Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Offensive diplomatique contre la Cédéao    Plus de 30 personnes renvoyées devant la justice panaméenne    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le match CSC-JSK décalé de 24 heures    Les secrets du président de la FIFA...    Formation accélérée pour l'obtention de la licence CAF C et B    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Dans l'attente de déterminer le mode d'enseignement    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    Zahia Ziouani au micro de Maya ? J'adore ! Vraiment !    La Chine émet une alerte jaune aux tempêtes de neige    Le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Le taux de chômage inférieur à celui de l'avant-pandémie    L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors va investir 23 mds EUR dans l'électrification sur 5 ans    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Une catastrophe environnementale et sanitaire évitée à Oran Est: L'APC d'Oran a décidé de porter plainte contre X    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Brèves Omnisports    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    La Sadeg améliore sa desserte    «Le pays est toujours ciblé»    Pénurie de... soldats!    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Les preuves du complot    Les APC sans majorité absolue débloquées    Lotfi Benbahmed rassure    Le temps de l'efficacité    Messi penserait à un retour au Barça    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    Les avocats mettent fin à leur grève    14 candidats en lice pour un siège de sénateur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Nous sommes passé de chiffres gonflés à des chiffres qui expriment la réalité»
Mustapha Heddam :
Publié dans La Nouvelle République le 28 - 11 - 2021

«Nous sommes entrés dans un processus de refonte de la gouvernance qui nécessite des institutions légitimes, pierre angulaire du rétablissement de la confiance avec les citoyens», a déclaré l'analyste politique, Mustapha Heddam.
Au lendemain des élections locales, Mustapha Heddam s'est exprimé sur le processus électoral de «l'Algérie nouvelle», et ce, lors de son passage à l'émission «L'invité de la rédaction» sur les ondes de la Radio algérienne de la Chaîne lll.
Selon lui, «le processus d'édification des institutions, qui compte parmi les engagements électoraux du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, sont en train d'être réalisés, malgré les difficultés induites par la pandémie de Covid-19».
Pour l'analyste politique, le constat sur la transparence des élections est clair : «Nous l'avons vu, lors des élections présidentielles, du référendum sur la Constitution, puis des législatives et maintenant lors des élections locales, nous avons des chiffres qui correspondent à la réalité, nous sommes passé de chiffres gonflés, triturés, à des chiffres qui expriment la réalité».
L'appel au vote du FFS compte, selon lui, parmi les facteurs qui ont permis d'atteindre ces taux de participation aux locales.
«Le FFS a non seulement boosté la participation, mais il a également apporté la preuve qu'un parti politique qui a un encrage, un programme, un projet de société et une stratégie économique et de gouvernance, pouvait influencer les résultats de la participation à une consultation électorale». Réclamée durant la campagne électorale et annoncée par le Président Tebboune, la réforme du code communal et du code de wilaya est incontournable, confirme Mustapha Heddam, qui a insisté sur l'urgence sociale : «Cette réforme doit impérativement permettre aux collectivités locales de remplir leurs missions et prérogatives, car il y a des réalités économiques : 900 communes pauvres, où les mécanismes de solidarité actuels ne sont plus efficaces».
«Il est incompréhensible, par exemple, qu'une activité polluante soit implantée dans une commune et que la fiscalité aille vers une autre commune, dont les habitants ne souffrent pas des désavantages de cette activité industrielle, parce que le siège social de l'entreprise est situé de cette grande agglomération», a interpellé Mustapha Heddam, qui prévient : «Pour qu'il n'y ait pas de contradiction, la réforme du code de commune et de wilaya doit toucher également la législation sur le foncier industriel et sur la fiscalité».
«La création de richesse requiert davantage de prérogatives et de connaissances pour les P/APC». «Il faut à la fois, une refonte de la politique fiscale, qui est l'une des sources de financement des collectivités locales, et créer de la richesse, en permettant aux présidents d'APC de gérer les activités commerciales et industrielles de leurs territoires, non pas le wali», a-t-il estimé, en appelant à changer de mode de gouvernance. «Nous ne pouvons plus continuer à gouverner notre pays en nous basant sur la dépense, mais sur création de richesse».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.