L'adoption de la nouvelle Constitution "contribuera à l'édification de la nouvelle Algérie"    APN: levée de l'immunité parlementaire des députés Abdelkader Ouali et Mohcine Bellabas    Opep+ : priorité à la conformité totale de tous les pays membres    Le projet d'amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles    Rentrée sociale: Rezig met en garde contre toute augmentation des prix des articles scolaires    Real Madrid: Ramos forfait contre le Shakhtar    Report du procès de l'ex-wali d'Alger, Zoukh, au 3 novembre prochain    Plus de 5 millions d'élèves rejoindront mercredi l'école dans des conditions sanitaires exceptionnelles    JEUNES ET PECHEURS BENEVOLES PARTICIPENT AUX RECHERCHES : Disparition de 12 harraga sur les côtes de Chlef    BECHAR : Le wali visite les ksour du Nord    REFERENDUM CONSTITUTIONNEL : Talaie El Hourriyet décide de participer    Le procès de l'affaire El Watan et les fils de Gaïd Salah reporté    Tayeb Louh inculpé dans l'affaire des bracelets électroniques    JM Oran-2022 : les aspects organisationnels abordés avec une délégation française    UNIVERSITE ‘'IBN BADIS'' MOSTAGANEM : Journées portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers    LDC : Le programme de ce mardi    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Réserves de change, la dégringolade    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Des opérations en faveur des populations des zones d'ombre    Plusieurs quartiers ciblés par une opération de nettoiement: Plus de 4 tonnes de déchets transférées au CET de Hassi Bounif    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les oubliés de l'histoire
Bordj-Ménaïel
Publié dans La Nouvelle République le 02 - 03 - 2010

Que savent-ils de leurs chouhada ? Que connaissent-ils du 20 Août 1956 ? Que représente pour eux le 1er-Novembre 1954 ? Pas grand chose ! On leur a brouillé les pistes. En conséquence, ils sont analphabètes en ce qui concerne leurs propres chouhada, leurs vaillants moudjahidine ? Alors là, des questions s'imposent ! A qui la faute ? Le système éducatif et notamment l'enseignement de l'histoire par ceux qui ont survécu durant la Guerre de libération nationale qui devait servir de cordon ombilical entre la génération de Novembre et celle d'aujourd'hui n'a pas été respecté.
La preuve, et nous ne cesserons jamais de le dire, la ville de Bordj-Ménaïel demeure la seule commune en Algérie qui ne possède pas de stèle en hommage aux chouhada, et quand on dit «stèle» cela veut insinuer une plaque commémorative où seront inscrits les noms et prénoms.
La Nouvelle république s'est permis de donner les noms de chaque chahid de la région : Ghalem Saïd, Ghalem Boualem Alouane Ahmed, Afiri Rabah, Aït Kacem Med, Aïssaoui Med, Djoumi Ahmed, Dridi Me, Dridi Rezki, Dourari Med, Dridi Louanès, Dali Ali, Djelfi Ali, Djerroud Laïd, Cherifi med, Cherifi Aïssa, Cheradi Menouar, Abaziz Louanès, Abaziz Slimane, Abbas Abdelkader, Aberkane Rabah, Abaziz Ahcène Benmechiche, Benmansour Sadek, Bouhraoua Med Bouzane Belkacem, Bouiri Boualem, Boussa Med, Med Bouderba Benmechiche, Med Seghir Bechla Rabah Bouchourak Ali, Ahouchikh Saïd, Achtiouane Slimane, Akroum Abdelkader, Arif Mohamed Aïssaoui Abdellah, Arroure Med, Aït Amar Mustapha, Aït Kacem Med, Dekkar Ali, Boubagha Saïd, Chendri Boualem, Bouhamadouche Saïd, Bouhamadouche Djelloul, Boussaâdi Rabah, Badri Rabah, Babaci Ali Bouzbidi Med, Boussalah Moussa, Amraoui Med, Khoudi Saïd.
Benmechiche Med Seghir, Takdjerad Salah, Meftah Ahmed, Mokhfi Amar, Bessami Ali, Kaddour Achour, Tahanout Saïd, Hachemi Hamoud, Kentour Saïd, les frères Hamzaoui, les frères Toumi Belaouche et des dizaines et des dizaines d'autres qui, dans chaque colline, chaque douar, chaque dechra, chaque sentier, et chaque oued racontent l'histoire de ces chouhada et de ses moudjahidine, de ses combattants de la justice qui ont affronté avec courage et conviction l'envahisseur colonial. Des accrochages violents ou simplement des tirs courageux de nos vaillants moussebilines cernés soit dans un abri, soit dans une casemate n'ayant pour tout et en tout que des fusils de chasse, des couteaux, quelques grenades et quelques cartouches à aligner contre l'armada de l'armée française constitutionnelle, de l'artillerie lourde, des FM, des armes automatiques, des gaz asphyxiants, des bidons de napalm et une panoplie d'avions.
Les chouhada de l'Algérie sont la fierté de tout un peuple, l'emblème national, l'amour du pays et l'hymne Kassaman, les liens de sang des Algériens à chaque événement historique tel que le 20 Août 56, 5-Juillet 1er Novembre, 19 Mars. Nous avons droit à un rituel qui ne change jamais depuis l'indépendance : l'APC de Bordj-Ménaïel, à l'instar des autres communes, est conditionné à reproduire le même rituel, à savoir : dépôt des gerbes de fleurs, levée des couleurs et après… plus rien.
La gerbe de fleurs devrait être déposée au monument à la gloire des martyrs et non au cimetière de Bousbaâ où sont enterrés des chouhada car le cimetière Lalla-Aïcha se trouve qu'il existe plus d'une vingtaine de chouhadas qui reposent en paix à l'image des Dichou Ali, Mokhfi Amar, Bengriche, Talamali, Bouhamadouche Djelloul, les deux frères Benmechiche et d'autres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.