Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Duel au soleil des Pharaons
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 07 - 2019

L'Algérie jouera, demain vendredi 19 juillet, sa 3e finale de la Coupe d'Afrique des nations de son histoire, après celles de 1980 et 1990. «On avait besoin de ça», dit Hakim. Ce père de famille voit dans la qualification des protégés de Djamel Belmadi une «victoire pour le changement, y compris du football national».
Les jeunes supporteurs le réaffirment à chaque occasion «On les connait très bien. Ils évoluent tous dans de grands clubs. Ils nous connaissent bien aussi. Il y aura beaucoup de grands joueurs sur le terrain. Il faudra sortir du terrain avec la satisfaction d'avoir tout donné», s'est exprimé Feghouli.
«C'est vrai que le Sénégal a des joueurs d'expériences, de bons joueurs. Il mais il n'y a pas vraiment de favori. Ce sera du 50-50 car les deux équipes ont mérité leur place en finale. On ne craint personne. On respecte tout le monde, et surtout, on croit en nous. On est prêt pour demain». Cette déclaration du capitaine de l'équipe algérienne rassure plus d'un, mais un match, notamment une finale, a ses particularités, ses goûts mais aussi ses surprises. C'est sous cet angle que les «enfants» de Belmadi vont surtout se pencher. «Il n' ya pas de meilleurs joueurs. Il y a une meilleur stratégie, c'est elle qui va trancher, et c'est elle qui décroche, qui vous accompagne à cette coupe d'Afrique». Pour Belaïli «Il n'y a pas de revanche en football. Je n'aime pas ce terme. Nos prédécesseurs sont passés à côté de quelque chose d'extraordinaire lors des CAN passées, aujourd'hui en 2019. Oui, il y a une opportunité de jouer une finale, faisons en sorte de prendre cette opportunité en se servant de ce vécu. Ça demandera beaucoup d'efforts pour obtenir ce que l'on veut».
Demain vendredi, les Algériens ont donc un autre rendez-vous historique avec leur équipe nationale présente à la 32e Coupe d'Afrique des nations qui a planté son fanion en Egypte depuis un certain vendredi 21 juin pour quitter l'Egypte ce vendredi 19 juillet. Et dans cette 32e édition, l'Algérie a décroché la meilleure place au soleil en compagnie d'une autre nation, en l'occurrence le Sénégal. Ce duel aux pieds des pyramides ne sera pas une partie de plaisir, encore moins une sortie touristique.
Pour l'Algérie qui participe pour la 18e fois de son histoire, elle n'avait pas suscité tant d'intérêt, encore moins d'éloges de la part de nombreux supporters et consultants qui voyaient en cette équipe, une autre perte d'argent et de temps, notamment après la prise en main du nouveau sélectionneur Djamel Belmadi, juste 6 mois avant le coup d'envoi de cette messe africaine. «Très loin derrière l'Égypte (7 sacres), le Cameroun (5) ou encore le Ghana (4), l'Algérie (1 sacre à domicile en 1990) possède un bien maigre palmarès au regard de son potentiel avec un bilan défavorable de 25 défaites contre 22 victoires en 67 rencontres». Il est vrai, comme tenait à souligner un confrère, l'équipe nationale était prise entre exploits et désillusions. Elle est passée par un véritables parcours du combattant.
Le bilan ne cache rien, il n'est pas séduisant : 17 phases finales de la Coupe d'Afrique des nations en 31 éditions (1968, 1980, 1982, 1984, 1986, 1988, 1990, 1992, 1996, 1998, 2000, 2002, 2004, 2010, 2013, 2015, 2017, et en bout de course, un seul sacre à domicile en 1990. Dans ces réalisations, on notera 80 buts marqués contre 83 buts encaissés. Au niveau palmarès, l'Algérie occupe la 10e place au classement général des nations africaines.
En 1980, sous la conduite de trois internationaux, Belloumi, Fergani et Merzekane, les Verts se qualifient en finale face au Nigéria (défaite inévitable 3-0). Dès lors, les mots changent, les qualificatifs se livrent bataillent et redonnent aux Fennecs une autre sensibilité qui fait de sa marque un contenu pas facile à négocier sur les terrains. C'est ainsi qu'en Libye, en 1982, l'Algérie confirme mais s'incline aux prolongations en demi-finale face au Ghana – futur vainqueur – au terme d'un match épique (3-2). 1984 à Abidjan, l'Algérie s'incline en demi-finale face au Cameroun – futur vainqueur – lors des tirs aux buts (0-0). L'Algérie est le «premier pays africain à se qualifier à deux coupes du monde d'affilée (1982 et 1986).
Côté CAN, elle atteindra donc le carré d'as à 4 reprises (1982, 1984, 1986 et 1988). Pays organisateur de la compétition en 1990, l'Algérie est enfin couronnée grâce à un but de Chérif Oudjani en finale face au Nigeria (1-0). L'Algérie de Madjer soulève son premier trophée continental avant de connaître une lente descente aux enfers. En 1992, au Sénégal, elle enregistre une élimination sans gloire dès le premier tour. En 1994, l'Algérie est absente en Zambie après sa disqualification sur tapis vert décidée par la CAF (affaire Karouf). 1996, l'Algérie tombe en quart de finale face au pays organisateur, l'Afrique du Sud. Au Burkina Faso, lors de l'édition 1998, elle est éliminée au premier tour après trois défaites traumatisantes. La CAN-2000 n'est guère meilleure, l'Algérie joue et tombe face au Cameroun, futur vainqueur de l'épreuve. Avec Madjer aux commandes en 2002 au Mali, l'Algérie est humiliée quitte la CAN dès le premier tour, alors qu'en 2004 en Tunisie, avec Saâdane-Charef, elle atteint les quarts de finale avant d'être éliminée par le Maroc dans le temps additionnel.
Les Verts, instables, ratent les éditions 2006 et 2008 avant de revenir par la grande porte en 2010 en Angola. Eliminée avec l'aide de l'arbitre Koffi Kodjia face à l'Égypte, futur vainqueur de l'épreuve. Mis à rude épreuve, les Verts ne se qualifient pas à la CAN-2012 au Gabon pour finalement revenir lors de l'édition 2013 en Afrique du Sud pour ne tenir qu'un tour, sous la conduite de Vahid Halilhodzic. En 2015, avec Christian Gourcuf, ils sont éliminés en quart de finale face à la Côte d'Ivoire. L'édition 2017, avec Georges Leekens, elle se fait humilier et rentre à la maison plus tôt que prévu. Pour l'édition 2019, l'Algérie se présente donc en «outsider» avec l'ambition secrète de renouer avec le succès et la reconquête.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.