JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    Gamouh sera-t-il promu au badge Fifa ?    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Selon Mohamed Harbi : ?Les historiens alg?riens voulaient ?neutraliser? la conception colonialiste de l?histoire de l?Alg?rie?
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 10 - 2008

Les premiers historiens algériens ont, dans leurs écrits, œuvré pour «contrer» et «neutraliser» la conception colonialiste de l'histoire de l'Algérie, a souligné, jeudi à Alger, l'historien Mohamed Harbi.
«Les premiers historiens algériens, issus de l'Association des oulémas musulmans ont, dans leurs écrits, œuvré à contrer et à neutraliser la conception colonialiste de l'histoire de l'Algérie, dans un sens permettant d'élaborer un discours-réaction pour édifier une histoire commune cohérente basée sur les questions identitaires», a indiqué M. Harbi dans sa conférence intitulée Ecriture historique et mémoire.
Il a ajouté, dans le même ordre d'idées, que «cette vision de l'histoire s'inscrit dans une option imposant une conception unanimiste, voire unitaire du passé».
«Cette option, forcément antidémocratique, ne correspond pas aux ressentis des Algériens, souvent produits en contre-histoire», a-t-il poursuivi.
Il a, dans ce contexte, expliqué l'émergence de ce courant de l'écriture de l'histoire de l'Algérie, par «cette volonté qui a émergé, durant les années trente du siècle passé, pour s'opposer au récit dévalorisant du colon et redonner aux Algériens la fierté de leur passé».
Tout en se référant aux travaux des historiens issus de l'Association des oulémas musulmans, à l'instar de Toufik El-Madani et Mebarek El Mili, M. Harbi a soutenu que «l'historiographie produite durant la période coloniale souligne l'appartenance de la nation à une civilisation, donc son ancrage dans la mémoire arabo-musulmane».
«Cette vision recherche l'efficacité politique beaucoup plus que les soucis scientifiques supposés accompagner l'entreprise de l'écriture de l'histoire»,
a-t-il relevé à propos du discours produit par les historiens algériens durant la période coloniale. Il a, dans ce contexte, mis l'accent sur la «sublimation» de la civilisation musulmane par ces historiens, par «opposition à l'ancrage romain de l'histoire produite par la colonisation».
«La colonisation se justifiait comme une continuation de la civilisation de Rome, surtout dans son regard aux populations de l'Afrique du Nord, comme des populations non-assimilables, justifiant la thèse de l'usage de force»,
a-t-il soutenu à ce propos.
M. Harbi a expliqué que «cette vision découle de cette perspective assimilant le colon au soldat laboureur romain». Tout en estimant qu'il s'agit d'une option qui «occulte un fait historique avéré, en ignorant le fait que plusieurs empereurs romains sont issus de l'Afrique du Nord», il a soutenu que l'historiographie produite par les historiens algériens durant la période coloniale, «est à l'origine de l'abandon d'une partie de notre patrimoine», citant à ce sujet les conclusions de Gilbert Meynier contenues dans son livre l'Algérie des origines». «Il s'agit plutôt d'un mythe politique, selon la conception relevant de la sociologie», a-t-il, encore, estimé. Toutefois, M. Harbi a reconnu que «ces historiens ont eu l'intelligence de décortiquer et de débusquer les manipulations historiques produites par le savoir ethnologique et historique, mis en œuvre par l'entreprise colonialiste». Il a, par ailleurs, soutenu que «les écrits de Mustapha Lachraf et Mohamed Cherif Sahli, pourront être perçus comme des tentatives de réaménagement, sans s'attaquer au noyau dur du roman national». M. Harbi a conclu sa conférence en relevant, qu'après l'indépendance, l'usage de l'histoire à l'école a versé dans la «légitimation» du pouvoir, faisant en sorte que «le Front de libération nationale (FLN) assure l'héritage du Parti du peuple algérien (PPA) et l'Association des oulémas musulmans». Agence


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.