Real : Benzema rejoint Messi, Ronaldo et Raùl    Lutte anti-terroriste: multiples opérations de l'ANP reflétant son haut professionnalisme    Mercato estival : marché déséquilibré, les grosses écuries ne dérogent pas à la règle    LDC : Le programme de ce mercredi    Taoufik Makhloufi : "Je suis un athlète propre"    ZLECAf : Rezig prend part à la réunion préparatoire    Conférence nationale sur l'œuvre de Malek Bennabi: les participants appellent à réhabiliter sa pensée    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Affaire Rooney : Un nouveau document qui enfonce le Camerounais    La Constitution de novembre 2020 "vient pour parachever le processus d'édification d'un Etat national"    Campagne référendaire : agir positivement pour une Algérie nouvelle    Zoukh bénéficie d'un nouveau et dernier report    Changement dans la continuité    Toyota en leader dans l'automobile    Succès annoncé pour le colosse électrique    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Israël va construire de nouveaux logements à Hébron    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    Trois ans de prison ferme requis contre l'activiste Yanis Adjlia    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    Sofiane Kherraz, Saied Abderraouf et Saïdoune Mohamed Anis, les dernières recrues    La deuxième vague de la Covid-19 pourrait plomber la mobilité    Quelle parade face au virus ?    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    2 décès et 287 nouveaux cas    La mercuriale en roue libre à Sétif    La Sadeg lance l'opération Siyana    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    La clôture de la campagne référendaire mise en exergue par ses animateurs    Santé du président Tebboune : «Aucune inquiétude», selon la présidence    L'amendement de la Constitution: réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Le Vote Des Expatriés En Question    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ambiguïté des greffes d'organes
Publié dans La Nouvelle République le 04 - 02 - 2019

La réussite techniquement assurée des transplantations d'organes humains, chez des malades receveurs ne fait aucun doute. Depuis trois décennies, des milliers de malades sont sauvés d'une souffrance avérée, et d'une mort inéluctable, d'où l'aspect humanitaire rendant cette pratique chirurgicale objet de controverse, malgré le fait qu'il s'agit de remettre en question la condamnation d'un patient, en lui évitant de passer à trépas.
La transplantation d'organes existe depuis des siècles, mais faute d'une maîtrise parfaite des fonctionnements de la morphologie, les chirurgiens jusqu'à la deuxième moitié du 20ème siècle ont tous connus des échecs patents en raison des déchets des greffons.
En Algérie, la question des prélèvements d'organes sur des cadavres reste sacrée, pour des raisons attribuées aux croyances religieuses. Les autorités ont mis en place une Agence nationale des greffes, et peu d'entrain communicatif accusant un retard substantiel pour le remplacement des organes malades. On apprend pour ce qui est considéré comme une «priorité de santé publique» que le ministre de la santé, de la Population et de la Réforme hospitalière vient d'annoncer que des textes règlementant le prélèvement d'organes sur des cadavres sont en voie de finalisation. Ainsi, on va dépasser le prélèvement d'organes à partir de donneurs vivants qui sont généralement apparentés au patient, pour des motifs restrictifs, et d'incompatibilité, d'où la nécessité d'informer le grand public sur le caractère capital de ces opérations de prélèvements et de greffes évitant ainsi à de nombreux malades de succomber à la mort. D'après les autorités religieuses se référant à l'Islam, aux hadîth, et aux oulémas musulmans.
C'est ce qu'a affirmé, vendredi à Alger, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, lors de l'ouverture du 3ème Congrès France-Maghreb sur la transplantation d'organes, et de poursuivre que : «L'islam autorise et encourage de manière explicite et claire à intervenir exceptionnellement pour effectuer une transplantation d'organes ou de tissus sur personnes décédées afin de sauver une vie humaine». M. Aïssa a ajouté que cet «état d'exception est statué» par les exégètes de l'islam et la jurisprudence musulmane en se référant aux textes sacrés qui vont dans ce sens, citant, entre autres, le verset coranique stipulant que : «Celui qui sauverait la vie d'une seule personne aurait comme sauvé l'humanité toute entière».
«La donation d'organes, de tissus et autres est un acte bénéfique ‘'hassana'', une œuvre méritoire, altruiste et désintéressée», a-t-il poursuivi, notant que «les états d'obligation fondent l'exception en islam». L'objectif est de «rehausser cette valeur morale qui consiste à sauver une vie humaine et à inciter la population à y adhérer».
Le premier responsable des Affaires religieuses et des Wakfs a tenu à souligner que les prélèvements d'organes et autres tissus sont toutefois conditionnés par plusieurs facteurs, en priorité par «l'impératif de statuer la mort encéphalique» du défunt par un médecin agréé et qualifié.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.