Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Sa gestion confiée à l'EPIC Ermeso: La mise en service du parking à étages de M'dina Djdida tarde à venir    Skikda: Grève au marché de gros de Salah Bouchaour    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Sovac: Des offres inédites pour le Salon AUTOWEST    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    NA Hussein Dey: Le Nasria dès aujourd'hui en Zambie    Division nationale amateur - Ouest: Une étape favorable aux poursuivants    El Tarf: Deux corps repêchés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Communion    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Tizi-Ouzou : La recherche des harraga disparus au large de Tigzirt se poursuit    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    La viande saisie achetée par un jeune "inconnu"    L'Algérie incapable d'abriter une compétition majeure    Le marché, couvert à 53% de ses besoins    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    Le prix Mohia d'or institutionnalisé    L'instance de coordination s'est réunie hier au siège du RND: Alliance pour… la stabilité    «Al Capone le faussaire», dans les filets de la police de sougueur    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public, présenté à Alger    Une programmation qui a tenu toutes ses promesses    Déclaration de patrimoine: 54 000 élus et 6000 hauts fonctionnaires concernés    CHLEF: Journée de sensibilisation sur «El Harga»    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Ah'chem chouia !    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Divergences au sommet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où va le pays ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 07 - 2018

Décidément, on n'arrêtera jamais de remuer le couteau dans la plaie dans ces moments de baisse de rigueur de la loi. Notre vie évolue quotidiennement avec des histoires macabres de couteaux et de poignards plantés dans le corps. Les coups de couteau se multiplient chaque jour qui se lève pour annoncer de nouvelles tueries à la fine lame.
Poignarder une personne de sang-froid est devenu un acte banal dans nos cités. Les couteaux sont tirés et les forcenés jouent avec la lame, comme on joue avec une tablette, pour couper le souffle des honnêtes citoyens au cours de simples altercations. Chaque jour qui se lève, le sang coule et de nouvelles victimes viennent grossir la liste de malheureuses victimes tuées traitreusement. Ces voyous brisent le cœur des familles et allongent la liste des orphelins. Les duels aux couteaux se multiplient et, pour un oui ou un non, on sort le couteau pour le planter dans le ventre de quelqu'un. Le couteau à cran d'arrêt est l'arme blanche privilégiée des lâches. Les coups de couteau ont remplacé les coups de poings dans cette jungle où les plus forts font la loi. Les agresseurs agissent librement comme dans une arène pour agresser ou se faire justice avec une lame. Les lâches cachent perfidement le couteau ouvert sous la chemise pour frapper par surprise leurs victimes.
«Ya katel rouh, win t'rouh ! » (Toi le tueur d'âme, où iras-tu demain ?) disaient les sages jadis. Certes, on était bien avant dans notre peau, on était intransigeants envers les auteurs d'homicides à l'arme blanche et on se sentait bien protégés par les gouvernants. A cette époque on ne badinait pas avec les actes criminels car se faire prendre avec un couteau dans la poche, même sans l'avoir utilisé, on risquait jusqu'à six mois de prison ferme pour le port de cette arme prohibée.
Hier, il y avait la crainte de la loi, et la justice s'abattait avec force sur la tête de l'assassin. Les meurtriers doivent payer d'abord ici devant la justice des hommes avant le châtiment divin, crient les souffre-douleur. Et les coupables de meurtres croient que leurs actes criminels sont des faits anodins qui ne seront pas punis. Peut-être que cela n'arrive qu'aux autres, pensent ceux qui ne se sentent pas concernés par ces délits condamnables par la société. Les gens qui usent de leur couteau pour régler un différend sont des fous furieux qui doivent être neutralisés avec une grande sévérité. Les couteaux ont débordé des étals de cuisines et des boucheries pour terroriser les honnêtes citoyens respectueux de la loi. On s'entretue pour moins que rien quand on n'a pas peur de la loi. S'armer d'une arme blanche, c'est préméditer d'agresser et faire couler le sang. On menace, on balafre et on tue avec le couteau, juste pour subtiliser les biens d'autrui. Les coupe-gorges sont partout. On transperce des pères de famille sur les plages, pourtant déclarée gratuites par l'autorité. On poignarde pour voler des véhicules et on égorge des enfants pris en otage sauvagement. On viole les domiciles et on larde de coups de couteau leurs propriétaires cruellement. Les automobilistes aussi paient les conséquences du laxisme des pouvoirs publics affiché vis-à-vis de ces malfrats qui ne sont pas inquiétés et qui jouent le rôle de gardiens de voitures contre la volonté des automobilistes dans les espaces de stationnements urbains. Les autorités font comme s'il n'y avait pas le feu à la maison et ne réagissent pas comme il le faut pour prendre des mesures, pour stopper ces mafieux qui usent souvent de violence physique pour régler les différends à coups de gourdin et de sabre dans les centres urbains. «Où va le pays avec ces comportements agressifs ?» Les pouvoirs publics et les législateurs doivent se mobiliser contre ces sanguinaires. Les gens sensés s'arment de sagesse, les abrutis s'arment de couteaux pour tuer. Les ratés de la vie préfèrent s'occuper à tuer le temps, à assassiner le bonheur et à étouffer la vie…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.