Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Le Conseil de sécurité exhorté à mettre un terme à l'obstination de l'Etat d'occupation marocain    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Coupe Davis (Groupe 3/Zone Afrique): l'Algérie menée au score (1-0)    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    OL : Cherki vendu dès ce mercato ?    Wijnaldum a consulté Salah avant de rejoindre l'AS Rome    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Quatre Palestiniens tués par l'armée sioniste    Djezzy: Mahieddine Allouche nommé DG par intérim    Electricité: L'Algérie prête à augmenter les quantités exportées vers la Tunisie    La virtualité des PIB et des PNB    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Selon le rapport d'un institut américain: L'Algérie a réussi à contrer la menace terroriste    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: Le propriétaire de la société «Future Gate» condamné à six ans de prison    D'une valeur de 2 millions d'euros: Du matériel médical périmé saisi, trois arrestations    Pour sécuriser les accès au pôle urbain Zabana: Le chantier de deux bretelles et d'un rond-point relancé    Un rival de Sadr réclame le retour du Parlement    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    La Turquie «invitée» lundi prochain aux Etats-Unis    Un plan d'urgence pour développer ces filières    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    La voix écoutée de l'Algérie    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Le barrage inexploité    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Désintérêt et faible présence
Littérature pour enfants en Algérie
Publié dans La Nouvelle République le 30 - 01 - 2021

Nombre d'éditeurs, d'auteurs et de critiques sont unanimes à dire que l'écriture littéraire pour enfants en Algérie souffrait d'un désintérêt et d'une «faible» présence, en raison de la «médiocrité» de la publication locale, de la «dominance des contenus étrangers» et du «désintérêt des autorités concernées», sachant que ce genre de littérature avait connu sa période dorée dans les années 70 et 80.
Pour l'écrivaine, Djamila Zennir qui s'est lancée dans la littérature pour enfants dans les années 80, avec à son actif près de 700 contes, la situation de cette littérature est «catastrophique» en comparaison avec les années 70 et 80, lors desquelles elle avait connu son apogée, regrettant qu'«aucun intérêt ne soit accordé à l'enfant en particulier dans l'écriture des contes ou bien dans les autres domaines à l'instar de la musique». «Une grande partie des auteurs et écrivains s'intéresse davantage aux questions religieuses, conférant à ses écrits une espèce d'ennui et de monotonie», d'autant que l'enfant «est intelligent, aime la nouveauté et la variété et déteste la monotonie», a-t-elle expliqué, ajoutant que les contes universels très répandus «ne sont pas adaptés à l'enfant algérien, car ne respectant pas ni son milieu, ni ses valeurs sociales et religieuses». L'auteure a appelé, à cet effet, à la «mise en place d'une commission mixte entre les ministères de la Culture et de l'Education nationale dans l'objectif de promouvoir ce domaine, d'autant que l'Algérie «regorge de nombreux écrivains brillants et doués qui sont toujours à la quête d'éditeurs». Pour sa part, Abdelhamid salhi, éditeur et directeur de la maison d'édition «Al Maktaba El Khadraa» (Bibliothèque verte), fondée dans les années 80 et éditant en langues arabe et française, considère que le marché du livre pour enfants «manque d'organisation et de qualité», étant plutôt commercial que professionnel, appelant les autorités concernées (Ministères de la Culture et de l'Education) à soutenir les «éditeurs professionnels spécialisés», afin de protéger le marché contre le rush des importateurs et des éditeurs étrangers avec leurs contenus intrus». «Un bon livre pour enfant s'appuie sur trois critères essentiels : la langue utilisée, les dessins et le choix de la qualité du papier (…) d'où son prix élevé», voila pourquoi l'Etat est appelé à intervenir dans la subvention du livre, a-t-il affirmé. Ainsi, ce secteur «contribuera à l'encouragement de la créativité et à l'exploitation optimale des ressources humaines notamment des écrivains et des dessinateurs», a-t-il poursuivi. Pour d'autres éditeurs, la situation de la littérature pour enfants n'est toutefois pas aussi catastrophique, à l'instar de la maison d'édition «Atfalna»(nos enfants) dont le directeur, Firas Johmani estime que le domaine de l'édition demeure «satisfaisant», en dépit de certaines difficultés rencontrées, soulignant que leur marge de bénéfice est «très faible», en raison du coût élevé du livre et de son prix bas par rapport à d'autres publications. Le même intervenant a fait savoir que sa maison d'édition traitait avec des auteurs et des dessinateurs «professionnels» d'Algérie et d'autres pays arabes, dont les écrits portent sur différents thèmes, notamment le patrimoine arabo-musulman, outre l'adaptation du patrimoine universel et mondial, et ce loin de toute référence à la violence ou à autre pratique susceptible de nuire aux enfants, a-t-il fait savoir. De son côté, le critique universitaire, Mohamed Sari a estimé que «la littérature pour enfants en Algérie n'est pas marginalisée mais plutôt inapparente à l'opinion publique, en raison du manque d'intérêt par les critiques et les médias pour ce créneau, déplorant dans ce sens l'absence d'une littérature pour la jeunesse». M. Sari revient également sur ce qu'il qualifie de «médiocrité» dont souffre cette littérature, estimant que les écrivains et les éditeurs qui sont nombreux «prennent avec légèreté» ce type d'écriture, en dépit de ses «exigences créatives, linguistiques et psychologiques…», soulignant par ailleurs que l'enfant a besoin davantage de contes remplis d'histoires fantastiques, d'étrangeté et de découverte, et non pas uniquement de conseils et de morale. Approchés par l'APS, nombre de libraires ont relevé un «intérêt particulier des parents» pour le livre pour enfants. A cet égard, Lamsioui Redouane, gérant de la librairie «Nadji Mega Bookstore» à Alger, librairie disposant de plusieurs annexes dans de nombreuses villes, a fait état d'une «forte demande sur le livre pour enfants et une plus grande prise de conscience de son importance», se réjouissant du fait qu'Internet et les supports audiovisuels n'ont pas impacté les ventes de ces livres. «Notre librairie à Alger propose 4.500 titres de livres pour enfants en arabe, français et anglais» et leur prix sont «accessibles à tous »» (à partir de 15 DA), a-t-il indiqué, soulignant que les ventes dans les grandes villes sont «bien meilleures que dans les villes intérieures». Pour les parents, le livre reste «le meilleur moyen d'apprentissage» pour l'enfant, mais son prix «élevé» les oblige à recourir aux CD et à internet qui offrent un contenu audiovisuel alternatif, large, varié et attrayant.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.