Des centaines de milliers de manifestants à Alger : « Gaïd Salah dégage ! »    Barça : Messi a mal vécu la défaite face à Liverpool    ANNONÇANT SON SOUTIEN A GAID SALAH : Seddik Chihab s'attaque une nouvelle fois à Ouyahia    COMMISSION DES FINANCES DE L'APN : Les dépenses de l'APN sous la loupe des enquêteurs    Brandt lance son quatrième smartphone en Algérie Le BPRIMES    Manipulation des articles    Des industriels, des hommes d'affaires et même des élus se tiennent le ventre    ELECTION PRESIDENTIELLE : Les noms des 77 candidats à la candidature dévoilés    Une balle de match pour un titre    Dirigeants et supporters du Scad demandent l'accession de leur club    Tottenham: Pochettino met fin aux rumeurs    L'APC DENONCE L'OCTROI ‘'OPAQUE'' DE MARCHES PUBLICS : Le maire d'Oran dans le collimateur    MASCARA : 3 individus arrêtés et des munitions saisies à Ain Farès    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Premières projections de films documentaires    Baâziz galvanise le public    Le Brent se maintient à plus de 68 dollars à Londres    Des milliers de manifestants se dirigent vers la Place des martyrs    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Un terroriste capturé à Tamanrasset    Boumerdes : intoxication de 41 élèves à Chaâbet El Ameur    Les algérois manifestent malgré la répression    Lancés dans le bain avec succès, Louizini et Djahdou représentent l'avenir du club    Le Front Polisario regrette la démission de Horst Kohler    Le Botswana lève l'interdiction de chasser l'éléphant    L'Algérie certifiée exempte de Paludisme par l'OMS    Indonésie: sept morts dans des affrontements post-électoraux    Norvège: le chômage a son plus bas niveau en mars    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Probium et l'Are-Ed, deux associations qui marquent la Journée mondiale de la biodiversité    Cher futur Président, je te veux…    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Football : Le gouvernement Bedoui veut s'attaquer à la violence dans les stades    Etudiants : Hirak, Ramadhan et examens    En bref…    Haizer : Deux exclus de logements sociaux entament une grève de la faim    En bref…    L'ES Tunis veut prendre une option face au WA Casablanca    14e vendredi de marche : Le peuple dit non à l'élection du 4 juillet    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Le trip de l'amour et ses revers    Une révolution «personnalisée»    Edition du 24/05/2019    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    ACTUCULT    Pari gagné !    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'«inadvertance» calculée de Bolton
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 01 - 2019

Lors de la séance de réponses aux questions des journalistes qu'il a animée lundi dans la salle de presse, John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump et cheville ouvrière des manigances américaines visant à faire tomber le président vénézuélien Nicolas Maduro, s'est laissé photographier avec des notes dont la captation a permis de voir qu'il y était écrit de sa main « 5.000 soldats en Colombie ».
En pleine crise du Venezuela qui donne lieu à une escalade du côté américain en terme de pression mise pour contraindre le président vénézuélien à céder le pouvoir à l'opposition soutenue par Washington, l'on ne peut croire que le haut responsable américain aurait péché par inadvertance en exhibant ses notes de telle sorte que les journalistes ont pu lire l'intrigante référence aux « 5.000 soldats en Colombie » qui y était consignée. Il y a lieu plutôt de penser que le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump a sciemment laissé entrevoir que l'option militaire dont il a dit dans ses réponses qu'elle était elle aussi sur la table est celle que les Etats-Unis ont déjà mise en branle.
Après que le leader de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido se soit autoproclamé président par intérim du pays et que les Etats-Unis se sont empressés de reconnaître la légitimité, il a été écrit ici même que cet acte était la séquence d'ouverture au scénario d'une intervention militaire au Venezuela de la part des Etats-Unis et d'Etats latino-américains voisins partageant la position de Washington à l'égard de Nicolas Maduro et du pouvoir auquel il préside. Ce scénario envisagé, il n'est pas impossible que 5.000 soldats américains ont été effectivement prépositionnés en Colombie, pays dont on sait le président et le gouvernement déterminés à en découdre avec Maduro et ses fidèles.
Ce qui semble retarder encore le déclenchement de l'intervention militaire combinée en question est l'attente que les appels de Juan Guaido l'autoproclamé président intérimaire et ses alliés nord et sud-américains ont lancés à l'armée vénézuélienne l'incitant à lâcher Maduro aient un effet dissolvant sur elle et ainsi amoindrir la résistance que lui opposeraient les partisans de Maduro. Donald Trump veut en finir au plus vite avec le pouvoir vénézuélien incarné par Nicolas Maduro pour se dédouaner de l'image de président qui sait susciter des crises internationales mais ne sachant les résoudre, dépassé par l'ampleur qu'elles prennent du fait des antagonismes géopolitiques qui en sont les enjeux.
Au Venezuela, le fantasque président américain est d'autant plus dans l'intention belliciste tranchée que ce pays qui regorge de pétrole a commis le crime de lèse-Amérique de s'être émancipé avec le défunt Hugo Chavez et Nicolas Maduro, son disciple et successeur, des diktats de la doctrine Monroe nord-américaine ayant décrété que l'Amérique latine n'est rien moins que l'arrière-cour des Etats-Unis et que seules les volontés de ceux-ci doivent primer dans les politiques que mènent ses Etats. Au sujet du Mexique, le révolutionnaire et doctrinaire leader cubain José Marti avait écrit « pauvre Mexique, si près des Etats-Unis et si loin de Dieu ». Son constat vaut tout autant pour le Venezuela dans la crise que Washington lui a fomentée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.