Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tiaret: Hommage à Hamdani Adda, brûlé vif par l'OAS
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 04 - 2018


  Un vibrant hommage a été rendu en fin de semaine, au centre de formation professionnelle qui porte son nom, au chahid Hamdani Adda, de son nom de guerre «Si Othmane», brûlé vif par la soldatesque coloniale il y a déjà cinquante-six ans. En effet, l'hommage, rendu comme il se doit à celui qui symbolise le martyre des Algériens durant la longue nuit coloniale, s'est tenu en présence des autorités locales, de la famille révolutionnaire et d'un nombreux public venu s'informer sur le sacrifice suprême de l'un des plus dignes enfants de l'antique Tihert. L'hommage a été surtout marqué par la projection d'un documentaire de haute facture, produit par les talentueux frères Zerrouki sur un texte de Mohamed Guendouz, retraçant l'itinéraire politique et militant de ce digne enfant de l'antique Tingartia. Né le 26 avril 1926 à Tiaret, le chahid Hamdani Adda est le seul garçon d'une famille qui compte quatre filles. Négociant en céréales au début des années cinquante, il intègre les réseaux FLN de Tiaret avant de rejoindre le maquis en 1957. Il est rapidement désigné chef du secteur autonome de Tiaret avant de diriger toutes les opérations menées par des fidayine. Il met en place ensuite un réseau féminin avant d'être promu chef de la région une (Zone VII- Wilaya V). Hamdani Adda est arrêté le 04 décembre 1959 dans une grotte à Oued Lilli avec six éléments de l'ALN, placés sous ses ordres. Il subit les pires tortures et actions psychologiques de la part de l'armée française qui tente de lui arracher des aveux mais en vain, au vu du courage sans pareil du chahid. Comparaissant devant le tribunal de Tiaret, puis celui d'Oran, il est condamné à mort pour la quatrième fois de son parcours de combattant héroïque. Incarcéré, si Othmane prend la tête d'un comité directeur de la prison d'Oran et s'engage dans les revendications pour améliorer les conditions carcérales des détenus algériens. En avril 1961, Hamdani Adda et trois de ses codétenus sont enlevés par un commando de l'OAS sur ordre de quatre généraux putschistes. Ils sont tous les quatre brûlés vifs par une triste journée du 12 janvier 1962. Aujourd'hui, personne ne sait où repose le corps de Si Othmane, un peu comme pour dire de sous sa tombe à ses bourreaux sans science ni conscience que les héros ne meurent jamais.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.