Le Président Tebboune charge M. Djerad de gérer les affaires courantes du Gouvernement    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    L'Afrique du Sud réaffirme son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Djerad présente ce jeudi la démission de son gouvernement    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    La mauvaise note !    Comment vaincre les réticences    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'urgence de faciliter l'acte d'investir    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    Boukadoum prend part aux travaux de la conférence de "Berlin 2" sur la Libye    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Brèves Omnisports    Les affiches des deux événements dévoilées    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Tous les chemins mènent à Oran    Les recherches se poursuivent toujours    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Vers une agence d'accréditation et d'assurance-qualité ?    Arrestation de 8 éléments    Désormais valables pour l'Algérie    Redistribution des cartes    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»
Le printemps amazigh 2021
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 04 - 2021

Le Printemps amazigh, commémoré cette année sous le signe de la consolidation des acquis, s'inscrit dans un nouveau contexte constitutionnel où Tamazight est un «levier de l'unité nationale» et un «paradigme de l'intégrité territoriale et sa défense» et un «pilier de la cohésion sociale» du pays, a indiqué hier le Haut Commissariat à l'Amazighité (HCA).
Le HCA considère, dans un communiqué, que «l'aboutissement combatif de ce processus fondateur agira certainement pour asseoir et confirmer définitivement la place centrale de l'amazighité, aux cotés des autres constantes de la Nation». Ainsi, il affirme avoir constaté «résolument la décrispation des mentalités suscitées par l'action citoyenne et l'engagement du président de la République pour la promotion et la valorisation de la langue et de la culture amazighes, en l'inscrivant de manière résolue, définitive et pérenne comme objectifs et actions relevant de la Politique de l'Etat algérien», ajoute le même communiqué.
Le HCA a souligné que l'officialisation de Tamazight comme langue nationale et officielle est une «étape à marquer d'une pierre blanche», car aujourd'hui, ajoute-t-il, l'Université algérienne a «formé des milliers d'enseignants et de chercheurs auprès desquels les institutions de l'Etat trouvent des experts à même de contribuer à la valorisation du patrimoine culturel et civilisationnel amazigh». L'officialisation effective de Tamazight, selon le HCA, doit se traduire par une série de mesures d'une portée institutionnelle historique, dont l'amendement la loi organique n° 18-17 du 2 août 2018 qui s'est limitée «à la simple et restrictive création d'une académie algérienne de la langue amazighe».
Le HCA plaide également pour l'amendement de plusieurs lois, dont la loi d'orientation sur l'éducation de 2008, qui continue à «figer» le caractère facultatif de l'enseignement de Tamazight à l'école. Il estime, par ailleurs, qu'il est temps de débattre des problèmes de fond par une approche systémique, fondée sur «les agencements institutionnels, les données juridiques, les aspects pédagogiques et les articulations techniques», pour «consolider qualitativement et quantitativement» l'officialité de cette disposition constitutionnelle, de la généraliser à travers tout le territoire national au travers de processus de mise en œuvre bien établi et de modalité de son incorporation quantifiables et évaluables, dans tous les domaines prioritaires de l'activité publique».
Pour la date symbole du 20 avril, le HCA estime qu'elle reste un «catalyseur» d'aspiration de l'élément identitaire amazigh, légitimée par l'écrasante majorité des Algériens et qu'elle constituera «le creuset d'une victoire d'étape déterminante», arrachée de haute lutte et confortée par une volonté politique des hautes autorités de l'Etat en «restituant à Tamazight la place prépondérante qu'elle occupe dans l'histoire de notre pays depuis la nuit des temps».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.