3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Est-ce la fin des conflits ?
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 05 - 2019

Des langages qui ternissent l'image des clubs flambent en cette fin de saison. Le football national est menacé par le comportement de quelques gestionnaires qui préfèrent aller vers l'affrontement par vocabulaires interposés que de chercher à être des réconciliateurs.
Les communiqués pleuvent et salissent à la fois non seulement leurs auteurs mais également le football national. Cette attitude remarquée, hélas tout au long de cette saison, confirment les causes de l'état de santé de ce sport qui se trouve piégé par des gestionnaires qui se sont infiltré dans les rouages de ce sport. Les plus sincères ne sont pas nombreux pour faire la différence, les clubs deviennent ennemis et chacun s'éloigne de l'autre, comme si le football est l'apanage d'un groupe de gestionnaires qui veulent avoir la main basse sur les développements de cette discipline. Les AGO qui viennent de se tenir peuvent être utilisées comme référence des comportements des uns et des autres. La presse, qui est et reste un puissant moteur de l'économie du marché du sport ne cesse de dénoncer les maux qui froissent et qui bloquent toute évolution positive de ce football. Les plateaux télés qui consacrent des heures entières pour dénoncer les différents phénomènes qui étranglent toute avancée s'avèrent être impuissants devant des réactions qui sont loin d'honorer quelques gestionnaires. Le communiqué de l'USMA qui évoque un qualificatif que nous citons «nous tenons également à préciser que d'autres dirigeants respectables de la JSK ont fait de leur mieux pour être à la hauteur de la grandeur de ce club hier en ayant un comportement irréprochable envers l'USMA, contrairement à Mellal et sa troupes de voyous». Voilà que des dirigeants géreraient également des voyous ! A-t-on besoin d'utiliser ce qualificatif alors que le dictionnaire peut répondre à un besoin d'expression plus «moderne». Un discours qui ne rapproche pas mais qui ne fait qu'éloigner les gestionnaires. Et pourtant, l'histoire du football nous renseigne que ce sport était déjà pratiqué au Moyen-âge. Son Souci est de se divertir, il n'avait pas de règles précises inscrites, mais il réussissait à pratiquer le football. C'était aussi une façon d'apprendre à jouer avec les autres, surtout en équipe, car le football est essentiellement un jeu d'équipe, il ne s'agit pas de jouer seul dans son coin mais en communicant avec les autres. «C'est une sorte de socialisation, les joueurs doivent respecter des règles et lorsque celles-ci présentent un conflit ils doivent essayer de le résoudre tout en essayant de trouver un arrangement avec son adversaire sportif». Le débat reste au niveau des gestionnaires mais pas au niveau des gradins. La responsabilité signifie gestion intelligente et compétences et non division. Des experts de ce football rappellent dans leurs écrits qu'aujourd'hui, les règles sont toujours en vigueur. Ces règles très précises sont déterminées et inscrites dans le règlement du football car «le» sport est aimé de tous, pratiqué par beaucoup, et surtout il est connu de tous. Pour illustrer la place qu'occupe le football dans la réaction des joueurs et des gestionnaires, nous avons fait appel à un fait qui reste gravé dans les mémoires des sportifs et repris dans divers écrits. Ce meilleur exemple est le fameux «coup de boule» de Zinedine Zidane lors de la finale de la Coupe du monde de football le 9 juillet 2006 en Allemagne opposant la France et l'Italie. «L'ancien ‘numéro dix' a effectivement donné volontairement un coup de boule au défenseur italien Marco Materazzi. L'acte de violence commis par l'ancien joueur vedette de l'équipe de France a été le véritable événement qui a fait parler non seulement les Français mais tout un monde». Ce dernier a été à la une de tous les journaux télévisés, à la première page de tous les journaux sportifs et l'évènement le plus discuté à la radio (photo). «La légende de la France a alors été critiquée par la majorité des spectateurs et dans tous les pays», mais on retiendra l'essentiel : des excuses lors d'une interview du joueur ont été faites : «... Il m'a tenu des mots très durs, plus durs qu'un geste, qu'il répète plusieurs fois. Ensuite, ça se passe très vite. Il a dit des choses très graves, très personnelles qui me touchent au plus profond de moi, sur ma maman, ma sœur. J'écoute une fois, j'essaye de partir, puis une deuxième fois, une troisième fois. Je suis un homme avant tout. J'aurais préféré prendre une droite dans la gueule plutôt que d'entendre ça. Bien sûr, c'est un geste à ne pas faire et je veux le dire haut et fort, je m'excuse auprès des millions d'enfants qui ont pu voir ce geste, auprès des éducateurs qui disent les choses à faire et à ne pas faire...». Verrait-on, ou lira-t-on un jour des communiqués où des gestionnaires s'excuseront rien que pour sauver le football pour ce qu'il mériterait d'être aux yeux des supporters ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.