Le dossier du journaliste Saïd Boudour renvoyé    La copie prête dans quinze jours    "Sonatrach est une équipe et changer de P-dg n'a pas d'impact"    Entente totale entre l'Algérie et le Qatar    Rezig pointe du doigt les accords commerciaux    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    Le Doyen met la pression sur le Chabab    L'épidémie continue de s'étendre    Liverpool : Alexander-Arnold bat son propre record    Le Président Tebboune et l'Emir du Qatar se félicitent de l'évolution des relations bilatérales    Manchester City vise un latéral argentin    Logement: Nasri ordonne l'accélération de la cadence de réalisation des projets en cours    Noureddine Khaldi, nouveau directeur général des Douanes    ATTEINTE AUX SYMBOLES DE LA REVOLUTION : Appel à l'application des lois de la République    Constitution: le Comité d'experts achèvera sa mission vers le 15 mars prochain    FAUTE DE TRANSPORT DES ELEVES SCOLARISES : Le programme de vaccination risque l'échec à Mostaganem    SIDI BEL ABBES : 29.000 demandes de logements à la daïra    Le Coronavirus poursuit sa propagation faisant des victimes et des dégâts collatéraux    Accidents de la route: 30 morts et 1.270 blessés en une semaine    Attention, le Mouloudia arrive !    Etat d'alerte sanitaire en Tunisie    L'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis à l'étude    Israël vise le Jihad islamique palestinien à Gaza et en Syrie    Le vote de confiance reporté à jeudi    Le Chabab alterne le bon et le moins bon    Ouadjaout passera-t-il aux sanctions ?    Sit-in des corps communs de l'éducation nationale devant la wilaya    ACTUCULT    L'infrangible lien…    Parution en France d'"Algérie décennie 2010-2020 : aux origines du mouvement populaire du 22 février"    Amnesty International projette un film sur le hirak    Le café littéraire évoque l'épopée historique de l'Emir Abdelkader    Carnaval : «Laissez Alost être Alost», répond le maire aux accusations d'antisémitisme    Il aura lieu au tribunal de Sidi M'hamed : Le procès de Karim Tabbou programmé pour le 4 mars    Procès des détenus du mouvement populaire : L'autre tribune des «hirakistes»    La femme dans le mouvement populaire : Le nouveau souffle du féminisme en Algérie    Encore une transgression de la loi    Championnats les plus fair-play : L'Algérie 54e mondial    «Camus a vécu à Alger la moitié de sa courte vie»    Transition énergétique: objectif 16 000 mégawatts d'énergies renouvelables à l'horizon 2035    Objectif : La relance du cinéma algérien    Plan d'action du gouvernement: Impérative amélioration du pouvoir d'achat    Pour dénoncer la mainmise des organisations «estudiantines»: Sit-in aujourd'hui des enseignants de l'institut de maintenance de l'université Oran 2    Ligue des champions d'Europe: Attractions à Madrid et Naples    Respectivement ex-directeur du protocole de Bouteflika et patron de Safina: Reguieg et Metidji incarcérés    Conseil des ministres: Un observatoire de prévention contre la discrimination et le discours de haine    Baisse significative de la participation aux législatives    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'«inadvertance» calculée de Bolton
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 01 - 2019

Lors de la séance de réponses aux questions des journalistes qu'il a animée lundi dans la salle de presse, John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump et cheville ouvrière des manigances américaines visant à faire tomber le président vénézuélien Nicolas Maduro, s'est laissé photographier avec des notes dont la captation a permis de voir qu'il y était écrit de sa main « 5.000 soldats en Colombie ».
En pleine crise du Venezuela qui donne lieu à une escalade du côté américain en terme de pression mise pour contraindre le président vénézuélien à céder le pouvoir à l'opposition soutenue par Washington, l'on ne peut croire que le haut responsable américain aurait péché par inadvertance en exhibant ses notes de telle sorte que les journalistes ont pu lire l'intrigante référence aux « 5.000 soldats en Colombie » qui y était consignée. Il y a lieu plutôt de penser que le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump a sciemment laissé entrevoir que l'option militaire dont il a dit dans ses réponses qu'elle était elle aussi sur la table est celle que les Etats-Unis ont déjà mise en branle.
Après que le leader de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido se soit autoproclamé président par intérim du pays et que les Etats-Unis se sont empressés de reconnaître la légitimité, il a été écrit ici même que cet acte était la séquence d'ouverture au scénario d'une intervention militaire au Venezuela de la part des Etats-Unis et d'Etats latino-américains voisins partageant la position de Washington à l'égard de Nicolas Maduro et du pouvoir auquel il préside. Ce scénario envisagé, il n'est pas impossible que 5.000 soldats américains ont été effectivement prépositionnés en Colombie, pays dont on sait le président et le gouvernement déterminés à en découdre avec Maduro et ses fidèles.
Ce qui semble retarder encore le déclenchement de l'intervention militaire combinée en question est l'attente que les appels de Juan Guaido l'autoproclamé président intérimaire et ses alliés nord et sud-américains ont lancés à l'armée vénézuélienne l'incitant à lâcher Maduro aient un effet dissolvant sur elle et ainsi amoindrir la résistance que lui opposeraient les partisans de Maduro. Donald Trump veut en finir au plus vite avec le pouvoir vénézuélien incarné par Nicolas Maduro pour se dédouaner de l'image de président qui sait susciter des crises internationales mais ne sachant les résoudre, dépassé par l'ampleur qu'elles prennent du fait des antagonismes géopolitiques qui en sont les enjeux.
Au Venezuela, le fantasque président américain est d'autant plus dans l'intention belliciste tranchée que ce pays qui regorge de pétrole a commis le crime de lèse-Amérique de s'être émancipé avec le défunt Hugo Chavez et Nicolas Maduro, son disciple et successeur, des diktats de la doctrine Monroe nord-américaine ayant décrété que l'Amérique latine n'est rien moins que l'arrière-cour des Etats-Unis et que seules les volontés de ceux-ci doivent primer dans les politiques que mènent ses Etats. Au sujet du Mexique, le révolutionnaire et doctrinaire leader cubain José Marti avait écrit « pauvre Mexique, si près des Etats-Unis et si loin de Dieu ». Son constat vaut tout autant pour le Venezuela dans la crise que Washington lui a fomentée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.