Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    Conseil de la Nation : Son rôle et ses missions fixés au titre de la prochaine Constitution    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Iran : Téhéran ne prolongera pas son ultimatum, les Européens ont moins de trois semaines    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Ouverture de la 32e édition de la CAN-2019 demain en Egypte: Groupe C : Les Verts en mode conquérant en Egypte    A quelques jours de la CAN-2019 : Le foot africain en fête en terre égyptienne    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Son procès reporté au mois de septembre    Louisa Hanoune maintenue en détention    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    La Cour suprême ordonne la réouverture du dossier    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    Les mises en garde de Gaïd Salah    Report du procès au 3 juillet    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    Le Barça verrait le transfert de Neymar comme irréalisable    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    L'appel des sept    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La harga est une tragédie nationale
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 01 - 2019

L'organisation par le ministère de l'Intérieur d'un Forum en ce début de semaine, pour tenter de trouver des parades positives aux phénomènes de l'émigration clandestine, par mer sur des embarcations de fortune vient de s'ouvrir.
Ce forum réunit pour ses travaux outre le ministre de l'Intérieur Noureddine Bedoui, les représentants «supposés» de plusieurs secteurs économiques, sécuritaires, ainsi qu'un certain nombre d'invités qualifiés d'experts nationaux, et internationaux, lesquels tenteront de se concerter, en plus du listage des diagnostiques notoirement connus, d'essayer par la concertation commune à trouver des solutions idoines, pour éradiquer la tendance suicidaire poussant nos jeunes et moins jeunes à aller vers un avenir supposé meilleur, alors que dans la réalité, le rêve américain ou européen ne sont que des contrées hypothétiques.
Les pouvoirs publics qui reconnaissent que la responsabilité est collective de ce déferlement de candidats aux migrations périlleuses, ont tentés de les en dissuader par l'intensification des patrouilles de la marine nationale le long des côtes, puis par la traduction en justice des contrevenants aux lois, régissant depuis un certain temps les postulants à la «harga». La répression mise en place par l'Etat pour traduire en justice les harragas a montré ses limites, puisque notre «justice a ouvert en 2018 près de 200 affaires relatives à l'émigration clandestine donnant lieu à la comparution de 344 individus et à 24 condamnations, a révélé samedi à Alger le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, qui dira : «Nous avons donné des instructions fermes aux services de sécurité d'intensifier les enquêtes et de focaliser les efforts sur le démantèlement des réseaux de trafic et la lutte contre les passeurs, en donnant la priorité à ces actions dans leurs plans opérationnels».
Donc, de la nécessité d'aboutir vers d'autres traitements de ce drame national en constante évolution selon le ministère de l'Intérieur qui reconnaît et déplore que le phénomène de l'émigration clandestine par la mer (ou harga) connaît ces dernières années une ‘'évolution constante'' ayant donné lieu au départ du pays de centaines de jeunes algériens vers une «destinée incertaine», dont la plupart périssent au cours du périple», précise le document rendu public lors du Forum national sur le phénomène de «harraga». Selon le ministère, «abstraction faite des statistiques qui font état de la disparité des nombres candidats à cette aventure risquée, il demeure indéniable qu'aujourd'hui nous nous trouvons face à un phénomène, source d'inquiétude à tous les niveaux, dont les dimensions autant que les causes et les analyses sont multiples».
«Néanmoins, la certitude est que nous vivons ces derniers temps et de manière récurrente, des drames dus à la perte de concitoyens de différents âges : enfants, jeunes, adultes, hommes et femmes, le phénomène de la harga qui a des répercussions négatives à plusieurs niveaux requiert d'être contenu et éradiqué, d'une part des mesures rapides et efficaces, déjà engagées par les pouvoirs publics et d'autre part, un large débat sur les questions qui lui sont liées de façon directe ou indirecte», ajoute la même source. Débattre lors de ce Forum de cette difficile problématique ne peut avoir des retombées positives sans l'enclenchement de réformes structurelles pour lutter contre la bureaucratie et le déficit pénalisant nos jeunes avec le 1 million d'entreprises manquantes dans notre macroéconomie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.