14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    Après la destruction par la douane libyenne de sa cargaison de jus pour «non-conformité».. L'entreprise NCA Rouiba réagit    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Tournoi International de la LAT.. 25 nations au rendez-vous    INVESTISSEMENT : 4 000 émigrés algériens veulent investir en Algérie    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    LOGEMENTS SOCIAUX A ORAN : Des brigades pour lutter contre la sous-location    La guerre des amulettes ?    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les chiffres de la Cacobatph    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Le meeting national des retraités de l'armée annulé    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Jijel : Le corps d'un jeune disparu en mer repêché à la plage Aftis    Nouvelles d'Oran    A la recherche du temps perdu    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Volley-ball - Super Division: Bonne opération pour le RC Msila    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Venezuela : Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre l'or "volé"    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où va le pays ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 07 - 2018

Décidément, on n'arrêtera jamais de remuer le couteau dans la plaie dans ces moments de baisse de rigueur de la loi. Notre vie évolue quotidiennement avec des histoires macabres de couteaux et de poignards plantés dans le corps. Les coups de couteau se multiplient chaque jour qui se lève pour annoncer de nouvelles tueries à la fine lame.
Poignarder une personne de sang-froid est devenu un acte banal dans nos cités. Les couteaux sont tirés et les forcenés jouent avec la lame, comme on joue avec une tablette, pour couper le souffle des honnêtes citoyens au cours de simples altercations. Chaque jour qui se lève, le sang coule et de nouvelles victimes viennent grossir la liste de malheureuses victimes tuées traitreusement. Ces voyous brisent le cœur des familles et allongent la liste des orphelins. Les duels aux couteaux se multiplient et, pour un oui ou un non, on sort le couteau pour le planter dans le ventre de quelqu'un. Le couteau à cran d'arrêt est l'arme blanche privilégiée des lâches. Les coups de couteau ont remplacé les coups de poings dans cette jungle où les plus forts font la loi. Les agresseurs agissent librement comme dans une arène pour agresser ou se faire justice avec une lame. Les lâches cachent perfidement le couteau ouvert sous la chemise pour frapper par surprise leurs victimes.
«Ya katel rouh, win t'rouh ! » (Toi le tueur d'âme, où iras-tu demain ?) disaient les sages jadis. Certes, on était bien avant dans notre peau, on était intransigeants envers les auteurs d'homicides à l'arme blanche et on se sentait bien protégés par les gouvernants. A cette époque on ne badinait pas avec les actes criminels car se faire prendre avec un couteau dans la poche, même sans l'avoir utilisé, on risquait jusqu'à six mois de prison ferme pour le port de cette arme prohibée.
Hier, il y avait la crainte de la loi, et la justice s'abattait avec force sur la tête de l'assassin. Les meurtriers doivent payer d'abord ici devant la justice des hommes avant le châtiment divin, crient les souffre-douleur. Et les coupables de meurtres croient que leurs actes criminels sont des faits anodins qui ne seront pas punis. Peut-être que cela n'arrive qu'aux autres, pensent ceux qui ne se sentent pas concernés par ces délits condamnables par la société. Les gens qui usent de leur couteau pour régler un différend sont des fous furieux qui doivent être neutralisés avec une grande sévérité. Les couteaux ont débordé des étals de cuisines et des boucheries pour terroriser les honnêtes citoyens respectueux de la loi. On s'entretue pour moins que rien quand on n'a pas peur de la loi. S'armer d'une arme blanche, c'est préméditer d'agresser et faire couler le sang. On menace, on balafre et on tue avec le couteau, juste pour subtiliser les biens d'autrui. Les coupe-gorges sont partout. On transperce des pères de famille sur les plages, pourtant déclarée gratuites par l'autorité. On poignarde pour voler des véhicules et on égorge des enfants pris en otage sauvagement. On viole les domiciles et on larde de coups de couteau leurs propriétaires cruellement. Les automobilistes aussi paient les conséquences du laxisme des pouvoirs publics affiché vis-à-vis de ces malfrats qui ne sont pas inquiétés et qui jouent le rôle de gardiens de voitures contre la volonté des automobilistes dans les espaces de stationnements urbains. Les autorités font comme s'il n'y avait pas le feu à la maison et ne réagissent pas comme il le faut pour prendre des mesures, pour stopper ces mafieux qui usent souvent de violence physique pour régler les différends à coups de gourdin et de sabre dans les centres urbains. «Où va le pays avec ces comportements agressifs ?» Les pouvoirs publics et les législateurs doivent se mobiliser contre ces sanguinaires. Les gens sensés s'arment de sagesse, les abrutis s'arment de couteaux pour tuer. Les ratés de la vie préfèrent s'occuper à tuer le temps, à assassiner le bonheur et à étouffer la vie…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.