Journée d'études en prévision de l'élaboration de l'avant-projet de politique nationale globale de prévention contre la corruption    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 (Poids F33): l'argent pour Kamel Kardjena    Omari exhorte les agriculteurs à s'organiser dans des coopératives spécialisées    La loi sur les hydrocarbures porteuse de 2 messages substantiels pour les investisseurs    Réseaux sociaux: les journalistes appelés à la vigilance pour éviter le piège des fake news    Tissemsilt: marche de soutien à l'élection présidentielle du 12 décembre    Charfi: "tous les moyens techniques et humains mobilisés pour assurer le bon déroulement de la campagne électorale"    Algérie - Zambie, ce soir à 20h00 : Un match spécial pour Belkebla !    USMA : L'USMA accueillera le WAC à Tchaker !    MCA 0 - JSK 3 : Les Canaris étrillent les Mouloudéens !    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    «Il n'y aura plus de seul maître à bord»    L'ex-directeur de l'Ecole de police réhabilité    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    Entraînement spécifique pour Slimani    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    2 trafiquants de psychotropes arrêtés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Journée de formation et de sensibilisation    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    «Il est possible de battre l'Algérie»    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Production oléicole à Tizi Ouzou : 18,2 millions de litres d'huile attendues    Ténès: Le diabète mobilise    Institut Cervantès d'Oran: Un concours de dessins et une exposition au programme samedi    Un plan d'action pour définir les entraves    MARCHES FINANCIERS La BCE a acheté près de 3 milliards d'euros d'obligations d'entreprise en une semaine    Plus de 50.000 euros et un pistolet automatique saisis    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Pas de changement de calendrier    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Des morts dans des manifestations anti-Condé    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Acquittement pour 5 prévenus    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La harga est une tragédie nationale
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 01 - 2019

L'organisation par le ministère de l'Intérieur d'un Forum en ce début de semaine, pour tenter de trouver des parades positives aux phénomènes de l'émigration clandestine, par mer sur des embarcations de fortune vient de s'ouvrir.
Ce forum réunit pour ses travaux outre le ministre de l'Intérieur Noureddine Bedoui, les représentants «supposés» de plusieurs secteurs économiques, sécuritaires, ainsi qu'un certain nombre d'invités qualifiés d'experts nationaux, et internationaux, lesquels tenteront de se concerter, en plus du listage des diagnostiques notoirement connus, d'essayer par la concertation commune à trouver des solutions idoines, pour éradiquer la tendance suicidaire poussant nos jeunes et moins jeunes à aller vers un avenir supposé meilleur, alors que dans la réalité, le rêve américain ou européen ne sont que des contrées hypothétiques.
Les pouvoirs publics qui reconnaissent que la responsabilité est collective de ce déferlement de candidats aux migrations périlleuses, ont tentés de les en dissuader par l'intensification des patrouilles de la marine nationale le long des côtes, puis par la traduction en justice des contrevenants aux lois, régissant depuis un certain temps les postulants à la «harga». La répression mise en place par l'Etat pour traduire en justice les harragas a montré ses limites, puisque notre «justice a ouvert en 2018 près de 200 affaires relatives à l'émigration clandestine donnant lieu à la comparution de 344 individus et à 24 condamnations, a révélé samedi à Alger le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, qui dira : «Nous avons donné des instructions fermes aux services de sécurité d'intensifier les enquêtes et de focaliser les efforts sur le démantèlement des réseaux de trafic et la lutte contre les passeurs, en donnant la priorité à ces actions dans leurs plans opérationnels».
Donc, de la nécessité d'aboutir vers d'autres traitements de ce drame national en constante évolution selon le ministère de l'Intérieur qui reconnaît et déplore que le phénomène de l'émigration clandestine par la mer (ou harga) connaît ces dernières années une ‘'évolution constante'' ayant donné lieu au départ du pays de centaines de jeunes algériens vers une «destinée incertaine», dont la plupart périssent au cours du périple», précise le document rendu public lors du Forum national sur le phénomène de «harraga». Selon le ministère, «abstraction faite des statistiques qui font état de la disparité des nombres candidats à cette aventure risquée, il demeure indéniable qu'aujourd'hui nous nous trouvons face à un phénomène, source d'inquiétude à tous les niveaux, dont les dimensions autant que les causes et les analyses sont multiples».
«Néanmoins, la certitude est que nous vivons ces derniers temps et de manière récurrente, des drames dus à la perte de concitoyens de différents âges : enfants, jeunes, adultes, hommes et femmes, le phénomène de la harga qui a des répercussions négatives à plusieurs niveaux requiert d'être contenu et éradiqué, d'une part des mesures rapides et efficaces, déjà engagées par les pouvoirs publics et d'autre part, un large débat sur les questions qui lui sont liées de façon directe ou indirecte», ajoute la même source. Débattre lors de ce Forum de cette difficile problématique ne peut avoir des retombées positives sans l'enclenchement de réformes structurelles pour lutter contre la bureaucratie et le déficit pénalisant nos jeunes avec le 1 million d'entreprises manquantes dans notre macroéconomie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.