Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Quart de finale de Ligue des Champions: le CR Belouizdad bat l'Espérance de Tunis (2-0)    Serie A : L'Inter Milan chute face à la Juventus    Béjaia: distribution de plus de 3.000 logements au nouveau pôle d'Ighil-Ouzarif    Législatives du 12 juin: TAJ en lice avec un programme "réaliste"    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Réunion du conseil des ministres: possibilité de réouverture des frontières terrestres et aériennes au menu    Retour sur les principaux changements    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    La bonne affaire des pêcheurs occasionnels    Charfi réfute toute «nature politique»    La Côte d'Ivoire et le Maroc au menu des «étalons» en juin    Nouveau report    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Le scepticisme des syndicats    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Le Chabab face à l'ogre tunisien de l'Espérance    "Nous sommes décidés à relever le défi à Sfax"    La finale de la C 1 délocalisée à Porto    L'Algérie enchaîne une nouvelle baisse    Le gendre du Président recherché    Découverte du corps sans vie d'un plongeur    Plusieurs infrastructures routières affectées    Des P/APC qui ne résident pas dans leur commune !    LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES    Ouverture prochaine d'un mini-théâtre pour enfants à Aïn Témouchent    Boumerdès : 600 MDA pour rénover les stades de proximité    CR Belouizdad : Belaïd Hechaïchi n'est plus    Boumerdès : Le site du Rocher noir délaissé    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Macron réunit un sommet virtuel    Vœux pour ces dames    Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie    Les Algériens balayent Rachad    Le gouvernement s'engage auprès des start-up    Le président échange ses voeux avec 5 chefs d'Etat    Les petits pas de l'axe Alger-Paris    Les vœux de Tebboune aux Palestiniens    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    Adieu consoeur    Un témoignage nous interpelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des jeux olympiques des cossards !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 03 - 2010

Alors comme ça les Amerloques, ceux qu'on croyait être les hommes-robots méritant de manger à eux seuls tout le pain blanc de la planète Terre, ne sont plus par la «grâce» d'un vrai-faux sondage que le peuple le plus… paresseux au monde. Parce que, paraît-il, les habitants du giga-pays de l'Oncle Sam passeraient tout leur temps à tout dévorer autour d'eux tout en s'usant les yeux devant leurs pupitres à regarder passer en boucle le mauvais film tourné par le reste du genre humain qu'ils sont devenus le peuple le plus cossard de tous (?). Selon «Couch Potato Olympics», une sorte de jeux olympiques des nations les plus paresseuses, le pays du grand froid, le Canada, la Belgique et la Grande-Bretagne figurent parmi le Top 5 des pays qui travaillent le moins dans le monde. Mais si les compatriotes de Geronimo sont les premiers de la classe en étant les moins bosseurs au monde, pourquoi alors reprocher à nous algéro-pétroliers de rechigner à l'effort, lesquels selon une rumeur «in vitro» travaillent moins d'un quart d'heure par jour et versent à peine deux gouttelettes d'huile de coude tous les douze mois?!
Selon une «logique» anthropophage, ce sont ceux qui bouffent le plus qui doivent travailler plus que tous; même si cette «sentence» n'est pas forcément vraie à «Aïn Ragda oua tmandji» où l'épaisseur du portefeuille est inversement proportionnelle au QI de chacun et au tour de ventre de tout un chacun. Selon une théorie à ne pas enseigner dans nos bahuts, un Algérien est soit un chômeur, soit un salarié qui va à son emploi sans jamais travailler. Très loin des latitudes plus proches du Soleil Levant, chez nous le «juste milieu» n'existe pas: par une sorte de nivellement par le néant, c'est l'Algérien qui travaille le moins qui picore le plus dans la main «trouée» de celui qui se crève le plus le cœur à gagner son pain noir. Et parce que le travail éloigne de nous trois grands maux: l'ennui, le vice et le besoin, c'est justement l'Algérien qui s'ennuie le plus au monde à voir la Terre tourner en lui donnant… le tournis, le vice creuser des trous béants dans le dos de son vide existentiel et le besoin agir comme une bestiole aux ailes brisées attirée par un lampion mal éteint… !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.