Lutte anti-terroriste en Afrique: Alger et Madrid réitèrent leur engagement    Bordj Badji Mokhtar: Des missiles sol-air et des obus de mortiers interceptés    Le débat est ailleurs    Transfert illicite de capitaux: Les douanes cibleront les passagers à risque dès 2019    Chlef: Ténès se souvient    Mise en place de la DNCG: Une direction qui divise la FAF et les clubs    Coupe d'Algérie - 32es de finale: Le MCO, le PAC et le CABBA passent, la JSK au tapis    MC Saïda: Un avenir très incertain    Oran: 19 harraga, dont une femme de 54 ans, interceptés    Tamanrasset: Cinq personnes meurent carbonisées dans une collision    Pour mettre un terme à la gestion anarchique des parkings: Une commission pour récupérer près de 150 sites de stationnement illicites    Lettre d'un jeune Algérien à «nos» députés    Le numérique s'invite au Salon du livre    La Data à l'honneur du plus grand événement IT et de l'économie numérique en Algérie    MCA-Al Merreikh (Soudan) en quarts de finale    Les arbitres des matchs des clubs algériens connus    «Surtout ne pas sous-estimer Ghriss»    183 Palestiniens arrêtés par les autorités israéliennes ces cinq derniers jours    AI appelle à rendre justice aux militants du mouvement Hirak dans le Rif    L'Algérie face aux nouveaux enjeux sécuritaires mondiaux    Du nouveau dans l'aide à l'habitat    Placement de plus de 4.700 demandeurs d'emploi depuis janvier    150 demandes de brevet d'invention déposées depuis début 2018    Défendre la mémoire de nos chouhada !    Lancement de la première application électronique d'accès à la recherche en bibliothèque    Ouverture des journées nationales de la littérature    Sahara occidental : Notre bataille au niveau de la justice européenne a changé le cours du conflit    Transport & logistique : Les principales contraintes aux exportations    Grève des travailleurs en CTA du Complexe sidérurgique d'El Hadjar : Le dialogue et la concertation priment pour dénouer la situation    Algérie-France : Clôture d'un jumelage institutionnel visant à asseoir un cadastre    Route Adrar-Tindouf : Rapprocher les wilayas et impulser la dynamique économique dans la région    Un élève hospitalisé à Tiaret    L'Université Sâad Dahleb de Blida évacuée    Des produits aux substances dangereuses    Amnesty international déplore l'absence d'un cadre juridique    Une manifestation pour dénoncer l'arrivage d'une cargaison de phosphate sahraoui    Coupe d'Algérie de football (32es de finale) : MB Bazer Sakhra, première surprise des 32es de finale    Compétitions européennes interclubs : Deux affiches entre internationaux algériens    Le 15e Dimajazz du 18 au 22 décembre à Constantine    Journée arabe de la police: Une centaine de policiers promus à Sidi Bel Abbès    Constantine: Des bénéficiaires du LPL réclament l'accélération de la remise des clés    «The Algiers Singers» en concert: Ambiance festive à Notre Dame d'Afrique    FLN : L'initiative de Bouchareb au point mort    Les dangereuses nouvelles filières    Décès du vice-président de l'APW    Ahl El Andalous et leurs invités, ce soir, à l'Opéra d'Alger    Le devoir sacré de défendre et de renforcer l'unité nationale    C'est la guerre des mots    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand une ville coule, c'est Dieu qui est responsable
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 09 - 2018

Plusieurs villes ont coulé sous une eau déchaînée. Des commissions ont été déplacées, des constats ont été certainement établis. L'eau est encore revenue avec plus de densité. Des commissions ont été dépêchées, les mêmes constats dressés. Que faut-il donc déduire ?
Comme dans le déluge de Noé, la pluie tombait du ciel et se faisait sourdre des entrailles de la terre. Chez nous la submersion similaire est à cause humaine et à défaut de cerner la responsabilité, il ira, fatalement, s'imputer à l'autorité divine. Celle d'en bas, n'agirait que par délégation, ce qui tend à l'absoudre de toute avanie.
Une main a tiré sur une vanne la déroulant comme une toupie ou un volant d'un cabriolet à l'entame d'un virage subit et très sinueux. Car à l'époque de Noé, l'agence nationale d'assainissement ne fut qu'un creux naturel entre deux mamelons d'un relief à grande hauteur. Il est donc de ces hauts fonctionnaires, sans avoir la parure prophétique qui veulent paralléliser leur débit au même rythme que la vitesse du lâcher d'eau. Ils ne peuvent faire de rétention dans l'excès d'ardeur. Justement c'est celle-ci, quand elle n'est pas, judicieusement, canalisée qui provoque comme l'avait fait le jet aquatique gigantesque un engloutissement de la cité déjà en pleine dormance.
Que ce soit à Tébessa, Batna, à l'est ou à l'ouest du pays, la responsabilité de la flotte n'est pas à adjuger à Noé ou au diamètre d'une canalisation qui se trouve toujours normalisé. Elle est dans cette tête remplie de boue et larve. La prévention idoine et opportune n'a jamais été inscrite comme réserve dans ce genre de têtes.
Gérer un bouleversement rameux n'est pas un simple dossier d'habitat ou une présidence d'une séance de travail en pull-over, de surcroît dans une cité pré-engloutie dans le scandale et la gadoue. Les pluies torrentielles qui sont venues s'abattre sur certaines villes ne sont pas l'œuvre d'une politique hydraulique. C'est à leur contenance, leur emmagasinement, à la façon d'en faire œuvre utile qu'échoit toute la responsabilité des détenteurs de robinet étatiques. L'on aurait vu de tout, entendu tout le monde. Une administration locale, totalement, éclipsée au profit d'autres n'est pas de nature à achalander ni booster le job du maître des lieux.
Quand un gouverneur crie au secours, il ne peut le faire quand ce secours est juché juste à ses proximités. La souveraineté sectorielle dans la souveraineté nationale est un signe constitutionnel de reconnaissance du mérite d'autrui. Alors que dire de ces gens là qui, par inclination affective, se hasardent, gauchement, à vouloir tirer leur épingle de la mare d'eau. Encore, ils le font plus mal, pour d'autres lorsqu'ils s'essayent à flagorner «l'exploit» dans la résolution de la crise entraînée par le raz-de-marée. Chacun est responsable d'une partie du processus du déluge. Laissez le bon Dieu tranquille car il ne fait pas partie des commissions et faites-vous occuper par la tenue de l'amont et la retenue de l'aval de cette affaire d'ordre public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.