Révision du code de l'information, Chaîne TV, publicité...: Les chantiers de Belhimer    Tlemcen: L'APW au cœur d'une polémique    L'INFORMEL    Cession des biens immobiliers de l'Etat: Plus de 747.000 dossiers régularisés    Lettres anonymes: Tebboune instruit les membres du gouvernement et responsables des corps de sécurité    Libye, la rue imposera-t-elle sa solution?    NA Husseïn Dey : Chaâbane Merzkane, le «messie» du Nasria    USM Bel-Abbès: Le wali à l'écoute des supporters    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Bouira: Examens de rattrapage: plus de 600 étudiants concernés    Six corps repêchés et des dizaines de personnes secourues: Drame près des côtes algériennes    MOUVEMENT PARTIEL DANS LE CORPS DIPLOMATIQUE : Le président Tebboune opère un changement    REVISION EXCEPTIONNELLE DES LISTES ELECTORALES : Début de l'opération dimanche    Le général Medjahed quitte la Présidence de la République    REDJEM DEMOUCHE (SIDI BEL ABBES) : Des bénéficiaires de lots à bâtir réclament les travaux de viabilisation    FORMATION PROFESSIONNELLE A MOSTAGANEM : Cap sur le secteur agricole    Le juge chargé du dossier ‘'Kamel El Bouchi'' inculpé    BENBOUZID AFFIRME : ‘'La situation sanitaire en Algérie est stable''    SAF SAF (MOSTAGANEM) : Les habitants du douar ‘'El Mgarnia'' demandent le revêtement de la route    Mali: appel à un retour rapide à l'ordre constitutionnel et une transition civile    Affaire Prince Ibara: l'interdiction de recrutement infligée à l'USMA levée    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Libye: levée "sous conditions" du blocus sur les champs et ports pétroliers    Parution du livre "Béjaïa, terre des lumières" de Rachik Bouanani    Quelque 3300 habitations palestiniennes démolies les six dernières années    Ligue 1-USMA: l'entraîneur Ciccolini attendu dimanche à bord d'un vol spécial    CAN U17 et U20 (Qualifications): les sélections nationales en stage en septembre    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    Les 4 samedis    L'alopécie    Fraude au Bac: des peines de prison à l'encontre de plusieurs individus    La Facebook-Solidarité !    Projet de musée dédié au costume traditionnel    ANP: installation du commandant de l'Ecole d'application de la reconnaissance    Tebboune adresse une instruction aux membres du gouvernement et aux responsables des corps de sécurité    Rezig préside une réunion sur la promotion des exportations de services    Le comité de village de Tighilt-Mahmoud perpétue les valeurs de "Tajmaat"    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    CORONA, l'ennemi sans nom    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Paix et subterfuges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielle : Meeting des partisans du boycott à la salle Harcha
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 03 - 2014

La coordination des partis et personnalités pour le boycott de l'élection présidentielle du 17 avril prochain a tenu son meeting hier à la salle Harcha en regroupant différents courants politiques d'opposition autour
du mot d'ordre «boycott».
La salle a affiché complet vers les coups de 15 heures. Parmi les personnalités politiques, M. Ali Yahia Abdenour, Saïd Sadi et des membres du parti dissous, l'ex-FIS, à leur tête Ali Belhadj. Mais aussi de simples citoyens.
En tentant d'attirer l'attention des médias, pour marquer le retour de l'ex-FIS sur la scène politique, une vingtaine de partisans de Ali Belhadj scandaient «l'armée, le peuple, avec Ali Belhadj», mais leurs voix ont été à chaque fois étouffées par le fameux slogan «l'Algérie, libre et démocratique» répété par la quasi-totalité des participants au meeting. Le premier qui a défilé sur la scène, c'était le candidat qui s'est retiré le premier de la course du scrutin présidentiel, Sofiane Djilali. Il dira devant l'assistance que le système en place «veut offrir l'Algérie aux étrangers et il veut nous imposer un président absent, un fantôme». Pour Sofiane Djilali, le président Bouteflika ne pense qu'à sa personne «sinon comment expliquer qu'après une année de silence, il se prononce durant 14 secondes, pour se contenter de dire, je suis candidat aux élections du 17 avril». Et de poursuivre : «Oubliant complètement ce qui se passe à Ghardaïa !» L'orateur s'est dit convaincu que ce système à trop duré, il est là depuis 1962. «Aujourd'hui, il doit disparaître cédant la place aux jeunes».
Mohcine Belabbas, président du RCD, a affirmé que cette pluralité dans l'opposition et ce consensus démocratique que vient démontrer ce meeting est un nouveau jour pour l'Algérie démocratique. Mais, pour Belabbas «le changement ne s'offre pas, il s'arrache», dit-il avec l'applaudissement de l'assistance. Et d'insister que «le changement doit être pacifique et organisé» pour lâcher ensuite une phrase qui a fait secouer la salle «le système va s'effondrer mais l'Algérie survivra».
Mohamed Douibi du mouvement Ennahda a expliqué pour sa part pourquoi la coordination a opté pour le boycott en précisant que le système en place a rejeté toutes les propositions garantissant un scrutin démocratique.
Abderrazak Mokri, du MSP, vivement applaudi par l'assistance, a tiré à boulets rouges sur les dirigeants actuels du pays en précisant que le seul danger qui guette notre pays vient de ceux qui gouvernent aujourd'hui. Il n'a pas cessé de répéter à haute voix «vous avez échoué, vous êtes des corrompus, vous êtes des fraudeurs». Il a également accusé le pouvoir en place d'avoir semé la «fitna» à Ghardaïa et dans les Aurès. Mokri appel les Algériens à suivre le modèle de cohésion tunisien qui sans l'armée et sans les services secrets a pu créer le consensus politique, et ce malgré les différences qui existent entre les acteurs politiques tunisiens. Ce qu'il faut retenir est qu'aujourd'hui l'opposition ne se focalise pas uniquement sur le 17 avril, mais surtout sur l'après-17 Avril. Ils se disent pour un projet politique pour l'avenir et pour une Constitution consensuelle. A noter que tous les membres de la coordination étaient présents : RCD, MSP, Nahda, El Adala, Jil Djadid, et l'ancien chef du gouvernement, Benbitour.
A signaler en outre que les services de sécurité ont investi toutes les ruelles menant vers la salle Harcha en fermant à la circulation carrément certains artères, et ce pour parer à d'éventuels dérapages ou débordements. Mais, aucun incident n'a été enregistré ni à l'intérieur de la salle ni à l'extérieur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.