Enquête au FLN    «Les problèmes sécuritaires n'ont pas empêché l'avancement»    Les ambitions du ministère de l'Agriculture    L'électrique à portée de tous    La mobilité de demain    Baghdad Bounedjah sacré    Tahrat forfait face à la Gambie    Enfin la répartition des tâches !    Le monoxyde de carbone enregistre sa première victime de l'année    Plus de 2 000 enseignants au concours de promotion au grade de professeur principal et formateur    Les localités touchées par la fièvre aphteuse demandent des quotas de vaccins en urgence    La perte, la peur et le mystère des yeux bandés    ACTUCULT    Les écrivains et les écrevisses    Tunisie, Une démocratisation au-dessus de tout soupçon ?    L'Algérie au coeur d'un ouvrage de référence paru à Washington    Hydrocarbures: l'Algérie possède des capacités importantes de production    Zaalane appelle à accorder “la priorité absolue” à l'entretien des routes    Brexit: Que va-t-il se passer après le rejet de l'accord par le parlement britannique?    Le pays est surendetté et en état de faillite : La contestation sociale gagne le Zimbabwe    La CPI lave de tout soupçon l'ex-président ivoirien : Laurent Gbagbo acquitté    Le retour de Boudiaf    Nouvel an amazigh 2969 : La tradition perpétuée en Kabylie    Football - Mercato d'hiver: Une transhumance aux résultats incertains    FAF: Ould Zmirli démissionne pour se consacrer à la politique    Selon des syndicats de l'Education: La grève du 21 janvier inévitable    Grippe saisonnière: Le ministère de la Santé rappelle la nécessité de se faire vacciner    Ballon carré    Importation de blé: Moscou évincera-t-il Paris du marché algérien ?    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    En visite à Alger : Bedoui appelle à la création de délégations au niveau des nouvelles circonscriptions administratives    Un crime odieux pour 200 euros !    Des responsables limogés    Le nœud syrien sera-t-il dénoué sans les USA?    Algérie -Afrique du Sud : Signature d'une feuille de route pour renforcer la coopération économique et commerciale    Ligue des champions (2e J/ Gr.D) Al-Ahly du Caire : Forfait de cinq joueurs égyptiens face à la JS Saoura    Le président du Parlement libéré après avoir été brièvement détenu    Priorité de tous : le bien-être du peuple    10èmes Journées internationales du Marketing Touristique : La "destination Algérie"… le défi de 2019    6 productions en compétition    Un aboutissement de la revendication identitaire    MASCARA : Découverte de 15 bombes artisanales à Maoussa    TIERS PRESIDENTIEL : Report de l'installation des nouveaux sénateurs    FFS : vers le rejet de la présidentielle    Makri candidat ?    Anniversaire ... en prison    L'énigme Hamrouche    CAN-2019 : Le tirage au sort de la phase finale début avril    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'histoire à méditer
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 12 - 2018

Certes, 56 ans ne sont qu'un laps de temps insignifiant dans la vie des peuples pour arriver à ressusciter et refonder un Etat qui avait cessé d'exister il y a plus de 2.000 ans, depuis qu'il fut mis dans la parenthèse romaine, vandale, byzantine, omeyyade, ottomane et française. Mais continuer à bidouiller un modèle obsolète qui ne répond plus aux exigences du présent ni aux attentes du futur, condamne à revivre le passé avec toutes ses épreuves.
Il serait temps d'inventer du viable et du durable en ayant l'œil sur le chemin parcouru pour éviter de tomber dans le piège mortel de l'amnésie. Si, dans un passé récent, la légitimité historique s'était substituée au recours à la volonté populaire comme mode de gouvernance, plaçant des générations d'Algériens dans un épisode d'infantilisation, rien ne justifierait aujourd'hui le tutorat et le paternalisme, parce que les temps ont changé et les générations aussi. Ceux qui veulent étirer le temps en déréglant leurs montres ne pourront pas décaler les fuseaux horaires et empêcher le soleil d'être au rendez-vous, pile à l'heure.
Ces voix qui s'élèvent çà et là, méprisant l'intelligence, soufflant sur les braises pour attiser le feu et rajoutant de grosses couches au flou qui entoure déjà la prochaine élection présidentielle, devraient d'abord méditer sur l'histoire avant de mettre leur ego en travers des espérances d'un pays qui n'a plus de temps à perdre pour se normaliser.
En écoutant le retour venant des stades et de la rue et en parcourant ce qui se publie sur les réseaux sociaux, on ressent bien le malaise qui étreint son monde et qui serait dangereux d'occulter ou dissoudre dans des chapelles secrètes concoctant et reproduisant à la chaîne des scénarios dans lesquels l'épilogue est toujours le même. Ce monde, celui d'une jeunesse mal comprise -par ceux qui vivent le temps en rabiot- qui exprime son désarroi avec des codes propres à lui, mérite d'être écouté parce qu'il a accepté les règles du jeu et n'a pas rejeté la faute sur les générations précédentes pour avoir réduit les espoirs ou pour l'avoir jugé avec sévérité. Il n'est ni dans le déni, ni dans l'oubli, ni dans l'ingratitude. Il vit son temps sans plus… pour ne pas perdre l'autre partie de la réalité, l'avenir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.