Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Startups: le financement participatif bientôt opérationnel    Forum sino-arabe: volonté commune d'accroître la coopération    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Tribunal de Sidi M'hamed : reprise du procès de Mahieddine Tahkout    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Les cahiers de charges seront prêts dans un mois    Courrier des lecteurs    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Plus de 200 scientifiques demandent à l'OMS de réviser ses recommandations    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Un casse-tête chinois pour les commerçants    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Benbouzid n'exclut pas un confinement localisé    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    Covid-19 : confinement partiel dans 18 communes de Sétif à partir de mercredi    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Treize activites acquittés    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    Eckmühl: Des habitants irrités par une longue panne de l'alimentation en eau    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Nouveau record quotidien des infections    Vers la paralysie de l'économie algérienne ?    "Dans mon service, le personnel est à bout"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tiaret: Hommage à Hamdani Adda, brûlé vif par l'OAS
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 04 - 2018


  Un vibrant hommage a été rendu en fin de semaine, au centre de formation professionnelle qui porte son nom, au chahid Hamdani Adda, de son nom de guerre «Si Othmane», brûlé vif par la soldatesque coloniale il y a déjà cinquante-six ans. En effet, l'hommage, rendu comme il se doit à celui qui symbolise le martyre des Algériens durant la longue nuit coloniale, s'est tenu en présence des autorités locales, de la famille révolutionnaire et d'un nombreux public venu s'informer sur le sacrifice suprême de l'un des plus dignes enfants de l'antique Tihert. L'hommage a été surtout marqué par la projection d'un documentaire de haute facture, produit par les talentueux frères Zerrouki sur un texte de Mohamed Guendouz, retraçant l'itinéraire politique et militant de ce digne enfant de l'antique Tingartia. Né le 26 avril 1926 à Tiaret, le chahid Hamdani Adda est le seul garçon d'une famille qui compte quatre filles. Négociant en céréales au début des années cinquante, il intègre les réseaux FLN de Tiaret avant de rejoindre le maquis en 1957. Il est rapidement désigné chef du secteur autonome de Tiaret avant de diriger toutes les opérations menées par des fidayine. Il met en place ensuite un réseau féminin avant d'être promu chef de la région une (Zone VII- Wilaya V). Hamdani Adda est arrêté le 04 décembre 1959 dans une grotte à Oued Lilli avec six éléments de l'ALN, placés sous ses ordres. Il subit les pires tortures et actions psychologiques de la part de l'armée française qui tente de lui arracher des aveux mais en vain, au vu du courage sans pareil du chahid. Comparaissant devant le tribunal de Tiaret, puis celui d'Oran, il est condamné à mort pour la quatrième fois de son parcours de combattant héroïque. Incarcéré, si Othmane prend la tête d'un comité directeur de la prison d'Oran et s'engage dans les revendications pour améliorer les conditions carcérales des détenus algériens. En avril 1961, Hamdani Adda et trois de ses codétenus sont enlevés par un commando de l'OAS sur ordre de quatre généraux putschistes. Ils sont tous les quatre brûlés vifs par une triste journée du 12 janvier 1962. Aujourd'hui, personne ne sait où repose le corps de Si Othmane, un peu comme pour dire de sous sa tombe à ses bourreaux sans science ni conscience que les héros ne meurent jamais.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.