Il a affiché son soutien au candidat Bouteflika : Le maire de Khenchela attise la colère populaire    «Le choix de Bouteflika est une nécessité»    Seuls 43,7% des commerçants sont immatriculés    570 opérateurs attendus début mars à Oran    Plus de 100 000 Algériens bénéficient des allocations supplémentaires, de solidarité et d'invalidité    Réformes sans ouverture    Le Chabab pour la confirmation, le Milaha sur tous les fronts    220 lutteurs attendus à Annaba    Les Françaises sacrées par équipes    Saisie de 34 grammes de kif traité et arrestation d'un trafiquant    Du nouveau pour la rentrée de dimanche prochain    «L'écriture romanesque est la sœur jumelle de la liberté»    Mauvais cholestérol    Salon de l'environnement des Scouts : Plus de 300 arbustes plantés    Hommage à Nabila Djahnine, symbole de lutte    Chlef: Cap sur l'exportation de ciment    Coupe d'Algérie - 1/4 de finale: Deux chauds derbys    Football - Quota des entraîneurs largement dépassé: Une situation très alarmante    Message de Bouteflika: Sécurité, unité et consensus    Quand les Haïtiens sont tués en laissant de marbre D. Trump    L'ambassadrice algérienne en Espagne affirme - Immigration : «L'Algérie est un pays de destination»    Après l'assassinat du jeune Assil: Activation des dispositifs de sécurité au sein des cités universitaires    Des portables volés et des armes blanches saisies: Les « agresseurs » de la place Valéro sous les verrous    Ingérence occidentale au Venezuela : l'errance des pays rentiers vulnérables (Suite et fin)    De la pondération    Lahbiri nommé sénateur du tiers présidentiel    Journée de la ville : comment le centre-ville d'Oran a changé à travers les siècles ?- Les places d'Oran    Défaite du GSP devant Gaz-Sud    Possible reconversion du bassin de plongeur en bassin de water-polo    Démission de l'entraîneur Abdelkrim Latreche    Soutien de l'UNFA au candidat Bouteflika pour la poursuite des réformes    La Ligue arabe s'oppose à la présence de troupes étrangères en Syrie    L'Algérie participe avec une centaine de start-up à Viva Technology du 16 au 18 mai 2019 à Paris    Une grande histoire et de grandes personnalités    Un important plan de développement en cours de réalisation    Remise de 391 décisions d'attribution de parcelles et d'aides à l'auto-construction    ELECT.M participe au plus grand Salon de l'électricité au monde «Middle East Electricity»    Les dix solutions pour maintenir les réserves de change à 100 milliards de dollars    Appel à manifester le 20 février pour libérer les militants du mouvement populaire    Accord sur le redéploiement à Hodeida, la crise au menu du Conseil de sécurité    Si nos montagnes pouvaient parler !    Célébration de la journée du chahid à Tiaret    Les chercheurs ont retrouvé 2 000 pièces à ce jour    Les USA sont en recul face à la Russie et la Chine    Energie : L'Algérie exportera le carburant vers l'Afrique et l'Europe dès 2022    Le MDN appelle les Algériens à "plus de vigilance"    Conférence de Denis Martinez    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des organisations appellent à la mobilisation citoyenne
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 01 - 2019

Lors des rassemblements du mouvement desdits «Gilets jaunes» en France, plusieurs journalistes, photographes de presse et caméramans de télévision ont fait l'objet d'intimidations, provocations, injures et même d'agressions physiques. Face à cette montée de violence, Plusieurs organisations et associations professionnelles de journalistes français s'associent pour lancer un appel à la mobilisation citoyenne contre les violences dont les journalistes font l'objet lors des manifestations de «Gilets jaunes» et appeler au respect du droit d'informer, a-t-on appris auprès de Reporters sans frontières (RSF).
La Nouvelle République est l'un des premiers organes de presse qui a alerté l'opinion publique sur la montée de la violence à l'encontre des journalistes lors des rassemblements desdits «Gilets-Jaunes». Cet état de fait a été confirmé par reporters sans frontière (RSF) qui a répertorié plus de 65 incidents graves depuis le début des manifestations non autorisées de ce mouvement, violences des forces de sécurité comprises. Des violences des forces de l'ordre n'ont pas été constatées lors de nos couvertures dans certaines villes Françaises. C'est le cas dans le Puy en Velay (Département de la haute Loire) ou les gendarmes et les policiers ont aidés les journalistes à accomplir leur mission. Dans ce département certains individus s'autoproclamant «Gilets-Jaunes» n'ont pas manqué de s'attaquer aux journalistes que ce soit locale, nationale ou internationale.
Reporters sans frontières (RSF) a indiqué que des journalistes ont fait l'objet d'insultes, menaces et d'agressions physiques. «Blessés par des manifestants ou par les balles de défense (LBD) de la police, des journalistes - reporters d'images, rédacteurs, vidéastes, photojournalistes... se retrouvent ces dernières semaines confrontés à un niveau de violence inédit en France. Si des journalistes sont physiquement entravés dans l'exercice de leurs fonctions, des journaux ont aussi été empêchés de paraître. Et sur les réseaux sociaux, le media bashing bat son plein» a ajouté RSF. La France pays de démocratie, justice et droits de l'Homme est classée à la 33e place du classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières en 2018.
Relatant les faits d'agressions contre les journalistes, RSF devait indiqué que des Insultes, confiscations de matériels, coups de matraques, tirs tendus de LBD (lanceurs de balles de défense), tabassages, menaces de mort ont été enregistrés depuis mi-novembre 2018, date de la mobilisation des “gilets jaunes”. Cet état de fait a donné lieu à de multiples agressions de journalistes, reporters d'images, rédacteurs, vidéastes ou photojournalistes et d'équipes de reportage, tant de la part de manifestants que de membres des forces de l'ordre, selon RSF.
«La montée des violences contre les reporters est extrêmement grave et préoccupante, comme le sont évidemment toutes les violences arbitraires, quels qu'en soient les auteurs. Qu'on soit manifestant ou qu'on soit policier, on ne peut pas prétendre défendre la liberté et attaquer le journalisme». La liberté de la presse et le suffrage universel sont indissociables, attenter à l'une c'est attenter à l'autre. Entraver les journalistes dans leur travail, c'est empêcher les citoyens d'être informés, c'est porter atteinte au pluralisme et menacer la démocratie», a écrit RSF.
Plusieurs actes de violences signalés contre les journalistes durant les rassemblements desdits «Gilets-Jaunes»
Comme nous l'avons signalé dans nos précédentes éditions, des individus qui ont manifesté avec des «Gilets-Jaunes» sur le dos n'ont pas manqué de s'attaquer aux journalistes. «Vous êtes des collabos», nous a lancé, un manifestant avant de s'engouffrer dans la foule dans le Puy en Velay. Dans le même département, un journaliste du quotidien «Le Progrès» a été pris à partie lors d'une manifestation des Gilets jaunes au Puy-en-Velay, a-t-on appris. Le journaliste qui se trouvait à proximité de la Préfecture, filmait avec son téléphone portable les premières tensions entre les forces de l'ordre et des manifestants. Confondu avec un policier en policier en civil, plusieurs Gilets jaunes se sont dirigés vers lui, selon un quotidien qui a rapporté l'information sur ces colonnes.
Craignant un lynchage, il a pris la fuite en direction du Palais de Justice, a ajouté le même journal. A la suite de plainte déposée par le journaliste, l'auteur de cette agression a été identifié par les éléments de la DDSP de Haute-Loire. Selon les informations de notre confère, cette personne a des responsabilités dans le syndicat FO, demeure au Puy et a 57 ans. Selon des informations du commissariat de police du puy en Velay qui ont été rapportées par le journal, la mise en cause est appelée à se présenter devant le délégué du Procureur de la République.
Elle sera poursuivie pour avoir volontairement commis des violences lors d'une manifestation sur la voie publique n'ayant pas entraîné d'incapacité de travail, «avec la circonstance que les faits ont été commis en réunion, ainsi que de s'être rendue complice du délit de violences en réunion sans ITT en provoquant la foule à commettre des violences». Durant cet acte 10, de la mobilisation desdits «Gilets-Jaunes» un journaliste a été également agressé en Moselle. Selon le journal, il était en reportage au rond-point de la zone commerciale de Longeville-lès-Saint-Avold, il venait d'interviewer des manifestants.
«C'est au moment où il prenait une photo, à distance, qu'il a été pris à partie verbalement par un homme présent sur le rond-point. Ce dernier, malgré le fait que notre confrère a précisé sa fonction de journaliste, a commencé à le frapper. Des coups de poings ont été parés, mais un violent coup de pied circulaire a touché notre confrère à l'abdomen», selon la version du journaliste. En somme, au moment ou nous mettons sous presse, la pétition lancée par RSF pour la mobilisation citoyenne contre la violence des journalistes a dépassé les 10.000 signataires en 48 heures.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.