Les Algériens "déterminés" à mettre en échec tous les "desseins hostiles"    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    La colère de la classe démunie    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    Ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    "Pas d'effets indésirables graves relatifs au vaccin anti-Covid Spoutnik V"    Liverpool : L'attaque des Reds est en panne...    Ligue 1: ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Trois morts et une blessée dans un accident    «Un départ en fanfare» : le dernier caprice de Donald Trump    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    La Lamborghini des bourdes !    Le lait en sachet, une denrée rare    Relance des travaux    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Les adversaires de Mellal n'ont pas mobilisé    La Tunisie et la Libye à pied d'œuvre à Alger    Zetchi entame sa campagne    L'Algérie classée derrière la France et la RDC    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    La rue fait monter la pression au Soudan    300 millions de centimes dérobés    Situation politique et questions régionales au menu    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Les avocats plaident l'innocence    Le schiste américain remonte la pente    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    Relizane : Des demandeurs de logement manifestent    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Lentement ou sans précipitation ?    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    LOURDE CHARGE    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De Sidi Bouzid aux «Gilets jaunes»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 12 - 2018

En 2011, les révoltes arabes avaient posé, avec des destins divers, la question de la démocratie comme une question historique urgente. L'Occident avait voulu alors donner en modèle sa démocratie aux Arabes. Mais ces révoltes arabes étaient revenues comme un boomerang sur les pays occidentaux pour montrer les limites de la démocratie occidentale.
Le 15 mai 2011, à Madrid, la place de «la Puerta del sol», avait les mêmes accents que la place Tahrir en Egypte et le mouvement des «Indignés» s'était répandu comme une traînée de poudre en Grèce, à Londres, à New York, à Montréal, et jusqu'à Tokyo. L'Histoire dira peut-être que tout cela a commencé un 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid, en Tunisie. Des mots d'ordre comme «le dégagisme» de la révolution tunisienne ou «le peuple veut» de la révolution égyptienne vont gagner l'Europe pour influencer désormais les mouvements de masse, tel celui aujourd'hui des «Gilets jaunes». Emmanuel Macron avait repris le mot d'ordre de «dégagisme» à son compte. Accusé aujourd'hui d'abus de confiance, il en fait lui-même les frais.
En France, divers évènements avaient d'ailleurs annoncé la crise actuelle de la démocratie française. Citons parmi eux l'affaire Strauss-Kahn. Elle éclate le 14 mai 2011, c'est à dire, par un de ces étranges rendez-vous dont l'Histoire a le secret, la veille du «15 de Mayo» à Madrid.
Elle montrait aux yeux d'une opinion publique littéralement sidérée, le côté obscur de la personnalité du directeur général du FMI, celui-là même qui allait être vraisemblablement le président de la République française avec le soutien intense des médias(1). Elle révélait aussi la crise profonde des élites dominantes, dont une bonne part s'était portée au secours de Dominique Strauss-Kahn.
En janvier 2014, une campagne médiatique d'une grande violence était déclenchée contre l'humoriste français Dieudonné, accusé de masquer un antisémitisme derrière sa dénonciation d'Israël. Dieudonné dénonce aussi régulièrement ce qu'il appelle «le système». L'acharnement dont va faire preuve contre lui la quasi-totalité des médias et des partis politiques de droite comme de gauche, qui se sont succédé au pouvoir en France, fournira, par là même, la preuve de l'existence écrasante de ce système médiatico-politique. Le large soutien dont Dieudonné va bénéficier auprès de l'opinion publique, notamment à travers l'Internet, révèle fortement, à cette occasion, l'existence actuelle de deux grands systèmes de communication, les médias traditionnels et les réseaux sociaux, voire leur opposition. L'un nécessitant des capitaux, l'autre étant à la portée de chacun, ce conflit entre ces deux grands systèmes va lui-même exprimer et amplifier, ici comme ailleurs, les aspirations à la justice sociale ainsi que cette crise de la démocratie.
La crise de la démocratie française, apparaît clairement aux élections présidentielles françaises de 2017. Plus personne ne se réclame désormais du «système» et chacun le dénonce ou fait mine de le faire. La situation est inédite. Le bipartisme droite-gauche s'écroule. Emmanuel Macron reprend le mot d'ordre du «dégagisme» à son compte. Il est élu à la suite d'élections «introuvables», marquées par une suite de rebondissements et de coïncidences étonnantes. Il bénéficie d'un large appui des médias mais son score, au premier tour, dépasse à peine celui de ses principaux concurrents. De plus, le nombre de bulletins blancs et le taux d'abstention sont si considérables qu'ils marquent aujourd'hui son élection d'un déficit de représentativité.
Aux Etats Unis, où on a toujours une longueur d'avance, le système médiatico-politique suscite depuis longtemps la défiance dans la population. Comme en Europe et en France, les chaînes de télé ont eu à faire face à une crise de confiance grandissante, voire à de l'hostilité. Les journalistes sont même parfois agressés. Mais Donald Thrump a su utiliser cette situation, en concentrant cette défiance sur les médias et journaux proches du parti démocrate, notamment la chaîne CNN et les élites, gravitant autour d'elle, politiciens, artistes, journalistes, intellectuels. Il a réussi ainsi à orienter, pour le moment, la colère grandissante de la population, au profit d'un projet de domination nationaliste, facilité par l'avantage économique et militaire que conservent les Etats-Unis sur le monde.
Cette situation, soit celle d'une sortie «par le bas», nationaliste chauvine, autoritaire, voire xénophobe, soit d'une sortie «par le haut», lutte contre les inégalités sociales, démocratie plus avancée, humanisme, caractérise d'ailleurs, partout où elle se manifeste, la crise actuelle de la démocratie occidentale.
(1) Djamel Labidi, «Affaire Strauss-Kahn, FMI et Démocratie», le Quotidien d'Oran», 2 juin 2011.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.