Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Les Canaris invitent leurs partenaires    Thierry Froger explique son départ    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Trucs et astuces    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Propos de Trump sur le Golan occupé : La Syrie et des pays arabes dénoncent la position américaine    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    CAN-2019 (U23) : Guinée Equatoriale - Algérie: Aujourd'hui à 18h00 - Les Algériens pour prendre option    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    Plantation de plus de 2.000 arbustes à Ghardaïa    L'étanchéité déjà défectueuse    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    Hommage à Jean-Luc Einaudi, historien du 17 octobre 1961 et combattant de la vérité, décédé le 22 mars 2014    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FLN en mode 5ème mandat
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 08 - 2018

Au FLN comme au sein des partis de la coalition gouvernementale, les vacances estivales seront zappées cette année avec l'approche de l'élection présidentielle d'avril prochain. Le parti du président, comme le clame son SG Djamel Ould Abbès, aurait même décidé d'accélérer la cadence pour construire un large front de soutien à un 5ème mandat de Bouteflika. Ce n'est du reste que logique que le FLN, qui a été le premier à cautionner et soutenir la candidature en 1999 du président Bouteflika, travaille pour rassembler les soutiens politiques pour l'échéance de 2019. Djamel Ould Abbès, qui retarde et veut même renvoyer aux calendes grecques la tenue d'un comité central extraordinaire qui peut signifier son ‘'éviction'' de la tête du parti, multiplie donc les rencontres et les contacts politiques pour organiser un large front favorable à une cinquième mandature de son favori.
Le SG du FLN, qui a déjà rencontré les N.1 du MSP et du RND, a plus que jamais centré les objectifs du vieux parti sur cette présidentielle et compte dans les prochains jours rencontrer les représentants d'autres partis favorables à un 5ème mandat du président Bouteflika. S'il est pour le moins incongru de se demander si vraiment Ould Abbès a été mandaté pour appeler le président à briguer un 5ème mandat, jetant du coup un profond trouble au sein de l'opposition, il est cependant dans la nature des choses de voir converger vers l'appel du FLN des formations politiques sans grande envergure, ce qui en l'occurrence pose la question de savoir jusqu'où ira le FLN pour ramasser des voix pour son candidat. Le RND, allié naturel du FLN, sinon sorti de ses rangs, ne fait pas autant dans ce zèle ‘'militant'' que développe le vieux parti à l'approche de la prochaine présidentielle.
Une posture qui, cependant, fait peur à l'opposition qui craint que la démarche du FLN est tout sauf encourager la démocratie et l'alternance au pouvoir de s'installer en Algérie. Car il est clair que si M. Bouteflika viendrait à se porter candidat, et donc répondrait positivement aux appels insistants des partis de l'alliance présidentielle, l'issue de cette élection ne ferait dès lors aucun doute. Et, surtout, que toute candidature de partis d'opposition ou d'indépendants ne servira que de faire valoir à un projet politique annoncé depuis des mois aux électeurs: porter une cinquième et dernière fois M. Bouteflika au pouvoir. Cela aura ainsi les contours d'une élection démocratique avec des concurrents politiques qui brigueront un mandat de cinq ans, mais, au final, le résultat sera connu d'avance.
Le FLN tout comme le RND et les partis satellites, ranimés à chaque élection, parce qu'ils sont proches des centres de décision, s'ils n'en sont pas une grande partie, ne contribuent cependant pas à rassurer l'électorat, car leur démarche élimine de facto tout changement autant à la tête de l'Etat algérien que de son mode de gouvernance et de pouvoir décisionnel. C'est comme si, en réalité, l'opposition n'est là que pour faire partie du ‘'décorum'' et que les véritables enjeux politiques ne sont pas vraiment dans cette élection présidentielle, encore moins dans la nature du candidat, mais ailleurs. Là où existe le vrai pouvoir de gouverner, de diriger et de décider de l'avenir du pays. Car l'électorat, lui, affaibli, sciemment ou pas, par une situation économique du pays désastreuse, ne pense donc qu'à assurer ses lendemains. A partir de là, il n'aura aucun comportement suicidaire, sinon aventurier, au moment de mettre le bulletin dans l'urne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.