Real - Zidane : "Satisfait pour Karim, mais..."    Les magistrats confirment et dénoncent    Début de la révision des listes électorales    Les partisans de la transition reviennent à la charge    Le niet de Benbitour    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Impasse juridique en cas de victoire de Nabil Karoui    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    Plus de 2 000 armes saisies ces derniers mois détruites    Les autorités ordonnent une nouvelle enquête    Ce que disent les avocats sur la rencontre Toufik-Saïd Bouteflika    En quelques points    Quand ça bricole, ça coule !    NAHD-ESS, choc des malclassés    Bouchar risque 4 matches de suspension    Adrar : "Il ne reste que quelques détailsà régler"    Velud : "La JSK est sur une courbe ascendante"    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Lancement de la campagne à Naâma    Les syndicats chez le ministre    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    Le procès renvoyé au 29 septembre    Equinoxe 22    Interrogations autour des investissements étrangers    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Bouira: Plus de 7.500 places pédagogiques à la formation professionnelle    GALETTE ET PETIT-LAIT    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouteflika appelle à préserver l'Ecole et l'Université des conflits idéologiques et politiques
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 05 - 2018

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a appelé à la préservation de l'Ecole et de l'Université des conflits d'intérêts, d'idéologies ou de compétition politique. «L'Ecole et l'Université ne sont ni un terrain de conflits, ni un espace d'intérêts, d'idéologies ou de compétition politique. Tout un chacun doit respecter le campus universitaire d'autant qu'il s'agit de l'avenir de nos générations futures», a indiqué le Président Bouteflika, dans un message adressé à l'occasion du 61ème anniversaire de la Journée nationale de l'Etudiant, lu en son nom par le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, lors de la cérémonie officielle de célébration de cette journée organisée à Tipaza. Bouteflika a souligné que «cette date est pour la Nation algérienne, l'occasion de témoigner toute sa reconnaissance et sa gratitude à ces étudiants et lycéens qui, mus par un nationalisme plus fort que leur soif de savoir, ont fait prévaloir la dignité et la liberté de l'Algérie, en décidant le 19 mai 1956, de quitter les bancs de l'université et du lycée pour rejoindre, en moudjahidine, les rangs de la Révolution, à travers les quatre coins du pays, pour la libération de la Patrie de l'oppression coloniale». Ces étudiants «ont abandonné les classes et les plumes pour les maquis et les armes en réponse à l'appel du devoir national, résolus et déterminés, à mettre fin à l'ère de l'oppression, de l'injustice, des tortures et de l'exploitation auxquels a été soumis leur peuple», a ajouté le chef de l'Etat, soulignant que «leur sursaut a été un tournant décisif dans le processus de la Révolution grâce à leur apport en connaissances et compétences scientifiques, leur lutte et leur bravoure sur le champ d'honneur et leurs performances aux plans diplomatique, politique, médiatique et culturel». S'adressant aux étudiants, le premier message du président de la République «est celui de saisir l'opportunité que leur offre leur pays d'acquérir le savoir, en veillant à ne perdre aucun moment de leur parcours estudiantin, au service de l'avenir de leur pays». «Nos étudiants et étudiantes parmi les différentes couches de notre peuple doivent rendre, aujourd'hui, grâce à Dieu, pour ce que l'Algérie a pu leur assurer dans un contexte difficile et contribuer, par leur abnégation, à préparer de meilleures conditions aux promotions suivantes, dans une Algérie qui réalise davantage de progrès», a soutenu le Président Bouteflika.
Le second message du Président Bouteflika «est un appel à la sacralisation du travail en vue de répondre aux besoins de notre pays, dans tous les domaines et garantir son développement continu». Pour le chef de l'Etat, de nombreux domaines économiques, tels que l'Agriculture et l'Industrie par exemple, sont en «quête de compétences et de connaissances, alors que nous enregistrons, avec regret, l'existence du chômage dans les rangs de nos diplômés universitaires».
«Des voix pessimistes et subversives»
S'adressant à ceux qui sont en charge du système universitaire, le Président Bouteflika a appelé à veiller à mettre notre Université au diapason de l'évolution accélérée des Sciences dans le monde d'aujourd'hui». «Nous disposons de suffisamment de structures et d'encadrement pour nous fixer comme objectifs légitimes : l'intégration davantage de technologies, la promotion des branches des Sciences exactes, l'ouverture sur les langues étrangères et la coopération avec les autres universités du monde pour garantir à l'Université algérienne une place dans ce nouveau siècle», a-t-il relevé.
Pour le président de la République, certes, «des voix pessimistes et subversives s'élèvent, de temps à autre, pour dénigrer, injustement, l'Université algérienne et ses résultats humains, mais la meilleure réponse à leur apporter est la place qu'occupent les nombreux diplômés de nos universités, qui ont fait le choix de l'émigration, dans les pays occidentaux». Le président de la République a affirmé que l'Algérie comptait «à peine 500 étudiants, en 1962», alors qu'elle en compte actuellement «près de 2 millions d'étudiants et d'étudiantes à travers des universités, des centres universitaires et des écoles supérieures, dans toutes les wilayas».
Ajoutant que «l'Algérie recense, à présent, quelque 100.000 enseignants et assistants encadrant nos structures universitaires, dans toutes leurs configurations» alors que «le nombre des enseignants universitaires ne dépassait pas les 10, au lendemain de l'indépendance».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.