Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'histoire à méditer
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 12 - 2018

Certes, 56 ans ne sont qu'un laps de temps insignifiant dans la vie des peuples pour arriver à ressusciter et refonder un Etat qui avait cessé d'exister il y a plus de 2.000 ans, depuis qu'il fut mis dans la parenthèse romaine, vandale, byzantine, omeyyade, ottomane et française. Mais continuer à bidouiller un modèle obsolète qui ne répond plus aux exigences du présent ni aux attentes du futur, condamne à revivre le passé avec toutes ses épreuves.
Il serait temps d'inventer du viable et du durable en ayant l'œil sur le chemin parcouru pour éviter de tomber dans le piège mortel de l'amnésie. Si, dans un passé récent, la légitimité historique s'était substituée au recours à la volonté populaire comme mode de gouvernance, plaçant des générations d'Algériens dans un épisode d'infantilisation, rien ne justifierait aujourd'hui le tutorat et le paternalisme, parce que les temps ont changé et les générations aussi. Ceux qui veulent étirer le temps en déréglant leurs montres ne pourront pas décaler les fuseaux horaires et empêcher le soleil d'être au rendez-vous, pile à l'heure.
Ces voix qui s'élèvent çà et là, méprisant l'intelligence, soufflant sur les braises pour attiser le feu et rajoutant de grosses couches au flou qui entoure déjà la prochaine élection présidentielle, devraient d'abord méditer sur l'histoire avant de mettre leur ego en travers des espérances d'un pays qui n'a plus de temps à perdre pour se normaliser.
En écoutant le retour venant des stades et de la rue et en parcourant ce qui se publie sur les réseaux sociaux, on ressent bien le malaise qui étreint son monde et qui serait dangereux d'occulter ou dissoudre dans des chapelles secrètes concoctant et reproduisant à la chaîne des scénarios dans lesquels l'épilogue est toujours le même. Ce monde, celui d'une jeunesse mal comprise -par ceux qui vivent le temps en rabiot- qui exprime son désarroi avec des codes propres à lui, mérite d'être écouté parce qu'il a accepté les règles du jeu et n'a pas rejeté la faute sur les générations précédentes pour avoir réduit les espoirs ou pour l'avoir jugé avec sévérité. Il n'est ni dans le déni, ni dans l'oubli, ni dans l'ingratitude. Il vit son temps sans plus… pour ne pas perdre l'autre partie de la réalité, l'avenir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.