Commandant Si H'mimi : Ce qu'il faut savoir    Pays-Bas: le taux de chômage en baisse en juillet, à 3,8%    Choléra: Le bilan passe à 26 décès au Niger    Kim Jong Un dénonce les responsables des "sanctions scélérates"    JSK / Mellal : «Que le derby soit l'occasion de renforcer les liens entre les deux clubs»    L'Equateur exige un passeport aux migrants vénézuéliens    L'euro monte un peu face au dollar dans un marché apaisé    JSS - MCO, aujourd'hui à 20h00 : L'heure de vérité pour les Hamraoua    Slimani : «Feghouli m'a félicité pour mon transfert au Fenerbahce»    Feux de forêts: près de 1.470 hectares parcourus depuis juin    Services vétérinaires: le cheptel ovin n'est pas exposé au risque de la fièvre aphteuse    13 Palestiniens arrêtés par les forces de l'occupation israélienne en Cisjordanie    RND : Ouyahia décide de radier le sénateur élu à Tipasa pour son implication dans une affaire de corruption    Mali/présidentielle: Boubacar Keïta réélu avec 67,17% des voix    L'objectif des négociations est de garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination (Addouh)    Chlef: 10 milliards de centimes de dédommagements pour des agriculteurs    Historicisation de l'intervention militaire de la Russie au Moyen-Orient dans l'histoire. Trump peut-il inverser le jeu planétaire ?    Les nuées de drones sur Hmeimin: un message à l'adresse de Moscou    Constantine - Pour faire face à la demande: Les bureaux de poste ouverts jusqu'à 22h    Constantine - Récupération de peaux de mouton: Le circuit de l'opération arrêté    Des devoirs de vacances pour nos ministres!    Nous avons besoin d'une élite scientifique nobelisable    En Algérie, les trains n'arrivent pas à l'heure mais ils arrivent quand même    Tunisie : projet d'égalité hommes-femmes pour l'héritage, je ne félicite personne !    Le rêve Zidane de plus en plus crédible ?    Un paradis aquatique en plein désert    Coupure de gaz aujourd'hui à Hammamet et Aïn Benian    «Les résultats obtenus dépassent nos prévisions»    La finale de la 2e édition à la piscine 20 août    Pétrole : La production de l'Opep a légèrement augmenté en juillet    C'est la rentrée politique!    "Parlez-moi du mouton et de la pomme de terre!"    Les folles dépenses du mariage    Assaut contre les barons de la pomme de terre    Lieux Saints: Nécessité d'une coordination entre tous les partenaires    Ligue des champions d'Afrique (5e j), ESS-TP Mazembe ce vendredi à Sétif: Les Sétifiens pour une victoire avant le MCA    Belmadi en conférence de presse ce samedi    4325 opérateurs assurent la permanence à constantine    Semaine économique et culturelle à Washington : Une réunion de coordination pour préparer la participation algérienne    Myriade de stars à l'Esplanade de Riadh el Feth    Netflix produit la première série fantastique arabe    Bouzeguène fête la vie!    L'Algérie à la rescousse des migrants    "30 partis soutiennent Bouteflika"    MO Béjaïa - JS Kabylie l'affiche du jour !    Le théâtre romain a abrité la 11e édition    Skikda : La sensibilisation sur les dangers de la mauvaise utilisation d'internet, cheval de bataille de la Sûreté nationale    Les "vagues" de la rentrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où va le pays ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 07 - 2018

Décidément, on n'arrêtera jamais de remuer le couteau dans la plaie dans ces moments de baisse de rigueur de la loi. Notre vie évolue quotidiennement avec des histoires macabres de couteaux et de poignards plantés dans le corps. Les coups de couteau se multiplient chaque jour qui se lève pour annoncer de nouvelles tueries à la fine lame.
Poignarder une personne de sang-froid est devenu un acte banal dans nos cités. Les couteaux sont tirés et les forcenés jouent avec la lame, comme on joue avec une tablette, pour couper le souffle des honnêtes citoyens au cours de simples altercations. Chaque jour qui se lève, le sang coule et de nouvelles victimes viennent grossir la liste de malheureuses victimes tuées traitreusement. Ces voyous brisent le cœur des familles et allongent la liste des orphelins. Les duels aux couteaux se multiplient et, pour un oui ou un non, on sort le couteau pour le planter dans le ventre de quelqu'un. Le couteau à cran d'arrêt est l'arme blanche privilégiée des lâches. Les coups de couteau ont remplacé les coups de poings dans cette jungle où les plus forts font la loi. Les agresseurs agissent librement comme dans une arène pour agresser ou se faire justice avec une lame. Les lâches cachent perfidement le couteau ouvert sous la chemise pour frapper par surprise leurs victimes.
«Ya katel rouh, win t'rouh ! » (Toi le tueur d'âme, où iras-tu demain ?) disaient les sages jadis. Certes, on était bien avant dans notre peau, on était intransigeants envers les auteurs d'homicides à l'arme blanche et on se sentait bien protégés par les gouvernants. A cette époque on ne badinait pas avec les actes criminels car se faire prendre avec un couteau dans la poche, même sans l'avoir utilisé, on risquait jusqu'à six mois de prison ferme pour le port de cette arme prohibée.
Hier, il y avait la crainte de la loi, et la justice s'abattait avec force sur la tête de l'assassin. Les meurtriers doivent payer d'abord ici devant la justice des hommes avant le châtiment divin, crient les souffre-douleur. Et les coupables de meurtres croient que leurs actes criminels sont des faits anodins qui ne seront pas punis. Peut-être que cela n'arrive qu'aux autres, pensent ceux qui ne se sentent pas concernés par ces délits condamnables par la société. Les gens qui usent de leur couteau pour régler un différend sont des fous furieux qui doivent être neutralisés avec une grande sévérité. Les couteaux ont débordé des étals de cuisines et des boucheries pour terroriser les honnêtes citoyens respectueux de la loi. On s'entretue pour moins que rien quand on n'a pas peur de la loi. S'armer d'une arme blanche, c'est préméditer d'agresser et faire couler le sang. On menace, on balafre et on tue avec le couteau, juste pour subtiliser les biens d'autrui. Les coupe-gorges sont partout. On transperce des pères de famille sur les plages, pourtant déclarée gratuites par l'autorité. On poignarde pour voler des véhicules et on égorge des enfants pris en otage sauvagement. On viole les domiciles et on larde de coups de couteau leurs propriétaires cruellement. Les automobilistes aussi paient les conséquences du laxisme des pouvoirs publics affiché vis-à-vis de ces malfrats qui ne sont pas inquiétés et qui jouent le rôle de gardiens de voitures contre la volonté des automobilistes dans les espaces de stationnements urbains. Les autorités font comme s'il n'y avait pas le feu à la maison et ne réagissent pas comme il le faut pour prendre des mesures, pour stopper ces mafieux qui usent souvent de violence physique pour régler les différends à coups de gourdin et de sabre dans les centres urbains. «Où va le pays avec ces comportements agressifs ?» Les pouvoirs publics et les législateurs doivent se mobiliser contre ces sanguinaires. Les gens sensés s'arment de sagesse, les abrutis s'arment de couteaux pour tuer. Les ratés de la vie préfèrent s'occuper à tuer le temps, à assassiner le bonheur et à étouffer la vie…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.