la Turquie considère comme des «terroristes».
Toutefois les desseins de la Turquie se sont opposé encore une fois à la volonté américaine et les menaces du président Donald Trump de «dévaster» l'économie turque en cas d'attaque d'Ankara contre ces milices soutenues par Washington après le retrait annoncé par M. Trump en décembre, des 2.000 soldats américains déployés en Syrie pour combattre les terroristes de Daech/EI. Exhortant les forces kurdes à ne pas «provoquer» Ankara, Trump a menacé de «dévaster la Turquie économiquement si elle attaque les Kurdes», avant d'appeler à la création d'une «zone de sécurité» de 30 kilomètres.
Toutefois, le directeur de la communication de la présidence turque, Fahrettin Altun, a tenu à préciser qu'Ankara «n'est pas l'ennemi des Kurdes», et que seuls les «terroristes» seraient ciblés dans une tentative de dissiper l'amalgame entre les kurdes et les éléments des YPG. Les menaces de M. Trump interviennent alors que le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, effectue une tournée au Moyen-Orient, destinée notamment à rassurer les alliés de Washington au sujet du retrait américain de Syrie. Les YPG sont l'un des principaux sujets de discorde entre la Turquie et les Etats-Unis, deux alliés au sein de l'Otan dont les relations se sont sensiblement dégradées depuis 2016.
L'armée syrienne, premier bénéficiaire du retrait américain
Sur le plan politique la décision du retrait des troupes Américaines de Syrie n'est que la concrétisation de l'une des promesses électorales de Trump qui s'inscrit dans sa logique de «America First». Autrement dit, retirer les troupes américaines des zones de conflits obéit, selon bon nombre de spécialiste, à une logique «purement mercantile» dans la mesure où le retrait des troupes américaines du bourbier syrien éviterait toute protection au Moyen-Orient sans rémunération. Dans ce contexte, il convient de souligner que l'administration américaine a dépensé environ 70 milliards de dollars pour mener sa mission militaire en Syrie pour un résultat peu reluisant si l'on considère que certains éléments de Daech sont toujours actifs en Syrie et en Irak.
La Syrie est transformée depuis des années en une arène où s'affrontent des forces locales, régionales et internationales et par conséquent le premier bénéficiaire du retrait américain est bien le gouvernement syrien soutenu par la Russie, qui semble reprendre le dessus et le contrôle de la situation pour reconquérir la totalité de son territoire menacé sérieusement durant toute la durée du conflit. Tirant profit de la situation politique et stratégique actuelle, le gouvernement syrien serait en mesure de restaurer son totale autorité militaire et politique à travers toute la Syrie, tout en promouvant des solutions politiques plutôt que militaires dans la mesure ou la situation actuelle est en son avantage. C'est dans cette perspective que le président Poutine a salué la décision de Trump et l'a qualifiée de «correcte», estimant que la présence des forces américaines en Syrie «n'était ni légitime ni légale», car ni le gouvernement syrien ni le Conseil de sécurité de l'ONU n'avaient demandé l'intervention militaire des Etats-Unis.
C'est pourquoi la décision américaine n'a pas fait l'unanimité dans le monde car les alliés des Etats-Unis en Syrie, tels que la France, la Grande-Bretagne et le Canada n'étaient pas enthousiastes suite à la décision du retrait des troupes américaines de Syrie, parce que le «vide stratégique» créé par ce retrait pourrait rendre ces pays en position de «vulnérabilité», a-t-on indiqué. Dans ce contexte, les nombreuses déclarations officielles françaises ont confirmé que Paris ne quittera pas la Syrie avant l'éradication totale des terroristes de Daech dans la région.
Par ailleurs, la décision de retirer les troupes américaines de Syrie coïncide avec une autre décision du président Trump de retirer 7000 soldats américains d'Afghanistan et une grande volonté des Etats-Unis de renforcer leurs bases militaires en Irak. La guerre en Syrie qui a fait plus de 360 000 morts a éclaté en 2011 dans le sillage des événement du Printemps arabe. Elle s'est complexifiée au fil des ans avec l'implication de groupes terroriste et de puissances régionales et internationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.