Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Des mentalités à formater    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les directeurs des CEM se rebellent    La société civile en question    Oran n'aura plus soif    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



ESPRIT DE BANTOUSTAN
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 12 - 2013

Alors que le mouvement «Boycott, désinvestissement, sanctions» (BDS) enregistre des succès dans le monde, le président de «l'Autorité palestinienne», Mahmoud Abbas, s'est dit opposé au «boycott d'Israël». «Nous demandons à chacun de boycotter les produits des colonies. Parce que les colonies sont sur nos territoires. C'est illégal. Mais nous ne demandons à personne de boycotter Israël lui-même. Nous avons des relations avec Israël, nous avons une reconnaissance mutuelle avec Israël».
Une présumée subtilité qui fait rire les Palestiniens qui savent que l'entreprise de colonisation est décidée, entretenue, financée «en Israël» et appliquée par son armée. Quant à la prétendue «reconnaissance mutuelle», elle n'existe que dans l'esprit des «négociateurs» palestiniens. Il y a eu une reconnaissance unilatérale de la part de l'Autorité palestinienne, Israël ne reconnaît absolument rien en contrepartie. Toute l'histoire du processus d'Oslo - qui n'a mené à rien d'autre qu'à une extension massive des colonies avec une collaboration sécuritaire de l'Autorité palestinienne - montre l'inanité de cette assertion. A chaque fois que les Américains font mine de relancer le dialogue, les Israéliens avancent une nouvelle exigence aux Palestiniens.
APRES AVOIR EXIGE LORS DE PRECEDENTES DISCUSSIONS QU'ILS RECONNAISSENT LE CARACTERE «JUIF» D'ISRAËL - CE QUI EQUIVAUT A UNE APPROBATION D'UNE EXPULSION MASSIVE DES PALESTINIENS DITS DE 1948 -, VOILA QUE LES AMERICAINS PROPOSENT UN «ETAT» PALESTINIEN DESARME, AVEC DES FRONTIERES CONTROLEES PAR L'ARMEE ISRAELIENNE. MAHMOUD ABBAS A REJETE CE PLAN HUMILIANT AU NOM DES «LIGNES ROUGES PALESTINIENNES» MAIS EN RESTANT DANS LE JEU SANS PERSPECTIVE DES NEGOCIATIONS. LA SEULE QU'IL ATTEND EST QUE L'ECHEC DES NEGOCIATIONS SOIT OFFICIALISE MAIS SANS OFFRIR UNE ALTERNATIVE SERIEUSE. MEME PAS UNE ALTERNATIVE PACIFIQUE ! SA REPROBATION DU BOYCOTT AU NOM D'UNE DISTINCTION FAUSSEMENT SUBTILE A CHOQUE LES MILITANTS SUD-AFRICAINS QUI Y ONT VU, JUSQU'A LA CARICATURE, UNE REPRODUCTION DE L'ATTITUDE DES CHEFS DE BANTOUSTANS SOUS LE REGIME HONNI DE L'APARTHEID. LA DECLARATION DE MAHMOUD ABBAS A ETE FAITE, COMBLE DE L'IRONIE, EN AFRIQUE DU SUD, EN MARGE DES FUNERAILLES DE NELSON MANDELA QUI AVAIT DECLARE QUE LES «PALESTINIENS NE LUTTENT PAS POUR UN «ETAT» MAIS POUR LA LIBERTE, LA LIBERATION ET L'EGALITE, EXACTEMENT COMME NOUS AVONS LUTTE POUR LA LIBERTE EN AFRIQUE DU SUD». LES GUILLEMETS AU MOT «ETAT» QUI ONT ETE MIS PAR NELSON MANDELA NE SONT PAS UN ARTIFICE. ET C'EST BIEN POUR CELA QUE LE PORTE-PAROLE DU COMITE DE SOLIDARITE AVEC LA PALESTINE EN AFRIQUE DU SUD A ETE CHOQUE PAR LES PROPOS DE MAHMOUD ABBAS QU'IL A PERÇUS COMME UNE «ATTAQUE CONTRE LE MOUVEMENT GLOBAL DE SOLIDARITE». LE CHEF DE L'AUTORITE PALESTINIENNE AURAIT PU CHOISIR DE SE TAIRE, A DEFAUT DE SOUTENIR LE COMBAT MENE PAR DES FEMMES ET DES HOMMES LIBRES DANS LE MONDE, PARFOIS DANS LA DIFFICULTE. OMAR BARGHOUTI, MEMBRE FONDATEUR DU MOUVEMENT BDS DANS LES TERRITOIRES PALESTINIENS, EST ENCORE PLUS ULCERE PAR CETTE PRISE DE POSITION QUI MONTRE, SELON LUI, COMBIEN ABBAS EST LOIN DES ASPIRATIONS DE SON PROPRE PEUPLE. SEUL UN ESPRIT DE CHEF DE BANTOUSTAN PEUT EXPLIQUER EN EFFET QU'UN DIRIGEANT PRESUME D'UN PEUPLE SOUS OPPRESSION DEFENDE L'OPPRESSEUR.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.