Détournement de foncier agricole: 15 ans de prison requis contre Hamel    Les contributions de l'ANIE apporteront un plus à l'élaboration d'une Constitution harmonieuse    CONSEIL DE LA NATION : Goudjil invite tous les acteurs à enrichir la Constitution    SOMMET DES PARLEMENTS : L'importance d'une coopération mutuellement bénéfique    ALGERIE TELECOM : Reconduction des dispositifs jusqu'à "la fin du confinement"    Les forces d'occupation marocaines tirent sur des Sahraouis de l'autre côté du mur de la honte    Position du Lesotho sur le Sahara occidental, nouveau revers diplomatique pour Rabat    Coronavirus: 107 nouveaux cas, 151 guérisons et 6 décès durant les dernières 24h    Covid-19 : la feuille de route de sortie du confinement sera élaborée selon les recommandations de l'autorité sanitaire    Le président Tebboune s'entretient au téléphone avec Macron    NON-RESPECT DE LA DISTANCIATION PHYSIQUE : 1093 infractions enregistrées en mai    La réouverture de certains commerces relève des prérogatives du Premier ministre    Accidents de la Route : 9 morts et 137 blessés durant les dernières 24 heures    Viandes blanches: près de 29.000 qx commercialisés durant le ramadhan    Electricité et gaz: recours à l'estimation automatique dans la facturation de la consommation    Décès de la Moudjahid Akila Abdelmoumène: l'ONM exprime sa peine et son regret    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    Foot-Covid19: Damerdji relève la "complexité" d'un retour à la compétition    Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) : De nouvelles consignes pour les voyages en avion    La CPI appelée à enquêter sur les démolitions des maisons palestiniennes par Israël    Reprise des compétitions : Khaldi la conditionne par la levée totale du confinement    Brèves    Coupes africaines Interclubs : Les finales en août ou septembre    Oran: coup d'envoi du colloque international virtuel sur "La Société et la Pandémie"    Concours de composition épistolaire 2020 : Dix élèves lauréats distingués    Le sentiment africain de Mounia Lazali    Selon Soufiane Djilali: Tebboune s'est engagé à libérer Tabou et Benlarbi    Tlemcen: «Les pluies du printemps ont sauvé nos champs»    AS Khroub: Victime d'instabilité !    RETOUR AUX SOURCES    De la mentalité «clando» !    Une sœur de Hamid Ferhi s'en remet à Tebboune    25 000 participants au forum virtuel    Moins d'immigrants algériens au Canada en 2020    Les habitants d'Aït Yahia Moussa dans l'inquiétude    4 décès et 106 nouveaux cas positifs en trois jours    Vu à Idlib (Syrie)    L'épreuve    L'infrangible lien…    "Je ne veux pas être un adjoint"    Pas aussi évident pour le grand RDV de Palexpo    Le pari fou du géant allemand Volkswagen    "L'électro est le langage de la résistance"    "Ma misère affective était à l'origine de mon combat contre les injustices"    Ce que risquent les contrevenants    Le siège de l'Etat major baptisé du nom de Gaïd Salah    Leurs prix inférieurs à ceux des moins de trois ans    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De Sidi Bouzid aux «Gilets jaunes»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 12 - 2018

En 2011, les révoltes arabes avaient posé, avec des destins divers, la question de la démocratie comme une question historique urgente. L'Occident avait voulu alors donner en modèle sa démocratie aux Arabes. Mais ces révoltes arabes étaient revenues comme un boomerang sur les pays occidentaux pour montrer les limites de la démocratie occidentale.
Le 15 mai 2011, à Madrid, la place de «la Puerta del sol», avait les mêmes accents que la place Tahrir en Egypte et le mouvement des «Indignés» s'était répandu comme une traînée de poudre en Grèce, à Londres, à New York, à Montréal, et jusqu'à Tokyo. L'Histoire dira peut-être que tout cela a commencé un 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid, en Tunisie. Des mots d'ordre comme «le dégagisme» de la révolution tunisienne ou «le peuple veut» de la révolution égyptienne vont gagner l'Europe pour influencer désormais les mouvements de masse, tel celui aujourd'hui des «Gilets jaunes». Emmanuel Macron avait repris le mot d'ordre de «dégagisme» à son compte. Accusé aujourd'hui d'abus de confiance, il en fait lui-même les frais.
En France, divers évènements avaient d'ailleurs annoncé la crise actuelle de la démocratie française. Citons parmi eux l'affaire Strauss-Kahn. Elle éclate le 14 mai 2011, c'est à dire, par un de ces étranges rendez-vous dont l'Histoire a le secret, la veille du «15 de Mayo» à Madrid.
Elle montrait aux yeux d'une opinion publique littéralement sidérée, le côté obscur de la personnalité du directeur général du FMI, celui-là même qui allait être vraisemblablement le président de la République française avec le soutien intense des médias(1). Elle révélait aussi la crise profonde des élites dominantes, dont une bonne part s'était portée au secours de Dominique Strauss-Kahn.
En janvier 2014, une campagne médiatique d'une grande violence était déclenchée contre l'humoriste français Dieudonné, accusé de masquer un antisémitisme derrière sa dénonciation d'Israël. Dieudonné dénonce aussi régulièrement ce qu'il appelle «le système». L'acharnement dont va faire preuve contre lui la quasi-totalité des médias et des partis politiques de droite comme de gauche, qui se sont succédé au pouvoir en France, fournira, par là même, la preuve de l'existence écrasante de ce système médiatico-politique. Le large soutien dont Dieudonné va bénéficier auprès de l'opinion publique, notamment à travers l'Internet, révèle fortement, à cette occasion, l'existence actuelle de deux grands systèmes de communication, les médias traditionnels et les réseaux sociaux, voire leur opposition. L'un nécessitant des capitaux, l'autre étant à la portée de chacun, ce conflit entre ces deux grands systèmes va lui-même exprimer et amplifier, ici comme ailleurs, les aspirations à la justice sociale ainsi que cette crise de la démocratie.
La crise de la démocratie française, apparaît clairement aux élections présidentielles françaises de 2017. Plus personne ne se réclame désormais du «système» et chacun le dénonce ou fait mine de le faire. La situation est inédite. Le bipartisme droite-gauche s'écroule. Emmanuel Macron reprend le mot d'ordre du «dégagisme» à son compte. Il est élu à la suite d'élections «introuvables», marquées par une suite de rebondissements et de coïncidences étonnantes. Il bénéficie d'un large appui des médias mais son score, au premier tour, dépasse à peine celui de ses principaux concurrents. De plus, le nombre de bulletins blancs et le taux d'abstention sont si considérables qu'ils marquent aujourd'hui son élection d'un déficit de représentativité.
Aux Etats Unis, où on a toujours une longueur d'avance, le système médiatico-politique suscite depuis longtemps la défiance dans la population. Comme en Europe et en France, les chaînes de télé ont eu à faire face à une crise de confiance grandissante, voire à de l'hostilité. Les journalistes sont même parfois agressés. Mais Donald Thrump a su utiliser cette situation, en concentrant cette défiance sur les médias et journaux proches du parti démocrate, notamment la chaîne CNN et les élites, gravitant autour d'elle, politiciens, artistes, journalistes, intellectuels. Il a réussi ainsi à orienter, pour le moment, la colère grandissante de la population, au profit d'un projet de domination nationaliste, facilité par l'avantage économique et militaire que conservent les Etats-Unis sur le monde.
Cette situation, soit celle d'une sortie «par le bas», nationaliste chauvine, autoritaire, voire xénophobe, soit d'une sortie «par le haut», lutte contre les inégalités sociales, démocratie plus avancée, humanisme, caractérise d'ailleurs, partout où elle se manifeste, la crise actuelle de la démocratie occidentale.
(1) Djamel Labidi, «Affaire Strauss-Kahn, FMI et Démocratie», le Quotidien d'Oran», 2 juin 2011.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.