Gaïd Salah: la vigilance constitue “l'un des piliers intrinsèques de réussite”    VISAS FRANÇAIS POUR LES ALGERIENS : VFS Global annonce de nouvelles dispositions    BECHAR : Plus de 2,5 tonnes de kif saisies au sud-ouest    Allô ! Blida ? C'est pour une urgence !    Benyounès, un allié particulier    «Ceux qui consomment plus payeront plus»    La domination de Mercedes se confirme    Le vaisseau amiral se renouvelle    Dame Coupe n'abandonne pas ses caprices    Le DEN/FAN explique sa démission    Le huis clos pour la JS Kabylie et l'ASMO    «Les élections en Algérie ne donnent ni légitimité, ni pouvoir»    Plusieurs infractions enregistrées en 2018 à Relizane    Un défi difficile à relever à Annaba    Cupcakes aux fruits secs    Jusqu'à la fin des temps, de Yasmine Chouikh, en compétition au 26e Fespaco    Le mythe démonté    ELECTIONS, HARGA ET LE RESTE    Mostefa Ben Debbagh, l'artiste était modeste    Lutte contre la migration clandestine: le Gouvernement prévoit la création d'une instance nationale    Davos: Messahel s'entretient avec le chef du Gouvernement tunisien Youssef Chahed    L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Lavrov aujourd'hui à Alger    Assises du tourisme: gestion et organisation pour booster le secteur    Organisée par la SDA de Belouizdad : Une campagne de sensibilisation sur le monoxyde de carbone    Protestation au Soudan : Pourquoi Omar El Béchir n'est pas inquiété    Aïn Assel: Un ouvrier écrasé par un compacteur    L'autre inflation    En perspective des JM 2021: Vaste opération de réhabilitation du CREPS d'Aïn El Turck    Mouwatana: «Le pouvoir tentera, encore une fois, de se maintenir »    Relizane: Campagne pour la déclaration des travailleurs étrangers    Plus de 220 athlètes présents au rendez-vous d'Alger    WOB - GSP programmé le 29 janvier    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    L'arbre qui cache la forêt    Quand la mémoire fait défaut    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Abdelkader Secteur tête d'affiche    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Japon : Le risque de récession en 2019 s'accentue    Sonatrach : Coopération algéro-chinoise pour l'extension du port pétrolier de Skikda    Rsf se félicite de la décision de la cour surpême    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    Aucune preuve de l'implication des Russes dans le crash du MH17    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 12 - 2018

Malgré la progression projetée, les transferts de fonds des Algériens établis à l'étranger vers leur pays restent nettement moins importants comparés à l'Egypte avec 25,7 milliards de dollars (mds usd), du Liban (7,8 mds usd), du Maroc (7,4 mds usd) ou encore de la Jordanie (4,4 mds usd).
En effet, les fonds envoyés par la diaspora algérienne vers l'Algérie devraient se chiffrer à 2,157 mds usd, en 2018, contre 2 mds usd en 2017 et autant en 2015, selon le dernier rapport de la Banque mondiale (BM) sur l'immigration et les transferts de fonds, publié à Washington. Ce montant attendu représente 1,1% du Produit intérieur brut (PIB) de l'Algérie, précise la même source qui livre les récents développements et les prévisions concernant les transferts de fonds vers différentes régions du monde, en 2018. Pour les observateurs, si cette prévision est confirmée, il s'agira alors de la première progression enregistrée après 5 ans de stagnation, loin toutefois du record de 2,4 mds usd établi, en 2004.
Ainsi, de 2013 à 2017, les envois de fonds vers l'Algérie se sont stabilisés autour de 2 mds usd, selon les données de la BM. La diaspora algérienne est, notamment, présente en Europe, particulièrement en France, aux Etats-Unis d'Amérique et au Canada. Selon une étude publiée, le 2 septembre 2016 par le think tank américain, ‘Pew Research Center', et se basant sur les données de l'Office de la migration internationale des Nations unies, 930.000 personnes nées en Algérie vivaient à l'étranger en 1990, 1.040.000 en 2000 et 1.710.000 en 2010 pour s'établir à 1.770.000 en 2013. En France, et d'après des sources que citent l'Algerian International Diaspora Association (AIDA), on avance le chiffre de 5 millions d'Algériens. Aux Etats-Unis et au Canada, les Algériens seraient entre 40.000 et 60.000, selon un rapport sur la diaspora algérienne, rédigé en 2006 pour la Commission européenne. D'autres sources, révélées par l'AIDA, indiquent, en revanche que les Algériens seraient environ 110.000 au Canada et 30.000 aux Etats-Unis. En Europe, selon les chiffres de l'AIDA, ils seraient notamment presque 20.000 au Royaume-Uni, 14.000 en Espagne, 5.000 en Italie. Cependant, d'autres sources, comptabilisant les Algériens en situation irrégulière, indiquent une population beaucoup plus importante. Selon ces chiffres, la population algérienne en Espagne serait la plus importante dans ce pays, avec 300.000 ressortissants. Les Algériens seraient 250.000 en Grande-Bretagne, 50.000 en Italie, 50.000 en Belgique, 22.000 en Allemagne et 13.000 en Suisse. Ailleurs, notamment dans les pays arabes, les chiffres sont confus tant les recensements sont peu nombreux et les chiffres officiels inexistants. Cependant, l'AIDA s'avance à affirmer qu'ils seraient 12.000 en Tunisie, quasiment le même nombre au Maroc et environ 2.000 Algériens vivraient officiellement sur le territoire égyptien. Par ailleurs et au vu des récentes statistiques de la BM, l'Algérie ne peut rivaliser avec les pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena) alors que les transferts vers cette région devraient augmenter de 9,1%, cette année, pour s'établir à 59 mds de dollars contre 6% en 2017. Cette augmentation est, essentiellement, tirée par la croissance rapide attendue en Egypte (+14%), explique-t-on. Pour 2019, l'institution de ‘Bretton Woods' prévoit un ralentissement des envois à 2,7% causés par la baisse des prix de pétrole et les politiques du travail en Arabie Saoudite interdisant certains métiers aux étrangers devraient freiner la croissance de cette manne. Les transferts vers la région Afrique subsaharienne se sont accélérés et devraient accroître de 9,8% en 2018 à 45 mds de dollars, avant de ralentir à 4,2% en 2019 selon les mêmes prévisions.
La BM estime que les envois vers les pays en développement, officiellement enregistrés, augmenteront de 10,8% pour atteindre 528 milliards de dollars, en 2018. Ce niveau nouveau record intervient après une forte croissance de 7,8% en 2017. Pour rappel, l'Inde demeure cette année, le premier bénéficiaire des transferts de fonds dans le monde avec 80 mds de dollars, suivi de la Chine avec 67 mds de dollars, du Mexique et des Philippines (34 mds de dollars chacun) et de l'Egypte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.