PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MOSTAGANEM : 31 ‘'harraga'' interceptés en mer en 15 jours !
Publié dans Réflexion le 09 - 10 - 2016


Rien ne semble dissuader les candidats à l'émigration clandestine , ni la peine d'emprisonnement allant de 2 à 6 mois , ni les lourdes amendes de 20.000 à 60.000 dinars , le phénomène semble s'intensifier davantage depuis le mois de Septembre de l'année en cours, le bilan dressé par les gardes-côtes activant le long de la bande maritime de la région « ouest », mentionne que 333 harraga ont été interceptés depuis le début de l'année à la fin du mois de septembre dernier. Malheureusement, les côtes mostaganémoises n'ont pu être épargnées par cette alarmante reprise d'aventures risquées en mer et dont certaines se soldent par la disparition a jamais de dizaines de corps en pleine Méditerranée ! A ce jour, et en l'espace de 15 jours ( du 10 au 25 septembre dernier) 31 harraga ont été interceptés en mer par les gardes-côtes nationaux et espagnols, l'émigration clandestine continue de tenter de nouveaux candidats qui risquent gros en traversant la Méditerranée à bord d'embarcations de pêche, et en s'exposant à tous les dangers, dont la mort qui les guette et leur arrestation par les gardes-côtes. En ce sens, un groupe composé de 10 jeunes, tous originaires de la localité de Sidi Lakhdar, a été intercepté par les garde-côtes espagnoles et interné au sein d'un centre de transit pour étrangers arrêtés pour émigration clandestine, à l'attente d'expulsion vers le pays d'origine. Un autre groupe constitué de 21 autres candidats à l'émigration clandestine, dont 9 mineurs, a été également intercepté au nord de la plage d'Ouillis. Les harraga, tous originaires de Mostaganem, étaient à bord de deux embarcations, ont été repérés par une vedette des gardes-côtes et ont fini par se faire arrêter et ramener à terre. Cette folle reprise de la « harga » semble être favorisée par la stabilité des conditions climatiques de ces derniers jours.et la réactivation des réseaux de passeurs à travers les wilayas de l'ouest si nombreux face aux centaines de candidats à la harga. Ces derniers organisent la traversée, souvent meurtrière de ces jeunes malheureux qui rêvent de rejoindre l'Europe, via les côtes espagnoles. Beaucoup, finissent dans les filets des gardes-côtes pour les plus chanceux et les plus malchanceux finissent en pâture pour les requins et nombreux, sont ceux qui périssent et demeurent disparus à jamais. Les bonnes conditions atmosphériques paraissent être à l'origine de ces départs massifs de clandestins vers l'Europe, et laissent expliquer les nombreuses tentatives échouées, et signalées sur le littoral « ouest ». L'émigration clandestine en mer, demeure une tentative suicidaire, qui malheureusement, prend une ampleur assez alarmante que les pouvoirs publics doivent prendre sérieusement en charge et tenter d'éradiquer l'origine du mal qui ronge de centaines de jeunes insoucieux de mourir en pleine mer.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.