Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche 1er novembre    Sahara occidental: toute dérobade au référendum d'autodétermination rend caduc le cessez-le-feu    Les électeurs ivoiriens attendus samedi aux urnes pour élire leur président    Illizi-référendum: les bureaux itinérants accueillent les électeurs dans de bonnes conditions    L'Algérie condamne l'acte terroriste ayant ciblé un lieu de culte à Nice en France    Militaires français au Sahel. Un inconscient colonial si peu refoulé.    Cyclisme: les lauréats de 2019 récompensés à Staouéli    Foot-Covid19:le trio arbitral algérien confiné en Egypte "se porte bien"    Covid-19: 319 nouveaux cas, 195 guérisons et 7 décès    Explosion de gaz à Médéa, plusieurs blessés déplorés    Pourquoi le 1er novembre 1954 ?    ETAT DE SANTE DU PRESIDENT TEBBOUNE : La Présidence de la République rassure    Ligue 1-Covid19: le championnat peut reprendre mais sous conditions    REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    Dessins et desseins de la France coloniale    Retour de la chaine Al Jazeera    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    TISSEMSILT : Des secteurs d'utilité publique sans directeurs    POUR FORAGE ILLICITE D'UN PUITS A TIARET : Arrestation de 2 personnes à Medrissa    DEMANTELEMENT D'UN RESEAU DE DEALERS : Saisie de 5201 psychotropes à Tiaret    Liverpool: Van Dijk opéré avec succès    Real Madrid: un nouveau plan pour Dybala ?    Bayern Munich: Flick envoie un message à Alaba    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    10 décès et 320 nouveaux cas    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Soumana prêté une saison au NC Magra    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'«inadvertance» calculée de Bolton
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 01 - 2019

Lors de la séance de réponses aux questions des journalistes qu'il a animée lundi dans la salle de presse, John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump et cheville ouvrière des manigances américaines visant à faire tomber le président vénézuélien Nicolas Maduro, s'est laissé photographier avec des notes dont la captation a permis de voir qu'il y était écrit de sa main « 5.000 soldats en Colombie ».
En pleine crise du Venezuela qui donne lieu à une escalade du côté américain en terme de pression mise pour contraindre le président vénézuélien à céder le pouvoir à l'opposition soutenue par Washington, l'on ne peut croire que le haut responsable américain aurait péché par inadvertance en exhibant ses notes de telle sorte que les journalistes ont pu lire l'intrigante référence aux « 5.000 soldats en Colombie » qui y était consignée. Il y a lieu plutôt de penser que le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump a sciemment laissé entrevoir que l'option militaire dont il a dit dans ses réponses qu'elle était elle aussi sur la table est celle que les Etats-Unis ont déjà mise en branle.
Après que le leader de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido se soit autoproclamé président par intérim du pays et que les Etats-Unis se sont empressés de reconnaître la légitimité, il a été écrit ici même que cet acte était la séquence d'ouverture au scénario d'une intervention militaire au Venezuela de la part des Etats-Unis et d'Etats latino-américains voisins partageant la position de Washington à l'égard de Nicolas Maduro et du pouvoir auquel il préside. Ce scénario envisagé, il n'est pas impossible que 5.000 soldats américains ont été effectivement prépositionnés en Colombie, pays dont on sait le président et le gouvernement déterminés à en découdre avec Maduro et ses fidèles.
Ce qui semble retarder encore le déclenchement de l'intervention militaire combinée en question est l'attente que les appels de Juan Guaido l'autoproclamé président intérimaire et ses alliés nord et sud-américains ont lancés à l'armée vénézuélienne l'incitant à lâcher Maduro aient un effet dissolvant sur elle et ainsi amoindrir la résistance que lui opposeraient les partisans de Maduro. Donald Trump veut en finir au plus vite avec le pouvoir vénézuélien incarné par Nicolas Maduro pour se dédouaner de l'image de président qui sait susciter des crises internationales mais ne sachant les résoudre, dépassé par l'ampleur qu'elles prennent du fait des antagonismes géopolitiques qui en sont les enjeux.
Au Venezuela, le fantasque président américain est d'autant plus dans l'intention belliciste tranchée que ce pays qui regorge de pétrole a commis le crime de lèse-Amérique de s'être émancipé avec le défunt Hugo Chavez et Nicolas Maduro, son disciple et successeur, des diktats de la doctrine Monroe nord-américaine ayant décrété que l'Amérique latine n'est rien moins que l'arrière-cour des Etats-Unis et que seules les volontés de ceux-ci doivent primer dans les politiques que mènent ses Etats. Au sujet du Mexique, le révolutionnaire et doctrinaire leader cubain José Marti avait écrit « pauvre Mexique, si près des Etats-Unis et si loin de Dieu ». Son constat vaut tout autant pour le Venezuela dans la crise que Washington lui a fomentée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.