Entrepreneuriat féminin en Algérie : La frilosité des banques mise à l'index    Intempéries à Tizi-Ouzou: fermeture de la RN 25 pour cause d'éboulement    18 mois de prison requis contre le hirakiste Abdellaoui Ahmed    Marches à Paris et à Bruxelles le 1er décembre    Dans une ambiance tendue    «De nouveaux Hassi-Messaoud et Hassi-R'mel, c'est fini !»    Le régime des ayatollahs ébranlé à Téhéran    Deux enfants blessés par les forces d'occupation israéliennes près de Ramallah    Le billet retour de la dignité    Belmadi : «Ne croyez pas que le Botswana est un adversaire facile»    Ifticène, nouvel entraîneur    Y a-t-il un malaise au Mouloudia ?    L'Olympiakos menace de quitter la Super League    Benzema pose un problème de fond    Brahimi, meilleur joueur des mois d'octobre et novembre    Un nouveau directeur de campagne pour Tebboune    Plus de 40 nouveaux cas de diabète par mois à Ouargla    6 personnes d'une même famille, victimes du monoxyde de carbone, sauvées de justesse    ACTUCULT    Retour à Amoudé, la Brûlée    Arezki Metref hôte de la ville de Mascara    Le "hirak" s'invite à Marseille    Linda Hamed refuse de présenter le 19 heures de la Chaîne III    Report au 1er décembre du verdict dans deux affaires distinctes de Hassan Hammar    Belaid: ''le peuple seul habilité à conduire l'Algérie à bon port''    CAN-2021 (2e journée). Botswana – Algérie (ce soir, 20h) : Les Verts veulent confirmer leurs débuts en fanfare    Bilan des incendies survenus cet été : Signe alarmant du recul du niveau de conscience citoyenne    Tiaret: Trois morts dans un carambolage    M'sila: 475 quintaux de blé tendre destinés à la contrebande saisis    Les portraits géants des présidents portent malheur    Nouvelle opération de rapatriement: 70 Subsahariens en situation irrégulière transférés vers leur pays    Elogia et Home Design Algérie: Deux salons dans une mixité professionnelle    LES NECESSAIRES ARGUMENTS    Une activité de proximité à Alger    Hausse des ventes au détail sur Internet lors de la frénésie d'achats du "Double 11"    Promouvoir le devoir citoyen    élection présidentielle du 12 décembre Marches de soutien dans plusieurs wilayas de l'Est    Prises de fonctions Aymane Benabderrahmane désigné nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    ANNABA Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Tizi-Ouzou: la commission pour la prise en charge des personnes sans abris installée    Déclaration de l'origine des fonds en devises aux étrangers :    Chili : Accord historique pour une nouvelle Constitution    USA : Donald Trump et le chaos diplomatique permanent    Para-athlétisme / Mondiaux-2019 : La sélection algérienne de retour au pays, auréolée de 16 médailles, dont deux or    Shanghai : Macron appelle la Chine à s'ouvrir davantage    10e Fica : une sélection documentaire à la hauteur    Fica: Projection d'un documentaire en hommage au maître du diwane Mohammed Bahaz    CONSTANTINE Festival international Dimajazz: oud et sonorités électro au menu de la 4e soirée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les oubliés de l'histoire
Bordj-Ménaïel
Publié dans La Nouvelle République le 02 - 03 - 2010

Que savent-ils de leurs chouhada ? Que connaissent-ils du 20 Août 1956 ? Que représente pour eux le 1er-Novembre 1954 ? Pas grand chose ! On leur a brouillé les pistes. En conséquence, ils sont analphabètes en ce qui concerne leurs propres chouhada, leurs vaillants moudjahidine ? Alors là, des questions s'imposent ! A qui la faute ? Le système éducatif et notamment l'enseignement de l'histoire par ceux qui ont survécu durant la Guerre de libération nationale qui devait servir de cordon ombilical entre la génération de Novembre et celle d'aujourd'hui n'a pas été respecté.
La preuve, et nous ne cesserons jamais de le dire, la ville de Bordj-Ménaïel demeure la seule commune en Algérie qui ne possède pas de stèle en hommage aux chouhada, et quand on dit «stèle» cela veut insinuer une plaque commémorative où seront inscrits les noms et prénoms.
La Nouvelle république s'est permis de donner les noms de chaque chahid de la région : Ghalem Saïd, Ghalem Boualem Alouane Ahmed, Afiri Rabah, Aït Kacem Med, Aïssaoui Med, Djoumi Ahmed, Dridi Me, Dridi Rezki, Dourari Med, Dridi Louanès, Dali Ali, Djelfi Ali, Djerroud Laïd, Cherifi med, Cherifi Aïssa, Cheradi Menouar, Abaziz Louanès, Abaziz Slimane, Abbas Abdelkader, Aberkane Rabah, Abaziz Ahcène Benmechiche, Benmansour Sadek, Bouhraoua Med Bouzane Belkacem, Bouiri Boualem, Boussa Med, Med Bouderba Benmechiche, Med Seghir Bechla Rabah Bouchourak Ali, Ahouchikh Saïd, Achtiouane Slimane, Akroum Abdelkader, Arif Mohamed Aïssaoui Abdellah, Arroure Med, Aït Amar Mustapha, Aït Kacem Med, Dekkar Ali, Boubagha Saïd, Chendri Boualem, Bouhamadouche Saïd, Bouhamadouche Djelloul, Boussaâdi Rabah, Badri Rabah, Babaci Ali Bouzbidi Med, Boussalah Moussa, Amraoui Med, Khoudi Saïd.
Benmechiche Med Seghir, Takdjerad Salah, Meftah Ahmed, Mokhfi Amar, Bessami Ali, Kaddour Achour, Tahanout Saïd, Hachemi Hamoud, Kentour Saïd, les frères Hamzaoui, les frères Toumi Belaouche et des dizaines et des dizaines d'autres qui, dans chaque colline, chaque douar, chaque dechra, chaque sentier, et chaque oued racontent l'histoire de ces chouhada et de ses moudjahidine, de ses combattants de la justice qui ont affronté avec courage et conviction l'envahisseur colonial. Des accrochages violents ou simplement des tirs courageux de nos vaillants moussebilines cernés soit dans un abri, soit dans une casemate n'ayant pour tout et en tout que des fusils de chasse, des couteaux, quelques grenades et quelques cartouches à aligner contre l'armada de l'armée française constitutionnelle, de l'artillerie lourde, des FM, des armes automatiques, des gaz asphyxiants, des bidons de napalm et une panoplie d'avions.
Les chouhada de l'Algérie sont la fierté de tout un peuple, l'emblème national, l'amour du pays et l'hymne Kassaman, les liens de sang des Algériens à chaque événement historique tel que le 20 Août 56, 5-Juillet 1er Novembre, 19 Mars. Nous avons droit à un rituel qui ne change jamais depuis l'indépendance : l'APC de Bordj-Ménaïel, à l'instar des autres communes, est conditionné à reproduire le même rituel, à savoir : dépôt des gerbes de fleurs, levée des couleurs et après… plus rien.
La gerbe de fleurs devrait être déposée au monument à la gloire des martyrs et non au cimetière de Bousbaâ où sont enterrés des chouhada car le cimetière Lalla-Aïcha se trouve qu'il existe plus d'une vingtaine de chouhadas qui reposent en paix à l'image des Dichou Ali, Mokhfi Amar, Bengriche, Talamali, Bouhamadouche Djelloul, les deux frères Benmechiche et d'autres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.