14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    Après la destruction par la douane libyenne de sa cargaison de jus pour «non-conformité».. L'entreprise NCA Rouiba réagit    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Tournoi International de la LAT.. 25 nations au rendez-vous    INVESTISSEMENT : 4 000 émigrés algériens veulent investir en Algérie    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    LOGEMENTS SOCIAUX A ORAN : Des brigades pour lutter contre la sous-location    La guerre des amulettes ?    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les chiffres de la Cacobatph    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Le meeting national des retraités de l'armée annulé    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Jijel : Le corps d'un jeune disparu en mer repêché à la plage Aftis    Nouvelles d'Oran    A la recherche du temps perdu    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Volley-ball - Super Division: Bonne opération pour le RC Msila    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Venezuela : Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre l'or "volé"    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand une ville coule, c'est Dieu qui est responsable
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 09 - 2018

Plusieurs villes ont coulé sous une eau déchaînée. Des commissions ont été déplacées, des constats ont été certainement établis. L'eau est encore revenue avec plus de densité. Des commissions ont été dépêchées, les mêmes constats dressés. Que faut-il donc déduire ?
Comme dans le déluge de Noé, la pluie tombait du ciel et se faisait sourdre des entrailles de la terre. Chez nous la submersion similaire est à cause humaine et à défaut de cerner la responsabilité, il ira, fatalement, s'imputer à l'autorité divine. Celle d'en bas, n'agirait que par délégation, ce qui tend à l'absoudre de toute avanie.
Une main a tiré sur une vanne la déroulant comme une toupie ou un volant d'un cabriolet à l'entame d'un virage subit et très sinueux. Car à l'époque de Noé, l'agence nationale d'assainissement ne fut qu'un creux naturel entre deux mamelons d'un relief à grande hauteur. Il est donc de ces hauts fonctionnaires, sans avoir la parure prophétique qui veulent paralléliser leur débit au même rythme que la vitesse du lâcher d'eau. Ils ne peuvent faire de rétention dans l'excès d'ardeur. Justement c'est celle-ci, quand elle n'est pas, judicieusement, canalisée qui provoque comme l'avait fait le jet aquatique gigantesque un engloutissement de la cité déjà en pleine dormance.
Que ce soit à Tébessa, Batna, à l'est ou à l'ouest du pays, la responsabilité de la flotte n'est pas à adjuger à Noé ou au diamètre d'une canalisation qui se trouve toujours normalisé. Elle est dans cette tête remplie de boue et larve. La prévention idoine et opportune n'a jamais été inscrite comme réserve dans ce genre de têtes.
Gérer un bouleversement rameux n'est pas un simple dossier d'habitat ou une présidence d'une séance de travail en pull-over, de surcroît dans une cité pré-engloutie dans le scandale et la gadoue. Les pluies torrentielles qui sont venues s'abattre sur certaines villes ne sont pas l'œuvre d'une politique hydraulique. C'est à leur contenance, leur emmagasinement, à la façon d'en faire œuvre utile qu'échoit toute la responsabilité des détenteurs de robinet étatiques. L'on aurait vu de tout, entendu tout le monde. Une administration locale, totalement, éclipsée au profit d'autres n'est pas de nature à achalander ni booster le job du maître des lieux.
Quand un gouverneur crie au secours, il ne peut le faire quand ce secours est juché juste à ses proximités. La souveraineté sectorielle dans la souveraineté nationale est un signe constitutionnel de reconnaissance du mérite d'autrui. Alors que dire de ces gens là qui, par inclination affective, se hasardent, gauchement, à vouloir tirer leur épingle de la mare d'eau. Encore, ils le font plus mal, pour d'autres lorsqu'ils s'essayent à flagorner «l'exploit» dans la résolution de la crise entraînée par le raz-de-marée. Chacun est responsable d'une partie du processus du déluge. Laissez le bon Dieu tranquille car il ne fait pas partie des commissions et faites-vous occuper par la tenue de l'amont et la retenue de l'aval de cette affaire d'ordre public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.