Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ambiguïté des greffes d'organes
Publié dans La Nouvelle République le 04 - 02 - 2019

La réussite techniquement assurée des transplantations d'organes humains, chez des malades receveurs ne fait aucun doute. Depuis trois décennies, des milliers de malades sont sauvés d'une souffrance avérée, et d'une mort inéluctable, d'où l'aspect humanitaire rendant cette pratique chirurgicale objet de controverse, malgré le fait qu'il s'agit de remettre en question la condamnation d'un patient, en lui évitant de passer à trépas.
La transplantation d'organes existe depuis des siècles, mais faute d'une maîtrise parfaite des fonctionnements de la morphologie, les chirurgiens jusqu'à la deuxième moitié du 20ème siècle ont tous connus des échecs patents en raison des déchets des greffons.
En Algérie, la question des prélèvements d'organes sur des cadavres reste sacrée, pour des raisons attribuées aux croyances religieuses. Les autorités ont mis en place une Agence nationale des greffes, et peu d'entrain communicatif accusant un retard substantiel pour le remplacement des organes malades. On apprend pour ce qui est considéré comme une «priorité de santé publique» que le ministre de la santé, de la Population et de la Réforme hospitalière vient d'annoncer que des textes règlementant le prélèvement d'organes sur des cadavres sont en voie de finalisation. Ainsi, on va dépasser le prélèvement d'organes à partir de donneurs vivants qui sont généralement apparentés au patient, pour des motifs restrictifs, et d'incompatibilité, d'où la nécessité d'informer le grand public sur le caractère capital de ces opérations de prélèvements et de greffes évitant ainsi à de nombreux malades de succomber à la mort. D'après les autorités religieuses se référant à l'Islam, aux hadîth, et aux oulémas musulmans.
C'est ce qu'a affirmé, vendredi à Alger, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, lors de l'ouverture du 3ème Congrès France-Maghreb sur la transplantation d'organes, et de poursuivre que : «L'islam autorise et encourage de manière explicite et claire à intervenir exceptionnellement pour effectuer une transplantation d'organes ou de tissus sur personnes décédées afin de sauver une vie humaine». M. Aïssa a ajouté que cet «état d'exception est statué» par les exégètes de l'islam et la jurisprudence musulmane en se référant aux textes sacrés qui vont dans ce sens, citant, entre autres, le verset coranique stipulant que : «Celui qui sauverait la vie d'une seule personne aurait comme sauvé l'humanité toute entière».
«La donation d'organes, de tissus et autres est un acte bénéfique ‘'hassana'', une œuvre méritoire, altruiste et désintéressée», a-t-il poursuivi, notant que «les états d'obligation fondent l'exception en islam». L'objectif est de «rehausser cette valeur morale qui consiste à sauver une vie humaine et à inciter la population à y adhérer».
Le premier responsable des Affaires religieuses et des Wakfs a tenu à souligner que les prélèvements d'organes et autres tissus sont toutefois conditionnés par plusieurs facteurs, en priorité par «l'impératif de statuer la mort encéphalique» du défunt par un médecin agréé et qualifié.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.