Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    L'investissement agricole et agroalimentaire, levier de la croissance économique nationale    Ramadhan: Echange de vœux entre le Président Tebboune et son homologue égyptien    Bayern Munich: Müller annonce de la prudence    Borussia Dortmund: Raiola n'est pas forcément d'accord avec le BVB dans le dossier Håland    Sétif: saisie de plus de 10 millions d'euros en faux billets    Education : La grève des enseignants largement suivie, selon le CNAPESTE    Coronavirus: 129 nouveaux cas, 104 guérisons et 4 décès    Lutte contre les répercussions de la Covid-19: les agriculteurs algériens ont été à la hauteur du défi    Baouche reste    Crise à la laiterie de Tizi    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Benzema et Zidane domptent le Barça et propulsent le Real Madrid vers le sommet    Processus de réconciliation nationale    Les filiales de Sonelgaz en première ligne    Réunion de travail en présence des imams    La Coquette se prépare pour la saison estivale    Saisie de 200 comprimés psychotropes et arrestation d'un dangereux malfaiteur    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    4 morts et 7 blessés dénombrés    Arezki Hadj Saïd, nouvel inspecteur général des services de police    Et si c'était du schiste ?    Fractures et manœuvres répugnantes    Ibn Sina et Haï El Badr: Relogement de 102 familles à Belgaïd    Appel des étudiants algériens en Russie    Tlemcen: Le mouvement associatif encensé    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Voici venir le Ramadhan...    Elle élira domicile à l'espace «Evasion» de l'hôtel Liberté: Une Académie internationale de musique bientôt à Oran    Aboul-Gheit en visite pour discuter des développements régionaux    Une tactique droit dans le mur    L'état doit frapper fort    Le Cnese réactive la Cellule d'équité    Hamdi menace de jeter l'éponge    Deux ministres sur le gril    Le piège de la mémoire    «Personne ne peut porter atteinte à l'unité nationale»    Un roman sur la réalité fabriquée    Abdelaziz Belaid: "nécéssaire cohésion de toutes les franges de la société    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielle : Meeting des partisans du boycott à la salle Harcha
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 03 - 2014

La coordination des partis et personnalités pour le boycott de l'élection présidentielle du 17 avril prochain a tenu son meeting hier à la salle Harcha en regroupant différents courants politiques d'opposition autour
du mot d'ordre «boycott».
La salle a affiché complet vers les coups de 15 heures. Parmi les personnalités politiques, M. Ali Yahia Abdenour, Saïd Sadi et des membres du parti dissous, l'ex-FIS, à leur tête Ali Belhadj. Mais aussi de simples citoyens.
En tentant d'attirer l'attention des médias, pour marquer le retour de l'ex-FIS sur la scène politique, une vingtaine de partisans de Ali Belhadj scandaient «l'armée, le peuple, avec Ali Belhadj», mais leurs voix ont été à chaque fois étouffées par le fameux slogan «l'Algérie, libre et démocratique» répété par la quasi-totalité des participants au meeting. Le premier qui a défilé sur la scène, c'était le candidat qui s'est retiré le premier de la course du scrutin présidentiel, Sofiane Djilali. Il dira devant l'assistance que le système en place «veut offrir l'Algérie aux étrangers et il veut nous imposer un président absent, un fantôme». Pour Sofiane Djilali, le président Bouteflika ne pense qu'à sa personne «sinon comment expliquer qu'après une année de silence, il se prononce durant 14 secondes, pour se contenter de dire, je suis candidat aux élections du 17 avril». Et de poursuivre : «Oubliant complètement ce qui se passe à Ghardaïa !» L'orateur s'est dit convaincu que ce système à trop duré, il est là depuis 1962. «Aujourd'hui, il doit disparaître cédant la place aux jeunes».
Mohcine Belabbas, président du RCD, a affirmé que cette pluralité dans l'opposition et ce consensus démocratique que vient démontrer ce meeting est un nouveau jour pour l'Algérie démocratique. Mais, pour Belabbas «le changement ne s'offre pas, il s'arrache», dit-il avec l'applaudissement de l'assistance. Et d'insister que «le changement doit être pacifique et organisé» pour lâcher ensuite une phrase qui a fait secouer la salle «le système va s'effondrer mais l'Algérie survivra».
Mohamed Douibi du mouvement Ennahda a expliqué pour sa part pourquoi la coordination a opté pour le boycott en précisant que le système en place a rejeté toutes les propositions garantissant un scrutin démocratique.
Abderrazak Mokri, du MSP, vivement applaudi par l'assistance, a tiré à boulets rouges sur les dirigeants actuels du pays en précisant que le seul danger qui guette notre pays vient de ceux qui gouvernent aujourd'hui. Il n'a pas cessé de répéter à haute voix «vous avez échoué, vous êtes des corrompus, vous êtes des fraudeurs». Il a également accusé le pouvoir en place d'avoir semé la «fitna» à Ghardaïa et dans les Aurès. Mokri appel les Algériens à suivre le modèle de cohésion tunisien qui sans l'armée et sans les services secrets a pu créer le consensus politique, et ce malgré les différences qui existent entre les acteurs politiques tunisiens. Ce qu'il faut retenir est qu'aujourd'hui l'opposition ne se focalise pas uniquement sur le 17 avril, mais surtout sur l'après-17 Avril. Ils se disent pour un projet politique pour l'avenir et pour une Constitution consensuelle. A noter que tous les membres de la coordination étaient présents : RCD, MSP, Nahda, El Adala, Jil Djadid, et l'ancien chef du gouvernement, Benbitour.
A signaler en outre que les services de sécurité ont investi toutes les ruelles menant vers la salle Harcha en fermant à la circulation carrément certains artères, et ce pour parer à d'éventuels dérapages ou débordements. Mais, aucun incident n'a été enregistré ni à l'intérieur de la salle ni à l'extérieur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.